BoB9nmmCIAAzd5v

Nous nous sommes vus le 17 décembre 2015.

Nous avons continué la lecture, la traduction et l’interprétation du texte de Freud «  Trauer und Melancholie  » – Deuil et Mélancolie, écrit en 1915

Ill n’est pas difficile d’attribuer une telle performance à la part inconsciente de ce travail, car il n’est pas difficile de trouver une ressemblance entre la travail de la mélancolie et le travail du rêve.

Le deuil pousse le Ich à renoncer à l’objet en faisant comme si l’objet était mort et en le recompensant de rester en vie, chaque lutte d’ambivalence rend la fixation de la libido à l’objet plus lâche. Pour obtenir cet effet il dévalue, ravale et assissine pour ainsi dire l’objet. Il est possible que le processus dans l’Inconscient se termine, soit il qu’il se soit déchaîné jusqu’à la lie, soit que l’objet

ait abandonné l’objet comme sans valeur. Nous ne pouvons pas encore dire laquelle des deux possisbilités met souvent ou réfulièrement fin à la mélancolie et de quelle manière la fin influence la suite d’une cure. Le Ich peut être satisfait d’avoir montré qu’il était supérieur à l’objet.

Nous nous rencontrerons le mardi 19 janvier 2016 à 21 heures

chez Susanne Hommel

 

Partages 0