Lectures Cliniques

Le sujet comme vecteur de création sur le « point de rebroussement » Par Isabelle Magne

Le travail au Vecteur « Lectures cliniques » de L’Envers de Paris produit des effets dans l’après-coup. La lecture d’un texte avant et après le vecteur est enrichie de la discussion. Certains termes interpellent, questionnent plus que d’autres, d’autant plus quand les textes précédents y ont également fait référence. Texte après texte, discussion après discussion, apparaît la dimension conceptuelle du terme. C’est un travail enseignant sur la question du « bien dire », mais surtout, il permet pour chacun de mettre la focale sur un point qui l’a saisi.

Dans son article « Clinique sous transfert »(1), Jacques-Alain Miller montre que l’entrée en analyse ne se situe pas au niveau de la demande ; mais au moment de la mise en forme du symptôme en symptôme analytique. En parlant, le sujet met en forme, articule son symptôme au champ de l’Autre comme lieu des signifiants. C’est une articulation logique qui fait de l’Autre un sujet supposé savoir.

La lecture de l’article « Réflexions sur l’enveloppe formelle du symptôme », nous fait faire un pas de plus par rapport à l’articulation logique du symptôme. Dans son texte, Lacan avance que « l’enveloppe formelle du symptôme arrive à une limite où elle se rebrousse en effet de création »(2). Comment articuler en rebroussement le symptôme et la sublimation ?

Le fait de parler, autrement dit, le récit, soulève un paradoxe : « Le problème est qu’en un sens, il y a une harmonie psychanalytique, que vous ne pouvez pas ne pas penser que dans le récit même du malheur, il y a en fait un arrangement, et que le symptôme satisfait là même où il est présenté comme douloureux »(3).

Les études de Freud et l’enseignement de Lacan montrent que le symptôme n’est pas tout signifiant. Le symptôme analytique a deux axes : il est message, mais il est aussi satisfaction.

En mathématiques, le « point de rebroussement » correspond au point où une courbe change de sens sans changer de direction. Le trajet analytique comporte un point de rebroussement, en fin ou en cours de parcours. J.-A. Miller situe ce point au lieu d’articulation du symptôme en sublimation, en création. Ce lieu se situe là où la forme se détache de la satisfaction, là où le sujet se sépare d’une façon d’exister dans le champ de l’Autre en faisant un nouvel usage de ses signifiants ; « Être créateur, c’est produire des formes, et des formes qui ne sont pas déjà dans l’Autre »(4).

(1) Miller J.-A., « C.S.T. », Ornicar ?, n°29, 1982, p. 45.

(2) En référence au texte de Jacques Lacan, « De nos antécédents », in Ecrits, Points Essais, t. I, 1966, p. 66.

(3) Miller J.-A., « Réflexions sur l’enveloppe formelle du symptôme », Actes de l’Ecole de la Cause freudienne, n° 9, octobre 1985, p. 43.

(4) Ibid., p. 44.