Édito décembre 2019

Chers membres et amis de L’Envers de Paris,

La fin de l’année 2019 arrive et avec elle se termine un cycle de deux ans de travail. Durant cette période, le dynamisme, l’inventivité, et l’esprit d’ouverture – qui résonnent bien avec ce que Jacques Lacan appelle le gai savoir – ont animé notre désir de faire entendre le discours analytique dans Paris. Les responsables des vecteurs, des commissions, et les membres du bureau ont chacun apporté leur grain de sel pour maintenir le bel élan de L’Envers de Paris.

Aujourd’hui j’ai le grand plaisir de vous annoncer la parution imminente d’Horizon no 64. Ce numéro fera l’objet d’une publication commune avec Confluents no 72.

Comme vous le savez, notre inquiétude sur l’état actuel de la psychiatrie en France, et notre questionnement quant au lien qu’elle entretient avec la psychanalyse ont été l’occasion de réunir, autour d’un même projet, l’Envers de Paris et l’ACF-IdF.

C’est sous le titre La psychiatrie affolée, choisi avec justesse par Pierre Sidon et son équipe de rédaction, que ce volume voit le jour. L’ensemble des contributions ayant donné corps à la série de conversations « La psychiatrie, aujourd’hui et demain. Quelle place pour la psychanalyse ? » sont ainsi réunies dans ce numéro qui se veut porté vers l’avenir.

En avant-première, vous pouvez découvrir la couverture et le sommaire, illustrés par l’œuvre du peintre Maxime Fomenko.

En ce mois de décembre :

Le collectif Lectures freudiennes poursuivra son travail de lecture, traduction et interprétation du texte de Freud Metapsychologische Ergänzung zur Traumlehre – Complément métapsychologique à la Doctrine du Rêve. Thème tout à fait en phase avec le prochain Congrès de l’AMP : Le rêve. Son interprétation et son usage dans la cure lacanienne. Le mardi 3 décembre à 21h, chez Susanne Hommel.

Le vecteur Théâtre & Psychanalyse vous donne rendez-vous pour une représentation de La chute de la maison ; pièce librement inspirée par l’univers d’Edgar Allan Poe et par une œuvre inachevée de Debussy, associées aux motifs musicaux de Schubert et Schumann. La représentation sera suivie d’une rencontre avec Samuel Achache, Jeanne Candel, metteurs en scène, et Sophie Gayard*. Philippe Benichou animera la discussion. Le samedi 7 décembre à 21h, au Théâtre de l’Aquarium.

Nous vous proposons de venir rencontrer Joseph Ponthus, écrivain, autour de son roman À la ligne. Suivant un parcours ponctué de virages étonnants, l’auteur a pratiqué aussi bien les grands philosophes et écrivains que le travail social, ainsi que le divan. Dans le monde de l’usine et les contrats d’intérimaire, Jospeh Ponthus invente une nouvelle façon d’écrire, de s’écrire. Sa plume se met au service de l’inconscient, faisant émerger un savoir nouveau. Mercredi 11 décembre à 20h. Librairie Les Arpenteurs. Invitée : Bénédicte Jullien*, discussion animée par Stéphanie Lavigne.

En guise d’avant-goût, vous pouvez lire le texte : Quand l’usine est un traitement après le divan, signé par Coralie Haslé.

À partir du vecteur Le corps, pas sans la psychanalyse, Geneviève Mordant et Pierre-Yves Turpin nous font part de leur texte La fiction Preciado, mise en acte d’une politique ?

 

Quant à nos collègues de Psynéma, vous pourrez découvrir les trois textes présentés par Maria Luisa Alkorta, Karim Bordeau et Leïla Touati, lors de la projection du film De l’influence des rayons gamma sur le comportement des marguerites (P. Newman), qui eut lieu le 12 octobre dernier.

Prochaine projection le samedi 25 janvier à 14h autour du film A Touch of Sin, de Jia Zhangke. Invitée : Anne Ganivet-Poumellec*.

Le vecteur Littérature & Psychanalyse continue d’explorer l’écriture de Nina Baraoui. Marie-Christine Baillehache en donne un écho.

Vous trouverez aussi le texte de Bernadette Colombel à propos de la magnifique mise en scène de La dame de chez Maxim, de G. Feydeau, par Zabou Breitman.

