ÉDITO AVRIL 2024

Chères et chers membres et abonnés de L’Envers de Paris,

En ce temps de vacances et de floraisons du printemps, nous nous préparons pour de nouvelles aventures dans notre mission d’étude et de développement de la psychanalyse à Paris. 

La journée CERA a conclu le mois de mars avec succès. Lors de cette 3ème journée d’étude nous avons pu saisir de plus près, grâce aux communications cliniques et théoriques, les entrelacs de l’autisme avec la subjectivité de l’époque. Nous avons pu apprécier la façon dont la psychanalyse répond à la spécificité du sujet autiste, développant une approche à chaque fois différente et en syntonie avec la singularité du cas et des inventions du sujet. 

Le mois de mars a été également pour nous très important car nous avons pu nous retrouver nombreux et en présentiel pour notre Assemblée Générale ordinaire. Le nouveau bureau s’est installé de façon officialisée : Cinzia Crosali, directrice, Olivier Miani, trésorier, Chicca Loro, secrétaire et Stéphanie Lavigne, déléguée des cartels. 

L’assemblée a été un moment joyeux et participatif, et la directrice a exposé le thème d’étude et de travail des deux prochaines années : « Fantasmes contemporains du corps ». Le corps parlant du sujet est au cœur de la psychanalyse et n’a jamais été interrogé avec autant d’intérêt qu’aujourd’hui. Comment l’articuler à notre actualité ? Et avec les connexions que L’Envers de Paris maintient avec les autres champs du savoir ? Plus la dématérialisation des échanges et des activités humaines avance, plus le corps revient dans nos inquiétudes, dans notre actualité : le corps impliqué dans les PMA, le corps augmenté par les applications de l’intelligence artificielle, le corps dans les transitions de genre, le corps au centre des réflexions éthiques sur l’euthanasie, les implantations d’organes d’un corps à l’autre, le corps pris en otage par les drogues, par les addictions, le corps confronté aux critères performants de l’époque : bien-être, santé, poids, forme, âge, apparence, habillement, alimentation… selon les modes qui orientent les identifications. Nous sommes déjà au travail pour explorer les multiples pistes que ce thème nous offre et qui pourra orienter le travail des vecteurs, des groupes et des cartels de notre association.

***

Cartels

Nous connaissons bien ces deux citations de Lacan dans lesquelles il écrit que le cartel est le « travail de base »[1] « l’organe de base »[2] de l’École. Dès lors, ça ne cesse pas d’écrire autour de ce dispositif de travail, mis en place par Lacan, lorsqu’il a fondé l’École freudienne de Paris en 1964. Mais en quoi le cartel est-il « travail de base » de l’École ? Qu’est-ce qu’un cartel ? Répondre à ces questions plus de soixante ans après pourrait paraître évident. Pourtant les enjeux qui sont au cœur du cartel ne sont pas si simples. < En savoir plus >

Vous trouverez sur la page « cartel » du site de l’Envers deux nouvelles annonces pour faire cartel : < En savoir plus >

Stéphanie Lavigne.

***

Nos amis de l’ACF Ile-de-France organisent, samedi 27 avril, un après-midi d’étude, sous le titre « Images / Visions, au-delà du visible » en direction du thème du congrès de la NLS, la New Lacanian School, « Clinique du regard », qui aura lieu à Dublin les 11 et 12 mai 2024. 

L’extension du domaine du visible, produit par la science et la technique, semble aujourd’hui devenue infinie comme si le sujet moderne avait accès à la possibilité d’une vision totale. Le saut quantitatif qui en résulte, en termes de surproduction des images à voir, s’avère en ce sens exponentiel : pas moins de 3 milliards d’images seraient partagées chaque jour sur les réseaux sociaux.

L’expérience analytique pourrait, en revanche, nous éclairer sur ce que les sujets contemporains ne cessent pas de ne pas voir dans ce défilé incessant des images à scroller.

L’expérience d’une analyse s’avère être un consentement à ouvrir les yeux et au désir de savoir.

