ÉDITO, septembre 2017

Chers collègues,

À peine franchies les portes d’une nouvelle année, une pluie d’évènements font de cette rentrée un moment particulièrement mouvementé, dynamique et sous le signe du nouveau. C’est le moins que l’on puisse dire car j’écris ces lignes au lendemain de la réunion qui s’est tenue à l’ECF dimanche dernier en présence de Christiane Alberti, Gil Caroz et de l’ensemble des délégués régionaux afin d’avancer sur la mise à jour des ACF et de l’Envers sur laquelle nous travaillons depuis le début de l’été. Une mise au point regroupant plusieurs questions fortes : les activités dans les régions, la participation effective des membres à la vie des associations, la place faite aux jeunes générations, les nouveaux modes de communication et d’énonciation, comment penser à nouveaux frais l’étude de la psychanalyse et élargir notre public dans le champ psy ?
La fin de la réunion a vu s’engager un échange nécessaire sur les questions politiques et leurs conséquences qui traversent nos institutions depuis le début de l’année.
Deuxième nouveauté et pas des moindres, celle-ci aussi au cœur de la réunion du 3 septembre, la parution imminente du Guide des Enseignements Lacaniens dans le Grand Paris et dont la conception pointue, soignée, réfléchie, ne manquera pas d’inspirer celle des activités menées dans les régions en fonction de leurs particularités. Aurélie Charpentier-Libert et Daphnée Leimann tiendront les rennes de l’équipe de diffusion (universités, institutions et arrondissements parisiens) des enseignements avec le brio dont elles ont déjà fait preuve, tandis que l’é-commission sera sollicité pour la partie numérique. Cela a été une chance de pouvoir construire cette nouvelle politique de diffusion conjointement avec Damien Guyonnet (Conseil de l’ECF) et d’Omaira Meseguer (membre du comité du pilotage et responsable de la diffusion pour les J47).

 

 

Le collectif Théâtre et psychanalyse nous réserve aussi une rentrée intense en proposant plusieurs rendez-vous dont le premier sera la soirée préparatoire aux Journées de l’ECF « Apprendre, désir ou dressage » autour de la pièce La leçon d’Eugène Ionesco, au Théâtre de la Huchette samedi 7 octobre à 20h et où nous aurons la chance d’assister au débat entre Virginie Leblanc, directrice des Journées, et la metteuse en scène Maire Cuvelier. Restez vigilants aux annonces concernant les réservations pour les deux autres soirées qu’auront lieu au mois d’octobre : vendredi 13 octobre au Théâtre de la Bastille, Logique du pire d’après Clément Rosset : Madame Klein de Nicolas Wrigth au Théâtre des Abbesses, dimanche 15 octobre.

Nathalie Joly nous a contactés afin de nous inviter à assister à la trilogie Freud et Yvette Guilbert au Théâtre du Soleil (Cartoucherie) du 28 septembre au 22 octobre.

Le Seminario Latino de Paris poursuit son travail autour du Cours de Jacques-Alain Miller « Tout le monde est fou », prochaine réunion le 27 septembre à la Maison d’Amérique Latine.

Je vous souhaite une excellente rentrée

Camilo Ramirez
Directeur de l’Envers de Paris

Événements à la Une

Les enfants de la science, 4e rdv

Procréation trans au prisme de l’éthique médicale, présenté par Agnès Condat, pédopsychiatre, psychanalyste et responsable de la consultation identité sexuée du service du Pr David Cohen.

BAAL

Après Les Liaisons dangereuses, Christine Letailleur monte la deuxième version de Baal, (1919) première pièce de Brecht (traduction Éloi Recoing) dont il fera cinq versions. La première, qu’il voulait intituler « Baal danse, Baal bouffe, Baal se transfigure », écrite juste après la Grande Guerre « constitue la matrice originelle et sans doute l’essence même de son œuvre à venir ». […] Christiane Page

Lecture Freudiennes. Passé, présent, avenir

[…] Le texte que nous avons choisi pour la suite est «  Die Zukunft einer Illusion  » – L’Avenir d’une illusion, 1927. Freud a rédigé ce texte entre les deux Guerres Mondiales. Freud écrit que le présent doit être devenu le passé pour avoir un point d’appui pour juger ce qui est à venir.

Psynéma avril

Notre dernière séance a été consacrée à un large débat autour des deux films que nous avons finalement choisis quant à l’exposition future de nos travaux sur le phénomène « alien » dans le cinéma : The Thing de Carpenter (1982) plus que jamais d’actualité — et Invasion of the Body Snatchers de Kaufman (1978) qui a ses antécédents notoires — lui aussi d’une actualité politique brûlante. Entre ces deux derniers films, impossible ici de ne pas insérer l’énigmatique Alien de R.Scott sorti en 1979. Il est incontestable que ces trois longs métrages se répondent quant au noeud de la jouissance et du corps dont il est question. Cette triplicité a marqué par ailleurs son époque, parfois après coup comme pour The Thing — il s’agirait maintenant de démontrer ce qu’elle implique comme dire.
[…]

