Édito février 2018

Chers membres,

L’Envers de Paris a connu deux années d’activité intense et joyeuse sous la direction de Camilo Ramirez dont le travail constant et décidé lui a donné un bel élan.

Le moment de la permutation venu, c’est avec un grand plaisir, et un réel engagement que j’ai accepté la proposition que l’Ecole, à travers son président, m’a faite d’en assumer à mon tour la direction. Je tiens avant tout à saluer le travail, tant dynamique que sérieux de Camilo Ramirez. L’orientation soutenue qu’il a donnée aux différentes actions de L’Envers de Paris et la façon dont chacun s’y est impliqué se traduisent aujourd’hui par une articulation tout à fait en phase avec le moment de réveil qu’a été pour nous tous l’année 2017.

Ce moment porte désormais un nom. Un nom donné par Jacques-Alain Miller : L’année zéro du Champ freudien[1]. C’est à partir de cette interprétation que nous sommes invités à participer activement à ce mouvement d’ouverture vers de nouvelles façons de faire circuler le discours psychanalytique dans le monde. Et ce, en prenant appui sur ce qui de l’air du temps nous interpelle, nous alerte et nous réveille.

Aussi ai-je le plaisir de vous annoncer que notre assemblée générale ordinaire se tiendra le mardi 13 mars à 21h au local de l’Ecole de la Cause freudienne. Elle se déroulera en présence de Gil Caroz, président de l’Envers de Paris ainsi que du Conseil statutaire. Il s’agit d’un temps fort d’élaboration et de réflexion commune. Ce sera l’occasion de nous retrouver et d’envisager ensemble les axes thématiques à explorer durant les deux années à venir.

L’Envers de Paris est en pleine forme ! Les vecteurs et collectifs, sur le fil du désir qui anime leurs responsables, continuent d’interroger l’époque. Ainsi, en créant des carrefours permettant la rencontre entre la psychanalyse d’orientation lacanienne et d’autres champs du savoir, l’Envers consolide sa place dans la Cité.

En témoignent les événements à venir en ce mois de février. Mais tout d’abord, le samedi 3, l’Ecole de la Cause freudienne organise la journée Question d’Ecole à la Maison de la Chimie. Le thème choisi, « Nouvelles figures du psychanalyste », nous invite à poursuivre le moment logique initié l’année dernière par Jacques-Alain Miller et à élargir la question quant aux « nouvelles modalités de l’action du psychanalyste dans le monde »[2].

En ce qui concerne les collectifs et vecteurs de l’Envers de Paris, le vendredi 9 février aura lieu le séminaire Les enfants de la science sous le thème « Nouvelles demandes, nouvelles pratiques. Le genre, la procréation ». Il sera animé par François Ansermet et Nouria Gründler.

Le collectif Théâtre et Psychanalyse nous propose quant à lui deux rencontres ce mois-ci. Deux pièces traitant l’énigme du couple : Constellations de Nick Payne, mise en scène d’Arnaud Anckaert, samedi 10 février au théâtre de l’Aquarium à 20h. Et Menahem-Mendl le rêveur de Sholem Aleichem, mise en scène d’Hélène Cohen, lundi 19 février au théâtre de la Huchette à 20h. Ces représentations seront suivies d’un débat avec des psychanalystes de l’ECF organisés par Philippe Benichou et Christiane Page.

Enfin, mardi 13 février, le vecteur Clinique et addictions, sous la responsabilité de Pierre Sidon et Stéphanie Lavigne, poursuivra son travail autour du thème « Addictions ordinaires et extraordinaires : le triomphe de l’éducation ».

En espérant votre présence en nombre, riche d’idées nouvelles à notre AG,
Je vous souhaite, chers collègues, une très belle année 2018.

Beatriz Gonzalez-Renou

[1] Miller J.-A., « Champ freudien, année zéro », http://www.lacanquotidien.fr/blog/wp-content/uploads/2017/06/LQ-718-B.pdf
[2] Caroz G., Argument de la Journée Question d’Ecole du 3 février 2018, http://www.causefreudienne.net/event/question-decole-2018/

Partages 0