lectures freudiennes : … l’enfant en détresse est capable de choisir…

Vecteur
Lectures freudiennes
Suzanne Hommel

Lors de la rencontre du 2 novembre, nous avons travaillé sur les précisions de certaines expressions, le choix de quelques signifiants dans la langue française, toujours dans le souci de trouver ce qui est le plus juste dans le passage de la langue allemande à la langue française. Et comme toujours nous avons fait appel à d’autres langues : l’hébreu, le latin, l’anglais, l’espagnol.

Déjà dans le courrier de novembre j’ai proposé une lecture précise de l’oeuvre freudienne. Dès le début, dès « L’Esquisse » écrit en 1895 Freud écrit que l’enfant en détresse est capable de choisir : il est capable de réaliser le travail nécessaire à l’intérieur de son corps pour produire un événement de satisfaction, ein Befriedigungserlebnis.

Dans un de ses derniers écrits « Die endliche und die unendliche Analhyse »,- L’analyse finie et l’analyse infinie – (1937), il défend la même idée :

« … Cela nous fait saisir que chaque Ich, pris isolément, est dès le départ doté de dispositions et de tendances individuelles. […] Quand nous parlons d’héritage archaïque, nous pensons seulement au Ca et semblons supposer qu’un Ich n’est pas encore présent au début de chaque vie. Il ne faut pas oublier que Ca et Ich ne font qu’Un à l’origine, et il est déjà déterminé quelles orientations, quelles tendances et réactions le Ich fera apparaître par la suite. »

Donc dès le départ, dans « L’Esquisse »  jusqu’à la fin « L’analyse finie et l’analyse infinie », Freud écrit que le Ich est en mesure de choisir.

Pour contacter Susanne Hommel
tél. 01 42 84 10 26
ou 06 16 45 42 96

Rdv le 8 décembre 2016
à 21h
chez Susanne Hommel
9, rue de Grenelle
75007 Paris

Illustration de Reinaldo

Partages 0