Capture d’écran 2014-01-30 à 01.19.11

Pop up House, Gilles Desplanques – crédit photo Philippe Paoli

Navigation délicate avec le réel comme boussole, au pays de la Rééducation entre Charybde et Scylla. Avec les deux cartellisantes qui se prêtent à l’exercice, nous accosterons d’abord le territoire de « l’addictologie » où règnent gestion des masses et comportementalisme, puis le royaume de la mormalisation-par-l’oedipe  où  des  enfants  débordés  par  la  jouissance  familiale  doivent  être formatés pour intégrer l’école-pour-tous avec le support d’un tuteur.

Stéphanie Lavigne et Ombretta Graciotti nous diront comment elles aménagent des « bricolages » dans « le monde de l’après Œdipe » en « opérant avec l’inconscient réel qu’il y a, plutôt qu’avec l’inconscient  transférentiel  qui sait » (Gil Caroz,    Argument  2è  Congrès  de  l’Europsychanalyse  – PIPOL 6). Elles démontreront comment, pour opérer, elles ont à se caler d’une part sur le réel que révèle le dire des patients, d’autre part sur le réel induit par la politique de l’institution où elles engagent leur désir.

Il s’agit de deux institutions diamétralement opposées par rapport à la grand-route de l’Œdipe : l’une qui n’a pas vocation à recourir à la psychanalyse, classant les individus en fonction de leur objet de consommation, l’autre   utilisant la « psychanalyse » comme un dogme psychologique à l’usage des enfants qui ne se rangent pas. Une religion, en somme.

Élisabeth Gurniki

Stéphanie  Lavigne  Psychologue-clinicienne,              Ombretta Graciotti Psychologue-clinicienne, Psychanalyste.                                                                           Psychanalyste.

Un bricolage institutionnel                                                     Déni du réel au nom de l’Œdipe.

.

Esthela Solano-Suarez, Analyste Membre de l’École, Membre de la Commission de la garantie de l’ECF.

Elle sera l’Intervenante Extime de la rencontre, soutenant l’élaboration de chacune sur le désir de l’analyste   dans  le  monde  de  l’Après-Œdipe  et notre  questionnement  sur  les  enjeux  de  la psychanalyse d’orientation lacanienne.

Mercredi 24 avril 2013 à 21h15

31 rue de Navarin, 75009 PARIS

Renseignements : elisabeth.gurniki@wanadoo.fr – tél. 06 74 64 15 27

Partages 0