Stéphanie Lavigne a lu les Monologues de l’attente, premier roman d’Hélène Bonnaud*, et nous fait part de ce qu’elle y a trouvé : la surprise et le bien dire propre à l’outrepasse qui, lorsqu’une psychanalyste devient romancière, s’affine encore et encore pour s’adresser à tous, et pour faire entendre en quoi l’espace-temps d’avant une séance analytique est si particulier.

En janvier 2020 :

L’Envers de Paris recevra Jorge León autour de son film Mitra (2018). Ce long métrage est inspiré par la demande d’aide que Mitra Kadivar a adressée à Jacques-Alain Miller en 2012. Leur correspondance a été publiée par l’Institut Lacan(1). Nos collègues Nathalie Georges, Christiane Page et Agnès Vigué-Camus sont à l’origine de cette soirée. La projection sera suivie d’une conversation avec Jorge León et Hervé Castanet*, animée par Nathalie Georges. Jeudi 16 janvier 2020 à 20h30, aux Ateliers Varan.

La 2ème Journée Les enfants de la science aura lieu le vendredi 24 janvier sous le thème Dons de gamètes et d’embryons, et filiation. Organisée par François Ansermet*, Nouria Gründler*, Pr David Cohen et Pr Catherine Patrat. Amphithéâtre Jean Dausset, Groupe Hospitalier Port-Royal Cochin.

Je vous souhaite une très belle fin d’année !

Beatriz Gonzalez-Renou,
directrice de l’Envers de Paris

* Psychanalyste, membre de l’ECF

(1) http://www.lacanquotidien.fr/blog/wp-content/uploads/2013/02/mitra-version-beta.pdf

L’avez-vous lu ?

Littérature et Psychanalyse

Le Vecteur Littérature et Psychanalyse reprendra son étude de l’œuvre de Nina Bouraoui et tout particulièrement de son livre Mes mauvaises pensées qui retrace sa cure analytique et pour lequel elle a obtenu le Prix Renaudot en 2005. Cinq thèmes sont centraux dans ce livre et récurant dans son écriture : l’amour, le lien à la mère et la difficulté de s’en sépare, le lien au père, la sensation de corps et l’écriture… Par Marie-Christine Baillehache

Lectures freudiennes…

Nous continuons la lecture, la traduction, les commentaires du texte de Freud : « Compléments métapsychologique à la doctrine du rêve », écrit en 1916 pendant la Première Guerre Mondiale. La psychose de désir hallucinatoire accomplit deux travaux qui ne coïncident nullement. D’une part elle mène à la conscience des désirs occultés ou refoulés, d’autre part elle les représente comme entièrement réalisés. Il s’agit de comprendre cette rencontre… Par Susanne Hommel

Genre et psychanalyse…

Dans « Ces corps qui comptent » (1993), Judith Butler se recentre sur la matérialité du corps pour répondre à ceux qui l’avaient accusée d’un constructivisme naïf. Sa réflexion tourne autour des possibilités de visibilité et viabilité des minorités, en essayant de démontrer que la matière est toujours prise dans le langage, un langage toujours-déjà politique, qui vient déterminer l’intelligibilité des corps… Par Anna Cominetti

Lectures Cliniques

Le travail au Vecteur « Lectures cliniques » de L’Envers de Paris produit des effets dans l’après-coup. La lecture d’un texte avant et après le vecteur est enrichie de la discussion. Certains termes interpellent, questionnent, plus que d’autres, d’autant plus quand les textes précédents y ont également fait référence. Par Isabelle Magne

Psychanalyse et psychiatrie

3ème conversation : La psychiatrie, aujourd’hui et demain…

Justice et psychiatrie maintiennent entre elles un lien étroit et complexe où se révèle la façon dont chaque époque traite de la folie et de ses conséquences sociales. En matière de santé mentale, la justice intervient à deux niveaux : au niveau pénal, elle détermine un certain degré de privation de liberté. à un autre niveau, elle prévoit des mesures de protection, tant pour le sujet lui-même – quand celui-ci ne semble pas jouir de toutes ses facultés mentales – que pour la société.