Évènement à ne pas manquer : le samedi 27 avril 2024 de 14h à 17h30,  au Centre Sèvre – 35 bis, rue de Sèvres – 75006 Paris. 

Et voici les nouvelles des groupes et des vecteurs de l’EdP pour le mois de mars 2024

Vecteur Lectures freudiennes 

Le vecteur « Lectures freudiennes » poursuit la traduction de l’article : « Un enfant est battu » avec le fantasme de la deuxième phase : être soi-même, battu par le père. La citation de Freud est remarquable et oriente ce travail :

« Si l’organisation génitale à peine atteinte est concernée par le refoulement, alors il ne se produit pas seulement la conséquence que toute représentation psychique de l’amour incestueux devient ou reste inconsciente, mais il arrive une autre conséquence, c’est que l’organisation génitale elle-même subirait une humiliation (Erniedrigung) régressive. Le père m’aime – était dit au sens génital ; par la régression cela se transforme en :  le père me bat ( je suis battu par le père). Cet « être battu » est donc une rencontre entre conscience de culpabilité et Érotique (Erotik) ; ce n’est pas seulement la punition pour la relation génitale réprouvée mais aussi le substitut (Ersatz)  régressif de celle-ci ».

Nous nous retrouverons chez Susanne Hommel le vendredi 5 avril à 21h.

Contact : lectures-freudiennes@enversdeparis.org

Seminario Latino

Le 27 mars le Seminario Latino de Paris (SLP) a inauguré son thème d’étude, « Signifiants dans l’air du temps », avec une première soirée “Autour de l’amour”, à la Maison de l’Amérique latine. Cette très belle soirée, joyeuse, vivante et enseignante, eut pour invitées nos collègues Olivia Bellanco, Juliane Casarin, Soledad Peñafiel, et Dalila Arpin en tant qu’extime.

Le SLP prépare maintenant la prochaine soirée qui aura lieu en juin, en présence de Clotilde Leguil, autour de son livre L’ère du toxique. Plus de renseignements à venir.

Responsables : Flavia Hofstetter et Nayahra Reis.

Contact : seminario-latino-de-paris@enversdeparis.org

Vecteur Lectures cliniques 

Le vecteur des lectures cliniques s’est réuni le 9 mars pour travailler ensemble le texte de Karl Abraham « Différences psychosexuelles entre l’hystérie et la démence précoce ». Le questionnement d’Albert Filhol a permis à mettre en tension ces deux concepts en parlant de Salvador Dalí et en suscitant une discussion extrêmement riche et nuancée. 

Le texte clinique « Cas Aitor », présenté par Marcela Fernandez Zosi, a finement mis en relief le goût bureaucratique de l’aspiration au pouvoir politique en tant qu’une expression du narcissisme secondaire, à l’opposition de la vivacité du désir névrotique. Comment se différencie le positionnement de l’analyste et la conduite de la cure dans ces deux cas ? Tel fut le thème de notre conversation auquel ont pris part tous les participants de notre vecteur.

Contact : clinique-lacan@enversdeparis.org 

Vecteur Psychanalyse et littérature

Le vecteur « Psychanalyse et Littérature » se réunira par Zoom le Jeudi 11 Avril à 20h et poursuivra son étude du roman de C. Laurens Fille dans lequel celle-ci aborde l’absence « de symbolisation du sexe de la femme comme tel. En tout cas, la symbolisation n’est pas la même, n’a pas la même source, n’a pas le même mode d’accès que la symbolisation du sexe de l’homme. »[3] « l’organe de base » Elle s’y souvient, qu’enfant, elle observait comment filles et garçons maniaient le manque du phallus et se débrouillaient imaginairement pour appréhender ce qu’ils n’arrivaient pas à symboliser. Poursuivant, au-delà de l’imaginaire, sa recherche d’une symbolisation de son sexe de fille, elle rapporte, avec humour, que s’étant tournée vers son père, médecin, pour qu’il lui délivre une symbolisation fondamentale, elle en a reçu une réponse dont la portée imaginaire l’a laissée démunie : « j’ai cinq ans. Timide et curieuse à la fois, je suis cachée derrière le canapé. “Vous avez des enfants ?” demande le monsieur. – Non, dit mon père. J’ai deux filles. »[4]

Lors de notre prochaine réunion, Valérie Marchionni nous donnera sa lecture du procès de symbolisation que C. Laurens opère dans son roman Fille quant à son sexe féminin « dans son caractère d’absence, de vide, de trou »[5].

