« La guerre, effet de discours »

avec Marie-Hélène Brousse

Capture d’écran 2015-02-27 à 10.42.36

et

Antonia Gueudar Delahaye

Nathalie Georges-Lambrichs

Bénédicte Jullien

Betrand Lahutte

Yasmina Picquart

Francis Ratier

 

unnamed

 

 

 

Paru en janvier 2015 aux éditions Berg International, l’ouvrage collectif sous la direction de Marie-Hélène Brousse La psychanalyse à l’épreuve de la guerre est d’une saisissante actualité.

S’y trouve développée la thèse centrale que la guerre ne saurait se réduire au déchaînement de l’agressivité et d’un retour à une soi-disant barbarie naturelle. La guerre est une modalité du lien social entre les parlêtres. C’est un mode de jouissance lié à des signifiant-maître, par conséquent aux idéaux et aux impératifs surmoïques. Comme Eric Laurent le souligne dans la postface de l’ouvrage, « la guerre subvertit l’illusion selon laquelle nous pourrions réduire la civilisation au seul régime de la loi ».

mp1couvguerre-

Acheter l’ouvrage en ligne

Si la guerre démontre le pouvoir des effets de discours sur les êtres parlants, cela justifie que la psychanalyse s’y intéresse tant sur le plan, toujours actuel, de la clinique du traumatisme qu’au niveau épistémique. En effet, les outils du dernier enseignement de Lacan éclairé par Jacques-Alain Miller nous permettent d’appréhender le phénomène de la guerre hyper-moderne. Entre une forme ancienne, dominée par l’affrontement de groupes ennemis sur un champ de bataille aux frontières marquées, et les nouvelles configurations axées sur la surveillance et le ciblage de réseaux disséminés à travers le monde, la topologie de la guerre a changé. Illimitée et globale, elle n’a plus d’intérieur ni d’extérieur.

La guerre est une épreuve pour ceux qui la vivent, elle laisse aussi des marques indélébiles dans l’inconscient et les corps pour les générations suivantes. A partir de ce que la guerre enseigne à la psychanalyse et ce que la psychanalyse peut enseigner sur la guerre, les fondements d’une nouvelle Massenpsychologie se dessinent en fonction des catégories lacaniennes du réel, du symbolique et de l’imaginaire.

Nous consacrerons cette soirée à l’étude de ces différentes propositions. Venez nombreux, cela s’annonce passionnant !

L’équipe de la Bibliothèque

Partages 0