Édito JANVIER 2020

Chers membres et amis de L’Envers de Paris,

Nous voici en 2020 ! Très bonne année à chacune, à chacun !

La nécessité si humaine de compter et de chiffrer le temps donne une cadence au désir, et introduit la nouveauté.

Voici quelques jours Laurent Dupont, président de l’ECF et de l’Envers de Paris, adressait ses vœux à celles et ceux qui font vivre l’École fondée par Jacques Lacan, et dont voici quatre décennies Jacques-Alain Miller se fît l’architecte.

Un détail fait son chemin depuis quelques mois. Un détail qui compte, car il est justement fabriqué de temps et de désir pour la psychanalyse : en 2020, cela fait 25 ans que l’Envers de Paris a vu le jour, sous l’impulsion de l’ECF. Lors de la dernière réunion avec le Bureau élargi, nous avons eu une pensée toute particulière en souvenir de Pierre Thèves, qui en fut le premier directeur et qui a su insuffler à L’Envers de Paris ce qui fait son style et son élan, toujours porté vers le dialogue entre la psychanalyse d’orientation lacanienne et les disciplines qui lui sont affines.

Ce changement d’année marque aussi l’heure de la permutation de nos instances associatives. Le Conseil de l’EdP communiquera sous peu à propos de la prochaine équipe de direction.

Pour le moment, voici l’agenda pour ce mois de janvier :

Le collectif Lectures Freudiennes se réunira ce lundi 6 janvier pour poursuivre la lecture et la traduction du texte de Sigmund Freud Psychologische Ergänzung zur Traumlehre – Complément métapsychologique à la doctrine du rêve -, rédigé en 1916.

Le vecteur Clinique et addictions-TyA propose un nouveau cycle dont le fil rouge est « Les addictions : symptôme et jouissance ». Dans l’argument vous lirez l’une des questions que pose Pierre Sidon : « que faire lorsque la consommation, fait courant, ne fait pas symptôme » pour le dit addict ? Première soirée le lundi 13 janvier à 20h30. Avec l’intervention de Mathilde Braun

L’Envers de Paris recevra Jorge León autour de son film Mitra (2018). Ce long métrage est inspiré par la demande d’aide que Mitra Kadivar avait adressée à Jacques-Alain Miller en 2012. Leur correspondance a été publiée par l’Institut Lacan(1). Nos collègues Nathalie Georges, Christiane Page et Agnès Vigué-Camus sont à l’origine de cette soirée. La projection de Mitra sera suivie d’une conversation avec Jorge León et Hervé Castanet*, animée par Nathalie Georges. Nous vous attendons nombreux le Jeudi 16 janvier 2020 à 20h30, aux Ateliers Varan.

En ce début d’année, le collectif Théâtre et Psychanalyse propose deux rencontres remarquables. Tout d’abord autour de Hamlet, d’après William Shakespeare. La représentation sera suivie d’une conversation entre Thibaut Perrenoud, metteur en scène, et Philippe La Sagna*. Le jeudi 16 janvier à 20h, au Théâtre de La Bastille.

Ensuite, ce sera autour d’une autre grande pièce : Phèdre, de Jean Racine. Suivie d’une rencontre avec Brigitte Jaques-Wajeman, metteuse en scène, François Regnault* et Patricia Bosquin-Caroz*. Le samedi 25 janvier à 20h, au Théâtre des Abbesses. Philippe Benichou animera ces deux événements.

Le vecteur Seminario Latino de Paris tiendra sa 3ème soirée, cette fois en espagnol, autour du thème « Clinique contemporaine entre l’adolescence et les troubles alimentaires ». Damasia Amadeo de Freda parlera de “Nuevos síntomas: Bullyng, Ni-Ni y cutting en los adolescentes”, et Domenico Cosenza de “La comida y el inconsciente”. Patrick Almeida et Soledad Peñafiel animeront la soirée. Mercredi 22 janvier à 21h. Maison de l’Amérique Latine.

Le séminaire Les enfants de la science tiendra sa 2ème Journée d’études sous le titre « Dons de gamètes et d’embryons, et filiation ». Avec Pr François Ansermet*, Nouria Gründler*, Pr Catherine Patrat et Pr David Cohen. Le vendredi 24 janvier de 9h à 18h30. Amphithéâtre Jean Dausset, Groupe Hospitalier Port-Royal Cochin.