2ème conversation : Les lieux de soins de la psychiatrie : rupture et continuité

La 2éme Conversation s’est tenue le mercredi 28 novembre 2018 à Paris. Elle avait pour thème : « Les lieux de soins de la psychiatrie : rupture et continuité ». Le propos était d’évoquer la place de la psychanalyse dans ces lieux, comment elle s’y est perpétuée, comment elle s’est adaptée ou modifiée au gré des évolutions sociales mais aussi économiques et politiques…

Marge de manœuvre : la trouver, s’en saisir

Dans l’après-coup de la 1re Conversation du mercredi 10 octobre 2018, vous pouvez lire le texte de Florence Hautecoeur : (…) D’un côté, la subversion du psychiatre et de la psychiatrie par la science, l’économie ou le pouvoir dont on croit user, mais que l’on finit, à son insu, par servir. De l’autre, la responsabilité de chaque clinicien orienté par la psychanalyse : ne pas renoncer et ne pas céder sur son désir…

Écouter, voir..

Collectif Théâtre & Psychanalyse

Alain Françon qui œuvre depuis 1971 sur les théâtres et qui, pour la première fois (!), monte une pièce de Molière, nous a fait le plaisir d’accepter de venir converser avec Bénédicte Jullien, psychanalyste, membre de l’Ecole de la Cause freudienne. Rendez-vous le 6 octobre avec l’Envers de Paris au Théâtre de la Ville.

Champ / Contre-champ / Hors-champ

Projection du film « une femme est une femme », de Jean Luc Godard. Le samedi 5 octobre à 14h. Cinéma St André des Arts, suivie d’une discussion animée  par François Ansermet & Nouria Gründler.

Joueurs de Marie Monge : 49es Journées de l’ECF « Femmes en psychanalyse »

Événement préparatoire aux 49èmes Journées de l’ECF « Femmes en psychanalyse ».

Projection du film Joueurs, suivie d’une conversation avec Marie Monge, réalisatrice et Gustavo Freda, psychanalyste membre de l’ECF.
Ella gère avec abnégation le bistrot qu’elle partage avec son père, jusqu’au jour où elle rencontre Abel qui postule comme serveur, alors sa vie bascule.

Trois séries, trois femmes…

« Les femmes des séries, qui sont les femmes du nouveau millénaire sont animées par quelque chose dont on ne sait pas grand-chose : pas d’idéaux, pas d’idéologies, pas de maîtres tout simplement. Femmes de ce temps, elles sont comme ce monde, sans limite, sans frontières, mais habitées par une force essentielle, inépuisable »(1). Gérard Wacjman.

Lire encore…

Enfants violents

« Enfants violents ! », dit-on de ces « fauteurs de troubles » qui font de l’obstruction, mutilent leur corps, harcèlent leurs pairs, se révoltent contre les maîtres ! Mais qui sont-ils, ces « petits monstres » qui refusent de se laisser gouverner, éduquer, soigner ? Comment expliquer cette violence dès l’enfance, et comment parvenir à l’aborder ? Cet ouvrage examine cette « chose violente » comme un fait premier, étrangement intime à chaque être parlant. Les auteurs, des praticiens, en suivent les percussions et les répercussions chez les enfants, filles et garçons, qui y sont confrontés.

Psynéma…

L’oeuvre  cinématographique de Jia Zhanke, jouant subtilement de la lettre et de la fiction, nous permettra de poursuivre notre réflexion quant au lien du politique et du pas-tout.  Quelques textes de Jean-Claude Milner seront à cet égard mis à l’étude… Par Karim Bordeau

Le corps, pas sans la psychanalyse

À l’orée de cette nouvelle année nous avons décidé de prendre pour boussole le thème du prochain Congrès de l’AMP sur « Le rêve. Son interprétation et son usage dans la cure lacanienne ». Nous avons commencé par une lecture de Freud sur le rêve (le chapitre 7 de la Traumdeutung, ses écrits « Sur le rêve » et le chapitre XXIX des « Nouvelles conférences d’introduction à la psychanalyse »), puis de différents textes de Lacan, notamment « La Troisième » et « Le moment de conclure »… Par Geneviève Mordant

 Lectures Freudiennes

Ce qui est fondamental c’est de distinguer les perceptions d’un côté des représentations remémorées, qu’elles soient très intenses ou non, de l’autre. Pour combler ce trou de l’objet manquant, le sujet hallucine cet objet. Mais la satisfaction fait défaut dans le cas de l’hallucination. Alors le sujet installe ce que Freud a appelé une épreuve de réalité. En quoi consiste-t-elle ? … Par Susanne Hommel

Contacter l'Envers de Paris

14 + 15 =