Capture d’écran 2014-01-30 à 13.08.41

« Un vient de deux » : cette formule structurale de la parenté, mis à part l’altérité fondamentale de laquelle elle procède, ne dit rien sur qui doivent être les deux en jeu, en particulier quant à la différence des sexes. Les possibilités d’interventions sur la différence des sexes aussi bien que sur la procréation, rendues aujourd’hui possibles par les avancées de la science, reposent de façon inédite la question de l’origine, de la différence et de la loi – faisant buter tant les sujets que la société, entre relativisme et rigidité, sur des questions jusque là considérées comme tranchées par une supposée loi naturelle.

Nous aborderons les interrogations et les vertiges issus de ces nouveaux champs des possibles à partir d’un cadre clinique, au un par un des questions qui se posent aux sujets qui s’engagent dans ce type de pratique, au-delà des universaux mis en jeu dans les débats en cours actuellement.

Séance du 26 janvier  2013 à lHhôpital Bichat

Animée par François Ansermet, coordonnée par Nouria Gründler

Dans le cadre l’Envers de Paris avec Lien POPI-CDMC et Fondation Agalma

 

Partages 0