Le vecteur Psynéma organise la projection de  A Touch Of Sin (2013), de Jia Zang-Ke. Elle sera suivie d’un débat avec Anne Ganivet-Poumellec*. Dans son argument, Karim Bordeau fait valoir l’engagement politique du réalisateur, qui dans cet opus dresse le portrait d’une Chine dont « la place dans le monde fait symptôme ». Samedi 25 janvier à 14h. Au Patronage laïque Jules Vallès.

 

Marie-Christine Baillehache nous fait parvenir le texte « Des pensées pas-folles-du-tout », avec lequel le vecteur Littérature et Psychanalyse conclut son cycle de travail autour de l’écriture de Nina Baraoui.

Quant au vecteur Le corps, pas sans la psychanalyse, vous pouvez lire le texte « La femme Paul B. Preciado », signé par Maro Rumen-Doucoure.

Comme vous le savez, le numéro spécial Horizon 64 / Confluents 72 La psychiatrie affolée qui réunit l’ensemble des contributions de la série des conversations « La psychiatrie, aujourd’hui et demain : quelle place pour la psychanalyse ? » est disponible sur ecf-echoppe.com. N’hésitez pas à le faire savoir !

Et enfin, un rendez-vous à ne pas manquer aura lieu le samedi 1er février à la Maison de la Chimie. Il s’agit de la journée Question d’École dont le thème : La puissance de la parole permettra d’aborder une question cruciale pour la psychanalyse d’orientation lacanienne. Pour s’inscrire>  

Nous vous souhaitons une bonne continuation à L’Envers de Paris pour le cycle à venir !

Agnès Bailly, Hélène de La Bouillerie, Stéphanie Lavigne et Beatriz Gonzalez-Renou,
membres du Bureau sortant.

*Psychanalyste membre de l’ECF.
(1) Lacan Quotidien> 

 

L’avez-vous lu ?

Atome, Atome, quel joli mot !

De l’influence des Rayons Gamma sur le comportement des marguerites film du réalisateur Paul Newman inaugurait le nouveau cycle 2019-2020 du vecteur Psynéma. Choisi pour l’occasion ce film parle surtout des femmes et fait écho aux Journées de l’ECF « Femmes en psychanalyse ». Par ailleurs, ce beau film s’intégre aussi dans le thème « Démocratie » proposé pour ce  cycle par le Patronnage laïque  Jules Vallès avec lequel nous travaillons en partenariat depuis bientôt quatre ans… Par María Luisa Alkorta

Littérature et Psychanalyse

Le Vecteur Littérature et Psychanalyse reprendra son étude de l’œuvre de Nina Bouraoui et tout particulièrement de son livre Mes mauvaises pensées qui retrace sa cure analytique et pour lequel elle a obtenu le Prix Renaudot en 2005. Cinq thèmes sont centraux dans ce livre et récurant dans son écriture : l’amour, le lien à la mère et la difficulté de s’en sépare, le lien au père, la sensation de corps et l’écriture… Par Marie-Christine Baillehache

Lectures freudiennes…

Nous continuons la lecture, la traduction, les commentaires du texte de Freud : « Compléments métapsychologique à la doctrine du rêve », écrit en 1916 pendant la Première Guerre Mondiale. La psychose de désir hallucinatoire accomplit deux travaux qui ne coïncident nullement. D’une part elle mène à la conscience des désirs occultés ou refoulés, d’autre part elle les représente comme entièrement réalisés. Il s’agit de comprendre cette rencontre… Par Susanne Hommel

Genre et psychanalyse…

Dans « Ces corps qui comptent » (1993), Judith Butler se recentre sur la matérialité du corps pour répondre à ceux qui l’avaient accusée d’un constructivisme naïf. Sa réflexion tourne autour des possibilités de visibilité et viabilité des minorités, en essayant de démontrer que la matière est toujours prise dans le langage, un langage toujours-déjà politique, qui vient déterminer l’intelligibilité des corps… Par Anna Cominetti

Psychanalyse et psychiatrie

3ème conversation : La psychiatrie, aujourd’hui et demain…

Justice et psychiatrie maintiennent entre elles un lien étroit et complexe où se révèle la façon dont chaque époque traite de la folie et de ses conséquences sociales. En matière de santé mentale, la justice intervient à deux niveaux : au niveau pénal, elle détermine un certain degré de privation de liberté. à un autre niveau, elle prévoit des mesures de protection, tant pour le sujet lui-même – quand celui-ci ne semble pas jouir de toutes ses facultés mentales – que pour la société.