Psynema Mars

La séance du mois de février a permis au groupe de dégager le choix des deux films autour desquels s’organisera la soirée d’exposition des travaux du Vecteur. Ces deux films sont The Thing de John Carpenter (1982) et L’invasion des profanateurs (The Invasion of the Body Snatchers) de Philip Kaufman (1978).
Ces deux films se répondent en bien des points : l’alien s’empare du corps de l’homme sans qu’il s’en rende compte […]

Les nouveaux visages de la ségrégation

Une soirée préparatoire à la Journée du 10 Juin de l’Envers de Paris sur « Les nouveaux visages de la ségrégation » aura lieu le Mercredi 26 Avril 2017, de 21 à 23 heures, atelier 7 du CentQuatre – Paris (5 rue Curial, 75019), en liaison avec L’Espace Psychanalytique d’Orientation et de Consultation (L’EPOC),

avec la participation de Thierry Jacquemin, psychiatre, psychanalyste membre de l’ECF, Geneviève Mordant et Guido Reyna, membres du Vecteur- recherche de l’Envers de Paris « Le corps, pas sans la psychanalyse », et Thomas Bellorini, chef-de-chœur et metteur en scène d’un spectacle réalisé à partir de « Le dernier voyage de Sindbad » d’Erri de Luca, qui fait écho aux drames des migrants. (…)

Soudain l’été dernier

« Ce qui me passionne dans Soudain l’été dernier, c’est la manière dont la réalité se révèle sous les airs du plus terrifiant des fantasmes ». C’est ainsi que Stéphane Braunschweig présente ce qui fait la valeur de cette pièce de Tennessee Williams qu’il met en scène au Théâtre de l’Odéon. Est-ce cette réalité qui heurta l’auteur au point qu’il dit avoir quitté la projection du film qui en fut tiré, horrifié par une approche littérale qui en méconnaissait la dimension métaphorique ? (…) Philippe Benichou

Liens sociaux toxiques

Avec Laure Naveau, invitée
Liens sociaux toxiques : considération sur un cas d’addiction sans objet
Luis Iriarte
Lors de la prochaine soirée du TyA – L’Envers de Paris, nous allons examiner un cas clinique où l’addiction se présente sans un objet apparent. En 2011, J.-A. Miller a manifesté que « toute activité peut devenir drogue »1. Cette citation nous permet de capter que ce qui est addictif (…)

Ségrégation et camp de concentration
Gabriela Pazmino
Le camp de concentration (à distinguer du camp d’extermination) est une forme de ségrégation dont l’origine remonte aux guerres coloniales anglaises du début du XXème siècle (Loir, 1902/1919).[1] Pratiquée à grande échelle durant la seconde guerre mondiale, (…)

Corps parlant et genre

Dans la cadre du séminaire « Penser le sexuel : Entre la psychanalyse et les théories du genre »,
Pierre-Gille Guéguen interviendra lundi 6 mars à 18H00 sous le titre : « Corps parlant et genre ».

ecf-messager, vous connaissez ? 

Petit dialogue entre @mis

Ce n’est pas cette liste de diffusion intense de l’École de la Cause freudienne ?

J’en ai entendu parler…

Oh oui, intense ! Pour tout connaître de cette École et de sa petite flottille, les différentes ACF (l’École dans les régions).

Tout connaître, vraiment ? 

Tout connaître, on n’y arrive pas. Mais ECF-Messager, c’est : des informations nombreuses, des réflexions diverses sur le moment présent et son intérêt pour la psychanalyse, les news de l’orientation lacanienne, heure par heure, du sur mesure pour vous, pour la psychanalyse… Par exemple, un ami m’avait envoyé les petites vignettes cliniques que le Directoire avait suscitées, et qui préparaient l’événement Question d’École sur le contrôle. Et quel régal de découvrir deux fois par semaine les nouveautés du Blog des Journées de l’ECF !

Tout savoir aussi sur les cartels, Lacan Quotidien, les dernières parutions, les grands événements de la psychanalyse dans le monde (Association Mondiale de Psychanalyse) et bien d’autres choses encore.

Et je peux rejoindre cette liste ? 

Quand tu veux. C’est gratuit ! Tu le demandes au secrétaire de l’ECF grâce au formulaire de contact ci-desous…

Et tous ces messages, ce n’est pas trop ? 

Penses-tu ! Je me suis créé une boite type Gmail dédiée à cette liste, en un clin d’œil l’objet du message m’indique si je garde ou si je jette ; et pour éviter qu’ils finissent dans les spams, j’ai entré l’adresse ECF-Messager dans mes contacts.

Toi alors, tu as toujours un tour d’avance…

Allez, on y court vite ? Car ce messager change de jour en jour…

Formulaire d'inscription au courrier ecf-messager

2 + 15 =

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Psynéma : compte rendu de la séance du 7 février 2015

Karim Bordeau Dans un premier temps nous avons étudié un texte de Freud : « Le motif du choix des coffrets[1]. Ce texte singulier est évoqué par Lacan dans le Séminaire L’identification, dans la séance du 24 janvier 1962[2] où  il analyse cette étrange affaire des...

