Édito juillet 2019

Chers membres et amis de L’Envers de Paris,

A la veille de la pause estivale, nous sommes attendus les 13 et 14 juillet à Bruxelles pour le congrès PIPOL 9 « L’inconscient et le cerveau. Rien en commun ». Ce sera l’occasion de faire résonner la vivacité du discours analytique et de l’orientation lacanienne qui ne reculent pas devant l’extension du domaine du « tout-neuro ».

Vous trouverez dans ce numéro deux contributions issues du travail en cours au sein des vecteurs.

Du côté de Lectures cliniques, Isabelle Magne signe un texte où elle saisit avec finesse le terme de  « point de rebroussement » proposé par J-A. Miller en tant que possibilité pour le sujet d’aller du symptôme à l’effet de création.

Bernadette Colombel nous fait parvenir une chronique d’après-coup de la pièce Logiqimperturbabledufou, écrite et mise en scène par Zabou Breitman. Voici un mois, le vecteur Théâtre et Psychanalyse a organisé une rencontre autour de ce spectacle qui approche avec subtilité le réel de la folie et brosse un portrait juste du monde clos de la psychiatrie.

Un bouquet d’événements à venir à la rentrée sont en cours de préparation. En guise d’avant-goût, voici quelques dates à noter :

La 5ème conversation de la série « Psychanalyse et psychiatrie » aura pour thème l’état actuel de la pédopsychiatrie. Nous allons nous intéresser aux réponses possibles que des psychanalystes d’orientation lacanienne inventent sur le terrain de ces institutions qui accueillent les enfants en grande souffrance et leurs familles. Nos collègues Ligia Gorini*, Janis Gailis, psychiatres, et Angèle Terrier*, seront les invités de cette soirée. Mercredi 25 septembre à 20h, salle Montparnasse.

Quant au vecteur Psynéma, vous pouvez dès à présent consulter le programme pour le deuxième semestre de l’année. Il ouvrira avec la projection du film De l’influence des rayons gamma sur le comportement des marguerites de Paul Newman (1972) et s’inscrit comme activité préparatoire pour les J-49 de l’ECF « Femmes en psychanalyse ». Laura Sokolowsky* sera l’invitée de cette après-midi. Samedi 12 octobre à 14h, Patronage laïque Jules Vallès.

La soirée de rentrée des Cartels, organisée par l’EdP et l’ACF-IdF, aura lieu le mardi 15 octobre au local de l’ECF. Serena Guttadauro et la belle équipe de Paris-Cartels nous proposent cette année un thème également articulé à celui des J-49 : « Lectures du féminin. Pas toute dans le savoir ». Avec la participation d’Andrea Castillo, Maria Novaes et Soledad Penafiel. Marie-Hélène Brouse* animera la discussion qui promet d’être passionnante.

En attendant ces rendez-vous, et bien d’autres dont vous en saurez plus en septembre, je vous souhaite un très bel été !

Beatriz Gonzalez-Renou,
directrice de l’Envers De Paris

* Psychanalyste membre de l’ECF

L’avez-vous lu ?

Dans l’après-coup des rêves dansants

Partons du postulat qu’on ne peut pas parler de la femme sans son rapport à l’homme et à l’Autre sexe. Dans son Propos directif pour un Congrès sur la sexualité féminine, Lacan évoque le chemin qui est celui de la sexualité féminine, du point de vue de son rapport au manque du père, au père en tant qu’il est finalement faillible, pas tout puissant. « Pourquoi ne pas admettre en effet que, s’il n’est pas de virilité que la castration ne consacre, c’est un amant châtré ou un homme mort (voire les deux en un), qui pour la femme se cache derrière le voile pour y appeler son adoration. » Par Sarah Dibon

La chasse aux sorcières…encore d’actualité ?

