Édito décembre 2019

Chers membres et amis de L’Envers de Paris,

La fin de l’année 2019 arrive et avec elle se termine un cycle de deux ans de travail. Durant cette période, le dynamisme, l’inventivité, et l’esprit d’ouverture – qui résonnent bien avec ce que Jacques Lacan appelle le gai savoir – ont animé notre désir de faire entendre le discours analytique dans Paris. Les responsables des vecteurs, des commissions, et les membres du bureau ont chacun apporté leur grain de sel pour maintenir le bel élan de L’Envers de Paris.

Aujourd’hui j’ai le grand plaisir de vous annoncer la parution imminente d’Horizon no 64. Ce numéro fera l’objet d’une publication commune avec Confluents no 72.

Comme vous le savez, notre inquiétude sur l’état actuel de la psychiatrie en France, et notre questionnement quant au lien qu’elle entretient avec la psychanalyse ont été l’occasion de réunir, autour d’un même projet, l’Envers de Paris et l’ACF-IdF.

C’est sous le titre La psychiatrie affolée, choisi avec justesse par Pierre Sidon et son équipe de rédaction, que ce volume voit le jour. L’ensemble des contributions ayant donné corps à la série de conversations « La psychiatrie, aujourd’hui et demain. Quelle place pour la psychanalyse ? » sont ainsi réunies dans ce numéro qui se veut porté vers l’avenir.

En avant-première, vous pouvez découvrir la couverture et le sommaire, illustrés par l’œuvre du peintre Maxime Fomenko.

En ce mois de décembre :

Le collectif Lectures freudiennes poursuivra son travail de lecture, traduction et interprétation du texte de Freud Metapsychologische Ergänzung zur Traumlehre – Complément métapsychologique à la Doctrine du RêveThème tout à fait en phase avec le prochain Congrès de l’AMP : Le rêve. Son interprétation et son usage dans la cure lacanienne. Le mardi 3 décembre à 21h, chez Susanne Hommel.

Le vecteur Théâtre & Psychanalyse vous donne rendez-vous pour une représentation de La chute de la maison ; pièce librement inspirée par l’univers d’Edgar Allan Poe et par une œuvre inachevée de Debussy, associées aux motifs musicaux de Schubert et Schumann. La représentation sera suivie d’une rencontre avec Samuel AchacheJeanne Candel, metteurs en scène, et Sophie Gayard*. Philippe Benichou animera la discussion. Le samedi 7 décembre à 21h, au Théâtre de l’Aquarium.

Nous vous proposons de venir rencontrer Joseph Ponthus, écrivain, autour de son roman À la ligne. Suivant un parcours ponctué de virages étonnants, l’auteur a pratiqué aussi bien les grands philosophes et écrivains que le travail social, ainsi que le divan. Dans le monde de l’usine et les contrats d’intérimaire, Jospeh Ponthus invente une nouvelle façon d’écrire, de s’écrire. Sa plume se met au service de l’inconscient, faisant émerger un savoir nouveau. Mercredi 11 décembre à 20h. Librairie Les Arpenteurs. Invitée : Bénédicte Jullien*, discussion animée par Stéphanie Lavigne.

En guise d’avant-goût, vous pouvez lire le texte : Quand l’usine est un traitement après le divansigné par Coralie Haslé.

À partir du vecteur Le corps, pas sans la psychanalyse, Geneviève Mordant et Pierre-Yves Turpin nous font part de leur texte La fiction Preciado, mise en acte d’une politique ?

Quant à nos collègues de Psynéma, vous pourrez découvrir les trois textes présentés par Maria Luisa Alkorta, Karim Bordeau et Leïla Touati, lors de la projection du film De l’influence des rayons gamma sur le comportement des marguerites (P. Newman), qui eut lieu le 12 octobre dernier.

Prochaine projection le samedi 25 janvier à 14h autour du film A Touch of Sin, de Jia Zhangke. Invitée : Anne Ganivet-Poumellec*.

Le vecteur Littérature & Psychanalyse continue d’explorer l’écriture de Nina Baraoui. Marie-Christine Baillehache en donne un écho.

Vous trouverez aussi le texte de Bernadette Colombel à propos de la magnifique mise en scène de La dame de chez Maxim, de G. Feydeau, par Zabou Breitman.

Stéphanie Lavigne a lu les Monologues de l’attente, premier roman d’Hélène Bonnaud*, et nous fait part de ce qu’elle y a trouvé : la surprise et le bien dire propre à l’outrepasse qui, lorsqu’une psychanalyste devient romancière, s’affine encore et encore pour s’adresser à tous, et pour faire entendre en quoi l’espace-temps d’avant une séance analytique est si particulier.

En janvier 2020 :

L’Envers de Paris recevra Jorge León autour de son film Mitra (2018). Ce long métrage est inspiré par la demande d’aide que Mitra Kadivar a adressée à Jacques-Alain Miller en 2012. Leur correspondance a été publiée par l’Institut Lacan(1). Nos collègues Nathalie Georges, Christiane Page et Agnès Vigué-Camus sont à l’origine de cette soirée. La projection sera suivie d’une conversation avec Jorge León et Hervé Castanet*, animée par Nathalie Georges. Jeudi 16 janvier 2020 à 20h30, aux Ateliers Varan.

La 2ème Journée Les enfants de la science aura lieu le vendredi 24 janvier sous le thème Dons de gamètes et d’embryons, et filiation. Organisée par François Ansermet*, Nouria Gründler*, Pr David Cohen et Pr Catherine Patrat. Amphithéâtre Jean Dausset, Groupe Hospitalier Port-Royal Cochin.

Je vous souhaite une très belle fin d’année !

Beatriz Gonzalez-Renou,
directrice de l’Envers de Paris

* Psychanalyste, membre de l’ECF

(1) http://www.lacanquotidien.fr/blog/wp-content/uploads/2013/02/mitra-version-beta.pdf