édito l’Envers de Paris, février 2017, par Camilo Ramirez

Chers collègues,

Notre Assemblée Générale Ordinaire se tiendra le 28 mars à 21h au 31 rue du Navarin en présence du Conseil de l’Envers de Paris. Il sera question de faire le point sur les activités menées durant l’année 2016 et de débattre sur l’orientation de nos initiatives en 2017. J’ai invité les responsables des vecteurs et collectifs à tenir compte des rendez-vous importants du Champ Freudien et de l’ECF afin de trouver des points d’intersection thématiques avec ceux-ci au cours de l’année. Ainsi la déléguée aux cartels Agnès Bailly prépare une soirée au printemps au carrefour de la thématique de notre Journée, la ségrégation, et celui de Pipol 8, « La clinique hors-les-normes ». Le prochain numéro de Horizon qui sortira au mois de novembre fera de même en privilégiant les connexions entre ces deux thèmes. En ce qui concerne le combat pour défendre la place de la psychanalyse dans le traitement de l’autisme, j’invite de nouveau ceux qui pourraient avoir des contacts avec des députés, de se mettre en relation avec les membres du Bureau, car nous devons continuer à trouver des points d’appui à notre cause, à éclairer l’opinion sur l’importance des enjeux.

Samedi 11 mars l’ACF-IDF organise un après-midi dans le cadre de la préparation de la Rencontre Pipol, dont le titre est « Psychanalyse et art : des nouages et des inventions hors-les-normes ». La première séquence sera consacrée à deux auteurs de notre Champ : Dalila Arpin, AE, Membre de l’ECF, pour son ouvrage Couples célèbres liaisons inconscientes et Philippe Lacadée, Membre de l’ECF, pour son livre François Augiéras – l’Homme solitaire et la voie du réel. Séquence animée par Esthéla Solano- Suarez, Membre de l’ECF. La deuxième sera consacrée à l’Art autour de deux duos : Gérard Wajcman avec Camilo Ramirez, Membres de l’ECF, pour le cinéma et François Regnault avec Carolina Koretzky, Membres de l’ECF, pour le théâtre.

Plusieurs évènements au sein de l’Envers vont scander ce court mois de février. Nous sommes attendus mardi 28 février au théâtre de la Colline afin d’assister à la représentation de la pièce Mayday. Cette pièce de Dorothée Zumstein autour d’un fait réel, celui d’un double crime commis en Angleterre par une fille de 11 ans, sera l’objet d’une conversation entre le metteur en scène, Julie Duclos, et la psychanalyste Francesca Biagi-Chaï qui ne manquera pas de faire saillir les leçons de cette mise en scène à partir de sa recherche sur le passage à l’acte criminel. Samedi 4 mars au théâtre de l’Aquarium, Marie-Hélène Brousse dialoguera avec Aurélie Van Den Daele autour de son adaptation des Métamorphoses d’Ovide.

Vous trouverez ci-dessous les rendez-vous du mois proposés par les vecteurs Addicta-TYA, Psychanalyse & littérature, Criminologie lacanienne, Lectures freudiennes, Le corps, pas sans la psychanalyse, et Psynéma.

Camilo Ramirez

Tous les détails de ces infos sur notre site www.enversdeparis.org et pensez à les diffuser le plus possible autour de vous et à nous rejoindre sur twitter : @EnversDeParis

Ruby Bridges Hall, née le 8 septembre 1954 à Tylertown, au Mississippi, déménagea avec ses parents à la Nouvelle-Orléans, en Louisiane, à l’âge de six ans afin d’intégrer un nouveau système scolaire de la Nouvelle-Orléans. Elle devint alors la première enfant noire à aller à la William Frantz Elementary School, et la première enfant afro-américaine à intégrer une école blanche en Louisiane. À cause de l’opposition des blancs, elle avait besoin de protection pour entrer à l’école. mais, comme les officiers locaux et de l’État refusaient de la protéger, elle était accompagnée par des Marshall fédéraux. Elle n’avait pas été prévenue de la foule de racistes enragés qu’elle devrait traverser pour atteindre l’école. Comme elle le décrit, «dans la voiture, je pouvais voir la foule, mais puisque je vivais à la Nouvelle-Orléans, je croyais que c’était mardi gras (…) Ils lançaient des choses et me criaient dessus». En novembre 1960, des officiers de police fédéraux escortent Rudy Bridges, d’une école élémentaire de la Nouvelle-Orléans.

Partages 0