2ème conversation : Les lieux de soins de la psychiatrie : rupture et continuité

La 2éme Conversation s’est tenue le mercredi 28 novembre 2018 à Paris. Elle avait pour thème : « Les lieux de soins de la psychiatrie : rupture et continuité ». Le propos était d’évoquer la place de la psychanalyse dans ces lieux, comment elle s’y est perpétuée, comment elle s’est adaptée ou modifiée au gré des évolutions sociales mais aussi économiques et politiques…

Marge de manœuvre : la trouver, s’en saisir

Dans l’après-coup de la 1re Conversation du mercredi 10 octobre 2018, vous pouvez lire le texte de Florence Hautecoeur : (…) D’un côté, la subversion du psychiatre et de la psychiatrie par la science, l’économie ou le pouvoir dont on croit user, mais que l’on finit, à son insu, par servir. De l’autre, la responsabilité de chaque clinicien orienté par la psychanalyse : ne pas renoncer et ne pas céder sur son désir…

Écouter, voir..

Théâtre & psychanalyse

« Une femme chute, meurt, et voilà qu’elle se réveille, posant l’énigme de cet événement à ceux dont il excède le savoir, médecins du côté de la science, prêtres du côté de la religion. C’est autour de ce mystère incarné par une femme que Jeanne Candel et Samuel Achache nous propose leur création, librement inspirée par l’univers d’Edgar Allan Poe et par une œuvre inachevée de Debussy, associés aux motifs musicaux de Schubert et Schumann…

CHAMP / CONTRE-CHAMP / HORS-CHAMP

La Serendipity, c’est le fait de découvrir autre chose que ce que l’on cherche. Mais c’est surtout la capacité de s’en saisir. Parfois une Serendipity peut en cacher une autre. Dans le parcours d’une  œuvre centrée sur la fabrication de la vie, Prune Nourry est touchée par la maladie :  l’inconnu, l’inattendu, ce que l’on ne cherche pas n’est pas toujours du côté de la vie… Par François Ansermet

Psynéma, événement J49 femmes en psychanalyse…

De l’influence des Rayons Gamma sur le comportement des Marguerites de Paul Newman, sorti en 1973, sera le prochain film projeté au Patronage laïque Jules Vallès le 12 octobre 2019 à 14h. Le débat qui suivra sera animé par Laura Sokolowsky, psychanalyste membre de l’ECF.

Collectif Théâtre & Psychanalyse

Alain Françon qui œuvre depuis 1971 sur les théâtres et qui, pour la première fois (!), monte une pièce de Molière, nous a fait le plaisir d’accepter de venir converser avec Bénédicte Jullien, psychanalyste, membre de l’Ecole de la Cause freudienne. Rendez-vous le 6 octobre avec l’Envers de Paris au Théâtre de la Ville.

Lire encore…

L’inconscient au lycée…

Si l’on ajoute un métier impossible à un autre, est-ce que cela fait proliférer l’impossible ? Ou est-ce que cela l’annule, un peu à la manière des nombres opposés, dans les équations ? C’est la question que l’on peut se poser quand un professeur invite un psychanalyste dans sa classe. Rencontres improbables entre le professeur, l’analyste et l’élève qui s’avérèrent, disons-le sans ambages, d’authentiques rencontres. Depuis 2016, l’A.C.F. d’Île de France a monté un projet destiné aux lycéens de région parisienne…. Par Par Emilie Descout*

El SEMINARIO LATINO

Il s’agira d’une séance autour de la thématique des « Exils et Psychanalyse » à partir de l’intervention de deux collègues : Sofia Guaraguara, psychanalyste, habite à Genève et est membre de l’ASREEP-NLS, et Alejandro Sanchez Rudegar, psychanalyste, habite à Buenos Aires et est membre/enseignant de la chaire « Psychanalyse Freud » de l’Universidad de Buenos Aires (UBA)

Psynéma…

L’oeuvre  cinématographique de Jia Zhanke, jouant subtilement de la lettre et de la fiction, nous permettra de poursuivre notre réflexion quant au lien du politique et du pas-tout.  Quelques textes de Jean-Claude Milner seront à cet égard mis à l’étude… Par Karim Bordeau

Le corps, pas sans la psychanalyse

À l’orée de cette nouvelle année nous avons décidé de prendre pour boussole le thème du prochain Congrès de l’AMP sur « Le rêve. Son interprétation et son usage dans la cure lacanienne ». Nous avons commencé par une lecture de Freud sur le rêve (le chapitre 7 de la Traumdeutung, ses écrits « Sur le rêve » et le chapitre XXIX des « Nouvelles conférences d’introduction à la psychanalyse »), puis de différents textes de Lacan, notamment « La Troisième » et « Le moment de conclure »… Par Geneviève Mordant

Contacter l'Envers de Paris

15 + 3 =