Mélancolie,_Albrecht_Dürer…La mélancolie a pourtant plus de contenu que le simple deuil. Dans la mélancolie, le rapport à l’objet est rendu plus compliqué par le conflit de l’ambivalence. L’ambivalence peut être constitutionnelle, c’est-à-dire qu’elle sera attachée à toute relation amoureuse, elle peut aussi émerger d’un événement que la perte d’objet entraîne avec elle. Les causes de la mélancolie sont beaucoup plus mimtiples que les causes du deuil qui n’est déclenché que par la perte d’un objet. Freud dit nur, que la perte réelle. Nous sommes étonnés de ce « ne que ». Dans la mélancolie il se déroule d’innombrables combats autour de l’objet, combats dans lesquels l’amour et la haine luttent l’un avec l’autre. Ces combats ne peuvent se jouer que dans l’inconscient, le royaume des traces mnésiques de choses (contrairement aux investissements de mots). Les tentatives de détachement dans le deuil se passent dans ce même lieu, mais dans le deuil ces processus continuent sans obstacle par la voie normale en passant par le préconscient pour aboutir à la conscience.

 

Notre prochaine rencontre aura lieu le 14 octobre 2015 à 21 heures chez Susanne Hommel

9 rue de Grenelle

75007 Paris, code 2647, Escalier A dans la cour à gauche, 3ème étage.

Partages 0