La vérité menteuse

Soirée animée par
Dario Morales, psychologue, psychanalyste, membre ECF
José Rambeau, psychologue, psychanalyste, membre ECF

Troisième soirée du cycle 2015-2016

L’heure de vérité de l’acte : la rencontre avec la castration

L’heure de vérité de l’acte : la rencontre avec la castration Le sujet ne sait pas ce qui ni quoi le pousse à agir, le crime semble immotivé ; pourtant ces actes obéissent à une logique. Laquelle ? Les observations des cliniciens concordent sur ce point, il s’agit de faire advenir à la place de l’insupportable, une séparation – la castration, par la soustraction réelle de l’objet. Quelle est donc la vérité de cet acte ?

Présentation
Dario MORALES, psychologue, psychanalyste, membre ECF (75),  « Le passage à l’acte comme tentative ratée pour faire advenir une castration symbolique »

Danièle LAUFER, psychologue, psychanalyste, membre ECF, co-responsable de l’atelier de criminologie Bordelais (33) « Voilà, on va mourir tous les trois »,

Valérie RICAU, psychologue, docteur en psychologie, SMPR Maison d’Arrêt d’Amiens (80), membre ACF-CAPA, « Un désir sans castration »

mardi 5 avril
à 20h30

31, rue de Navarin
M° Pigalle, M° Saint-George
Paris 9e

Coordination
Dario Morales
damofer@orange.fr
06 61 72 46 48

Entrée gratuite
sans pré-inscription

Prochaines rencontres

mardi 10 mai
Le virage de l’inconscient vérité à l’inconscient savoir  Si la vérité comme l’évoquait Lacan est dévalorisée, inversement le savoir est promu ; le travail thérapeutique est pensé alors comme l’expérience du sujet que dans le discours sur ses actes, présentifie la réalité sexuelle de son inconscient et nous livre ce qui gît au fond de la pulsion, la jouissance. Cette référence au savoir le positionne différemment par rapport au sexuel, la vérité du coup trouve le chemin de la logique du réel, qui gît au fond de ce qui fait trauma.

mardi 7 juin
La vérité s’écrit Nombreux sont les patients, meurtriers qui écrivent à l’après coup de leur acte. Que veulent-ils alors témoigner ?  S’agit-il de laisser la trace d’un réel comme une vérité à démontrer ? Peut-on alors affirmer que l’écrit ponctue le réel, là où le dire se contente de faire signe à la vérité ?

Partages 0