Les nouveaux modes d’origine

Vecteur
Champ-Contrechamp…

Le monde de la procréation change plus vite que notre capacité à le suivre. À travers un usage nouveau des biotechnologies de la procréation, pour des demandes sociétales – cryoconservation ovocytaire, pour permettre un usage ultérieur, assistance médicale à la procréation dans les couples de femmes, chez les femmes seules, les couples d’hommes, les hommes seuls, les transgenres – le plus intime touche au collectif, implique le politique, le fait buter sur des questions inédites.

Les demandes sociétales aboutissent en effet à des situations nouvelles : concevoir un enfant sans père, rendre la mère incertaine, instituer une disjonction totale entre origine et généalogie, avec la possibilité que les parents d’intention n’interviennent en rien dans la procréation. L’usage des techniques de procréation assistée pour des demandes sociétales aboutit paradoxalement à une médicalisation de la procréation, avec une conjonction possible entre procréation et prédiction, amenant à ce que le patrimoine génétique occupe une place prépondérante dans tout projet d’enfant. Au point que les futurs marginaux soient ceux qui décident de procréer é leur gré, sans passer par une assistance médicale. Avec le risque aussi de mise en crise du système de santé qui est basé sur une solidarité et une réciprocité qui tient par le non savoir quant à ce que l’avenir réserve à chacun.

Les désirs deviennent des droits, parfois à trop vouloir, le désir n’y est plus, jusqu’à devenir un devoir, voire une obligation de procréer. On assiste à une reconfiguration complète du monde de la procréation. Est-ce que cela introduit vraiment à de nouveau mode d’origine. Est-ce vraiment si nouveau ? Il y a en effet une très grande connexion entre fantasme et technologie, qui s’entraînent réciproquement comme dans une spirale. Ceci d’autant plus que l’origine reste impensable, inabordable, insaisissable pour tout sujet. Pourquoi suis-je moi et pas quelqu’un d’autre, pourquoi ici et pas ailleurs, pourquoi maintenant et pas un autre temps ? Ces questions restent sans réponse. Au point qu’on peut voir les débats autour des nouveaux modes de procréation comme une série de fausses réponses à une vraie question qui reste sans autre solution que celle qu’invente chaque sujet, un par un. C’est en tout cas la visée du Séminaire Les Enfants de la science qui se tient périodiquement à la Salpêtrière, dont le projet est de se faire enseigner par la clinique sur ces questions contemporaines où le sujet par son désir convoque la cité.

Partages 0