Éthique, politique et psychanalyse

Dans notre réflexion sur un dialogue possible entre gender studies et psychanalyse nous sommes parvenus, avec Judith Butler, à nous poser une question qui peut paraître à la fois désuète et d’une brûlante actualité : « peut-on considérer la famille comme une communauté naturelle, capable d’instituer dans et par sa nature un ordre de droit ? »

Les sex addicts en question

L’abord comportemental des compulsions sexuelles et de ladite « dépendance affective » apparait au premier plan du discours contemporain. Mais, comme on va le vérifier à nouveau après la dernière soirée qui a tourné autour de l’analyse du film Shame par Fabian Fajnwaks, c’est bien plus qu’un comportement qui est en cause chez ceux que l’on appelle les « sex – ou love – addicts. »
L’amour et le sexe peuvent-ils être considérés comme des addictions ? Pourquoi pas, si tant est que la catégorie des addictions serait une fiction, au sens – sérieux – de Bentham : une vérité dans sa fragile beauté ?

« Ce que j’enseigne a fait un certain bruit »

Laurence Hemmler et Marie-Claude Sureau Quand Lacan fait ses conférences après la publication des Écrits dans les années 1960-1970, il rencontre un public qui n'est pas celui des psychanalystes auxquels il faisait séminaire jusque là. C'est un public nouveau, la...

N. Sarraute et « La lettre volée »

 Compte rendu de la réunion du Vecteur « Psychanalyse et littérature » du 17 Décembre 2014 Marie-Christine Baillehache Tout au long de son œuvre, N. Sarraute soutient sa visée littéraire de mettre le langage face à l’inconnu de son sens. C’est au dur travail de...

Shame : L’Un et le féminin

Shame met en scène le rapport d’un sujet avec l’Un tout seul de la jouissance. Il aborde la tension si contemporaine entre l’Un tout seul de la jouissance autoérotique et l’effraction dans son circuit que produit la rencontre avec deux personnages féminins.

Introduction à la première Journée du réseau parisien du FIPA, par Patricia Bosquin-Caroz

Patricia Bosquin-Caroz : « On doit à Philippe Benichou, actuel directeur de l’association l’Envers de Paris, l’initiative de l’organisation de cette première journée de travail du réseau parisien du FIPA qui se déroulera sous le titre : « L’inconscient et le lien social ». Je lui laisserai le soin de vous introduire au thème de cette matinée et pour ma part je m’attacherai à retracer le parcours et les raisons qui ont conduit l’École de la Cause freudienne à cette création, du FIPA, Forum des Institutions de Psychanalyse Appliquée et à son réseau parisien… »

Écouter, voir

Séminaire en ligne : Le contexte du Séminaire de Lacan

…mon intérêt s’est plutôt porté sur la façon dont Lacan a répondu à cet évènement, auquel il a donné un nom – son excommunication – en proposant presque une nouvelle dé?nition de l’inconscient (…) J’avais donc appelé mon intervention : « 1964, l’inconscient structuré comme un regard. » (Clotilde Leguil)

La voix et Les noces de Figaro

Pour Lacan, le silence est ce qui présentifie paradoxalement le mieux l’objet-voix. La voix du chant lyrique est-elle une des modalités qui met en jeu l’impossible présence de cet objet cause du désir ?

Entrons dans la ronde

Le scandale de La Ronde
Scandaleuses, les « souillures du mariage et les désillusions de l’adultère » d’Emma Bovary (et non l’inverse comme le regrettera le procureur Pinard ), scandaleuses la même année les fleurs vénéneuses de Baudelaire, « obscènes et immorales », qui « conduisent nécessairement à l’excitation des sens par un réalisme grossier et offensant pour la pudeur », scandaleuse Nora qui laisse époux et enfants pour « prendre conscience d’[elle]-même et de ce qui [l’]entoure » et refuse face à son mari d’être « d’abord et avant tout épouse et mère » pour être « d’abord et avant tout un être humain » à la fin de Maison de poupée. […]

Don Juan : rire du Pas-Tout

[…] En s’emparant du « Don Juan » de Molière, et à l’instar de son héros qui remet en question les représentations et les certitudes établies par le Discours Maitre, le choix de mise-en-scène de J-F Sivadier bouscule les règles stables du théâtre classique et fait de la scène théâtrale « une piste de cirque où se succèdent, dans une dramaturgie de zapping, une succession de numéros interchangeables. ». […] Par Marie-Christine Baillehache

Autour du vide, Pina Bausch

[…] Sa méthode de travail est de questionner ses danseurs, […] A partir de leurs réponses et parce qu’elle ne croit plus à la narration […], elle compose des fragments de tableaux aussi doux que cruels, aussi beaux que tristes, aussi compréhensibles qu’obscures. […] M.-C. Baillehache

Contacter l'Envers de Paris

15 + 12 =