Édito novembre 2019

Chers membres et amis de L’Envers de Paris,

Nous sommes rentrés dans le compte à rebours vers les 49es Journées de l’ECF Femmes en psychanalyse. Comme chaque année, il s’agit d’un moment incontournable pour toutes celles et tous ceux qui s’intéressent – de très près, de près ou d’un peu loin – à l’orientation lacanienne. Mais cette année en particulier, les psychanalystes de l’École de Lacan se sont donnés pour tâche de transmettre à un large public le bien dire qui habite l’expérience de la cure analytique, et la façon dont le féminin y émerge. Rendez-vous les 16 et 17 novembre au Palais des Congrès. Pour s’inscrire, il suffit d’un clic> 

La joie sera de la partie tout le long de ces journées… et ce sera jusqu’au bout de la nuit ! Venez « comme vous dansez » au Club de la chasse et de la nature pour le Bal des J-49Pour prendre votre place> 

Plusieurs vecteurs de l’Envers de Paris poursuivront leur travail en ce mois de novembre :

Marie-Christine Baillehache donne un écho du point où se trouve le vecteur Littérature et psychanalyse qui se centre actuellement sur l’écriture de Nina Baraoui, et notamment sur son livre Mes mauvaises pensées. Prochaine réunion le mardi 5 novembre.

Le collectif Lectures freudiennes se réunira le mercredi 6 novembre autour de la lecture, l’interprétation et la traduction du texte Compléments métapsychologiques de la doctrine du rêve. Susanne Hommel propose de prendre comme fil rouge ce que Freud a appelé dans cet écrit : une épreuve de réalité.

Le vecteur Psynéma s’engage dans la préparation de l’après-midi autour du film A Touch of Sin, de Jia Zhangke (2013). Les lectures d’orientation seront la leçon I du Séminaire XVIII de J. Lacan et le texte « De la nature des semblants », de J.-A. Miller. Réunion de travail le samedi 9 novembre.

Quant au séminaire Les enfants de la science, François Ansermet et Nouria Gründler proposent la projection du film Serendipity, de Prune Nourry (2019), suivie d’un échange avec le Pr. David Cohen. Mardi 19 novembre à 20h au cinéma MK2 Beaubourg.

Dans le cadre de son cycle « Science et psychanalyse », le Seminario Latino de Paris propose une soirée ouverte au public autour du thème Exils et Psychanalyse. Interviendront : Sofia Guaraguara et Alejandro Sanchez Rudegar. Soirée animée par Patrick Almeida et Flavia Hofstetter. Le mercredi 27 septembre à 21h, Maison de l’Amérique Latine.

Geneviève Mordant nous transmet les thèmes de travail pour la saison 2019-2020 du vecteur Le corps, pas sans la psychanalyse. Le choix de ce collectif se porte sur un questionnement autour du rêve : Qu’en est-il du rêve et de sa fonction, à l’heure de « la vie liquide » ? Prochaine réunion : le mercredi 27 novembre.

L’Envers de Paris a le plaisir de vous convier à la rencontre avec l’écrivain Joseph Ponthus, auteur du livre A la ligne. Feuillets d’usine. Dans ce premier roman, récompensé par plusieurs prix littéraires, il invente une nouvelle forme de récit où le corps parlant habite chaque phrase et relie ainsi pensée inconsciente(1) et monde concret. Dans son parcours, qui va de Khâgne, Hypokhâgne à une pratique en tant que travailleur social, c’est en rencontrant le travail à l’usine que J. Ponthus retrouve l’urgence d’écrire. Bénédicte Jullien, psychanalyste membre de l’ECF sera également notre invitée. Stéphanie Lavigne animera cette rencontre. Le mercredi 11 décembre à 20h. Librairie Les Arpenteurs.

Avec ce numéro vous pourrez lire deux textes faisant résonner différents temps forts de ce qui fait l’actualité de notre association.

Avec son texte « Une place du côté de la vie », Aurélie Pascal donne un après-coup de la conversation « Psychanalyse et pédopsychiatrie : questions et variété de réponses » qui eut lieu le 25 septembre dernier, et qui clôturait la série La psychiatrie aujourd’hui et demain. Quelle place pour la psychanalyse ? organisée par l’Envers de Paris et l’ACF IdF durant la période 2018-2019.

A l’heure où la notion de l’Inconscient a failli disparaître des programmes scolaires, Émilie Descout nous fait part de la façon dont étonnement et surprise sont au rendez-vous au lycée où elle est professeure de lettres, et où elle invite des psychanalystes membres de l’ECF à rencontrer les élèves dans l’espace même de la salle de classe. Pour en savoir plus sur cette belle initiative, lisez son texte « Rencontre du troisième type ? ».

Je vous souhaite un très bon mois de novembre,

Beatriz Gonzalez-Renou,
directrice de l’Envers de Paris

(1) Miller J.-A., « Santé mentale et ordre public », Conférence prononcée en clôture des IIIes Journées du Champ freudien à Séville en 1988. Mental nº 3, janvier 1997.