Notre dernière réunion de travail fut consacrée au nouage des différents films que nous avons déchiffrés cette année quant à la fonction de la voix comme objet petit a – ou point d’extimité. Il est alors apparu que le cinéma contemporain traite de plus en plus de cet objet, et de façon très diversifée : de son autonomie, de son lien au trou du sujet ou au fantasme, de sa relation complexe à la multiplication indéfinie des gadgets, puis de celle, topologique, au lieu de l’Autre sexe. ? Toute une filmographie foisonnante est là pour le démontrer. ? Ce que Lacan, en introduisant sa notion de lathouse, avait plus que pressenti en montrant en quoi celle-ci vient en effet à la place d’un universel féminin n’existant pas, faisant trou. Le film de Coppola, Conversation secrète, sorti en 1974, reste à cet égard fondamental. La toile de fond en est la relation amoureuse secrète d’un couple d’amants épiés par un grand spécialiste de filature, Harry Caule, interprété par Gene Hackman. Celui-ci les met sur écoute, accédant ainsi à leur intimité grâce à un arsenal de gadgets. L’effet angoissant et ravageant, sur Caule, de cette traque de l’intime est fort bien montré. Coppola pointe en filigrane « l’ambiance» politique de l’époque. Elisabetta Milan nous a proposé pour finir une lecture très précise de The Piano (1993) de J. Campion : «D’emblée, nous dit-elle, la question de la voix, question centrale du film, est nouée à celle des effets de la passion amoureuse sur les modalités de jouir chez une jeune femme écossaise, Ada MacGrath (jouée par Holy Hunter) , muette depuis l’âge de six ans. (…) Par l’amour, le lien au piano, objet-voix d’Ada, se desserre et lui permet de laisser une place à l’autre sexe. » Ce n’est pas sans subtilité que J. Campion montre ainsi le lien de la voix à cette problématique de l’Autre sexe. Et c’est une constante que nous avons retrouvée dans les différents films mis à l’étude. Notre prochaine réunion de travail sera le 1 février, au 17 rue Baudoin, à 17H. Au programme la mise au point de notre prochain sujet de travail pour les semaines à venir.

Karim Bordeau pour le Vecteur ciné-psychanalyse Contact : karimbordeau@orange.fr

Partages 0