Édito mai 2016

Chers collègues,

Après le succès que fut la soirée au Théâtre des Abbesses autour de la pièce UND samedi dernier, nos rendez-vous parisiens se poursuivent cette fois-ci autour d’une rencontre proposée par le collectif Théâtre et Psychanalyse le mardi 17 mai à La Colline, autour de la pièce Nécessaire et Urgent, adaptation du livre d’Annie Zadek, dans une mise en scène tout en sobriété et justesse de Hubert Colas. Dans cet ouvrage connu, entre questions jamais formulées et réponses laissées en suspens, Annie Zadek déplie les interrogations d’un enfant quant au silence parental sur leur passé durant la Shoah, afin de poser d’une façon singulière, une autre question, connue et grave à la fois, sur ce qui vient scinder l’écriture avant et après Auschwitz. Questions donc d’une grande densité qui vont résonner pour chacun de nous et que Guy Briole reprendra dans un dialogue avec l’auteure et le metteur en scène après le spectacle.

Juste dans l’après-coup du Congrès de l’AMP à Rio de Janerio, et en partenariat avec l’ACF-IDF, nous sommes attendus à Montparnasse vendredi 20 mai afin d’assister à la rencontre que nos collègues franciliens ont préparée avec l’écrivain Hubert Haddad atour de son livre Corps Désirable. Emmanuelle Edelstein et Djamila Mebtouche partageront leur lecture aussi bien sur l’ouvrage que sur la singularité de l’auteur, avant que Marie-Hélène Brousse et François Leguil ne dialoguent avec lui à propos de ce que son oeuvre éclaire sur le statut contemporain du corps-parlant.

La logistique de l’après-midi de l’Envers de Paris, prévue pour le printemps 2017, autour des sombres passions qui font le nid de notre actualité, entre déchainement haineux et pulsion de mort, prend forme. Des nombreux collègues se mobilisent pour constituer les commissions d’organisation, scientifique, bibliographique, mais aussi la conception des soirées inter-cartels en mesure de mobiliser les cartelisants parisiens autour d’un thème, certes délicat, mais devant lequel nous ne reculons pas, afin d’établir ce que de l’orientation lacanienne peut fonctionner comme lanterne, boussole, par des temps aussi opaques et imprévisibles.

Encore heureux, il y a aussi la vie, ici et toujours, celle du désir, le notre, et Paris Leaks se fait encore un plaisir d’annoncer toutes les nouvelles sur ce qui palpite au cœur des vecteurs et collectifs, dans ce mois solaire de mai. Occasion de rappeler les propos de Mario Vargas Llosa, écrivain fraichement entré – de son vivant, ils ne font pas légion – à La Pléiade : « Que nous reste-il ? Le désir, et son inachèvement ».

Camilo Ramirez

Tous les détails de ces infos sur notre site www.enversdeparis.org et pensez à les diffuser le plus possible autour de vous et à nous rejoindre sur twitter : @EnversDeParis

Partages 0