Vecteur Théâtre & Psychanalyse

Nécessaire et urgent

de Annie Zadek

Pour réserver
ses places

THÉÂTRE DE LA COLLINE
Contacter Myriam (01 44 62 52 82) pour réserver vos places en précisant réservation pour Envers de Paris.
Place à l’unité : 20€ au lieu de 29€
Abonnement 3 spectacles : 36 € (soit 12 € le spectacle) au lieu de 45€
Abonnement 4 spectacles si on prend Scènes de la vie conjugale en plus : 48 €

Du 12 mai au 4 juin 2016, le dernier livre d’Annie Zadek, Nécessaire et urgent (1), sera présenté au Théâtre national de La Colline, dans une mise en scène d’Hubert Colas.  Nécessaire et urgent, est selon Annie Zadek une écriture d’après Auschwitz. Pour elle  « l’écriture d’avant Auschwitz, n’est plus possible » (2). C’est donc une pièce qui tient compte « du schisme auschwitzien, dont parle Adorno » (3).


Pourquoi Nécessaire ?

Nécessaire est emprunté au latin necessarius qui signifie « inévitable, inéluctable, pressant ». Nécessaire et urgent, ce livre, qui ne peut pas ne pas s’écrire, est une réponse sous forme de plus de cinq cent questions à un malaise — rencontré depuis maintenant quelques seize années — malaise d’abord diffus puis repérable, face au retour déclaré de l’antisémitisme.

Nécessaire est aussi pour Annie Zadek un témoignage, une mise en acte de « l’écriture après Auschwitz qui s’oppose à l’écriture d’avant d’Auschwitz productrice de livres intéressants ! » (4)


Pourquoi Urgent ?

Urgent nous renvoie à l’urgence subjective, celle qui précipite chez le psychanalyste et implique la dimension temporelle.

Pourquoi l’urgence a-t-elle commandé ? L’impossible à supporter s’est-il présenté comme une urgence, comme un débordement du corps ou de la pensée qui a abouti à un livre qui questionne et surtout témoigne de ce qui ne peut pas se dire et surtout n’a pu que s’écrire ?

La forme choisie est-elle la tentative de border le réel, de border un impossible à supporter, de classer ce qui dans le réel est inclassable ? Impossible à supporter que nous rencontrons aussi bien dans la pratique psychanalytique.

Ces questions du sujet, de l’auteur qui s’adressent à tous, sont-ils les us, la formalisation qui aident à se coltiner l’impossible du classement du réel où nous rencontrons seulement des épars désassortis (5), comme Lacan l’a dit.

Nécessaire et Urgent témoigne de ce nous poussera d’une part, à le lire, d’autre part, à le voir et l’entendre au Théâtre de la Colline le mardi 17 mai 2016 (6), et y convoquera la contingence ! Et puis, y résonne, selon moi, cette phrase de Lacan : « J’écris pourtant, dans la mesure où je crois le devoir, pour être au pair avec ces cas [les cas d’urgence], faire avec eux la paire » (7).

Notes
1 – Zadek A., Nécessaire et urgent suivi de La Condition des soies, en postface La Condition des voix de Philippe Lacoue Labarthe, Paris, Les Solitaires intempestifs, 2016.
2 – Zadek A., Interview du 15 février 2016, Collectif Théâtre & Psychanalyse de l’Envers de Paris
3 – ibid.
4 – ibid.
5 – Lacan J., «Préface à l’édition anglaise du Séminaire XI », Autres écrits, Paris, Seuil, 2001, p. 573.
6 – L’Envers de Paris et La Colline, théâtre national, le collectif Théâtre et psychanalyse, suivi d’un débat animé par Ph. Benichou & Christiane Page, avec Annie Zadek, Hubert Colas et Guy Briole.
7 – ibid.

Partages 0