La chasse aux sorcières...encore d’actualité ? Par Bernadette Colombel C’est en plein maccarthysme(1), connu également sous le nom de « Peur rouge » qu’ Arthur Miller, écrivain engagé, écrit une pièce de théâtre, Les Sorcières de Salem (2), jouée pour la première fois...

littérature & psychanalyse

« Frère d’âme » : penser/panser le réel : Avec Frère d’âme, prix Goncourt des Lycéens 2018, David Diop porte un regard singulier sur les horreurs de la  Guerre Industrielle de 14-18 qui a envoyé des millions de jeunes hommes se faire massacrer par le feu des mitraillettes et des obus allemands. Par Marie-Christine Baillehache

LE DIREKTOR, de l’ironie à l’humour et plus…

L’adaptation du film en pièce de théâtre fut là l’occasion d’un déplacement, celui de l’ironie en humour, déplacement voulu par le metteur en scène : comique situationnel, absurde, direct, et aussi «  la mauvaise blague qui ne fait rire que cinq personne «  (Interview du metteur en scène, Théâtre de la Bastille) – Le débat fut l’occasion d’échanges sur l’implication d’aujourd’hui du salarié dans l’entreprise. Le discours du maître y est supporté par chacun jusqu’à la dépersonnalisation, la déshumanisation… Par René Fiori

Psychanalyse et psychiatrie

Écouter, voir..

Théâtre & psychanalyse

  L’Envers de Paris vous a donné rendez-vous le samedi 1er juin pour un débat à l’issue de la représentation avec Zabou Breitman et Philippe Hellebois, psychanalyste, membre de l’ECF.   Le samedi 1er juin, certains d’entre nous ont eu la chance d’assister au...

Moment de conclure

Psynéma poursuit sa route en mettant à l’étude Minority Report(1) de Steven Spielberg, sorti en 2002. Une projection intégrale du film, suivie d’un débat, aura lieu au Patronage laïques Jules Vallès (Paris 15ième) le 13 avril à 14H.

ZADIG* à Paris !

L’Envers de Paris saisit l’occasion de faire circuler l’actualité du mouvement Zadig à Paris, autour d’un débat sur « Les Hérétiques ». Cette pièce, création de François Rancillac, sur un texte de Mariette Navarro, se veut une réflexion sur l’actualité politique de la montée de l’intolérance et de l’obscurantisme. Voici la vidéo du débat avec François Rancillac et Caroline Leduc, psychanalyste, membre de l’ECF.

Regards lacaniens au Louvre…

Dans le cadre des Journées internationales du film sur l’art, le Louvre organise le vendredi 1er février, à 19h, à l’Auditorium  sous la pyramide, dans la série « Un œil, une histoire », la projection du film de Pascal Bouhénic et Marianne Alphant : Gérard Wajcman, si on est narcisse ou jonquille.

Lire encore…

Littérature et psychanalyse

Le travail de notre vecteur se poursuit en s’orientant à présent sur le thème des 49e Journées de l’Ecole de la Cause freudienne : Femmes en psychanalyse, qui auront lieu les 16 et 17 Novembre 2019. L’argument de Gil Caroz, directeur de ces Journées, nous le rappelle : les femmes « ont une affinité particulière avec cette science de l’amour, de la sexualité, du désir et de la jouissance. La féminité est ce vers quoi s’oriente une analyse pour celui qui cherche comment bien dire la jouissance qui l’encombre. » Par P. Doucet et M.C Baillehache

Psynéma…

C’est sur le statut de la contingence au sens lacanien du terme que s’est noué le débat ; l’utopie d’un discours sensé dominer le monde, sans reste, ni perte, et qui serait accointé à des algorithmes  « vivants », sorte de « nouvelle alliance » monstrueuse du corps et de la parole, est montrée d’une façon saisissante par Spielberg. Par Karim Bordeau

Le corps, pas sans la psychanalyse…

Dans la suite de nos réflexions, à propos du corps, sur notre rapport actuel au monstrueux et aux utopies, nous avons entamé un travail sur une mise en tension entre les fictions modernes et les sujets pris dans le monde d’aujourd’hui où la réalité est de plus en plus façonnée par l’accélération vertigineuse des productions d’une science mise au service des marchés. Par Geneviève Mordant

Collectif « Lectures Freudiennes »

Lors de notre rencontre du mois de février nous avons continué l’investigation du texte de Freud « Compléments métapsychologiques de la doctrine du rêve », que Freud a publié en 1915. Il s’agit de la Rücksicht auf Darstellbarkeit, eu égard la figurabilité. La...

Contacter l'Envers de Paris

12 + 13 =