match-pointNotre dernière séance a été consacrée à la lecture par Lucien Dubuisson du film Match Point, réalisé en 2005 par Woody Allen. Nous avions cerné auparavant en quoi, pour Hamlet, la rencontre est celle de «l’heure de la vérité ». Dans son Séminaire D’un discours qui en serait pas du semblant Lacan revient sur cette heure de la vérité en la nouant cette fois à la dimension du semblant : « Pour l’homme, dans cette relation, la femme c’est précisément l’heure de la vérité. Au regard de la jouissance sexuelle, la femme est en position de ponctuer l’équivalence de la jouissance et du semblant[1] Dans cette perspective une nouvelle définition du passage à l’acte est posée :«Aux limites du discours, en tant qu’il s’efforce de faire tenir le même semblant, il y a de temps en temps du réel. C’est ce qu’on appelle le passage à l’acte…»[2]  Match Point nous a semblé donner un éclairage original et saisissant à cette fondamentale articulation dont nous comptons rendre compte ultérieurement ici.

Notre prochaine rencontre aura lieu le 6 décembre à 18H30. Cette séance se fera avec Francesca Biagi-Chai qui a accepté d’être l’extime de Psynéma. Ce sera l’occasion de donner une nouvelle orientation politique à notre travail pour l’année 2015.

 

Karim Bordeau

[1] Lacan J, Le Séminaire, Livre XVIII, D’un discours qui ne serait pas du semblant, Editions du Seuil, Paris, 2006, p.34.

[2] Ibid., p.32.

Partages 0