Le vecteur « Psychanalyse et ittérature » reste ouvert à qui, orienté par l’enseignement de Lacan, désire se laisser éclairer par la littérature.

Pour rejoindre notre vecteur, contacter Marie-Christine Baillehache : littérature@enversdeparis.org

Vecteur Le corps, pas sans la psychanalyse

La rencontre du 19 mars 2024 s’est inscrite dans la suite d’une réflexion commencée le mois précédent sur un thème proposé par Jacques-Alain Miller : les fantasmes contemporains du corps. Martine Bottin a présenté une interprétation de l’inflation à laquelle nous assistons, particulièrement dans les médias, d’un discours sur le bien-être et la santé. Cette inflation peut se lire comme le symptôme d’une société qui ne veut rien savoir de la dysharmonie dont le langage marque les corps. On peut aussi y entendre, entre autres, une aspiration à la beauté comme dernière défense contre le réel.

La prochaine rencontre du vecteur aura lieu le 25 avril 2024 à 20h au 76 rue des Saints-Pères. 

Guido Reyna proposera une réflexion sur les hystorisations de la maladie à partir notamment de La maladie comme métaphore de Susan Sontag.

Membres du vecteur : Geneviève Mordant, Pierre-Yves Turpin, Guido Reyna, Martine Bottin, Isabelle Lebihan, Marie Faucher-Desjardins, Baptiste Jacomino (coordinateur).

Contact : corpsy@enversdeparis.org

Vecteur Psynéma

Le vecteur Psynéma prépare pour le 30 mai 2024 une rencontre psychanalyse-cinéma qui aura lieu aux 7 Parnassiens à 20H à Paris autour du merveilleux et étonnant film L’Autre Côté de l’espoir (en finnois : Toivon tuolla puolen), comédie finlandaise écrite, produite et réalisée par Aki Kaurismäki, sortie en 2017. 

Lien pour inscription et info : https://www.parnassiens.com/evenement/2129058-l-envers-de-paris

Le vecteur compte maintenant 12 membres actifs : Maria Luisa Alkorta, Katie April, Karim Bordeau, Estelle Fredet, Anne Ganivet, Lila Kapur, Sophie Lac, Marie Majour, Carole Niquet,  Solenne Philippon, Jessika Schlosser, Leila Touati.

Venez à cette rencontre du 30 mai vous ne serez pas déçu du voyage…

Par ailleurs, le vecteur est ouvert à des nouveaux participants.

Karim Bordeau

Entrée libre sous réservation :
https://www.patronagelaique.eu/event-details/marathon-man
Ou réservation au : 01 40 60 86 00

Vecteur Théâtre

La rencontre organisée par le vecteur « Théâtre et psychanalyse » le vendredi 15 mars au Théâtre 14 autour de la pièce Les bonnes a donné lieu à un échange passionnant entre le metteur en scène Mathieu Touzé et Francesca Biagi-Chai devant une centaine de spectateurs. Mathieu Touzé a twitté le lendemain qu’il s’agissait d’ « un des plus beaux commentaires sur son travail », confirmant l’intérêt de faire dialoguer le théâtre et la psychanalyse à l’intérieur même des théâtres.

Vous pouvez d’ores et déjà réserver sur votre agenda les deux prochaines rencontres organisées par le collectif : le jeudi 29 mai à 20h au théâtre du Rond-Point pour le spectacle de Lola Lafon Un état de nos vies, et le dimanche 9 juin à 15h aux ateliers Berthier du théâtre de l’Odéon pour Oui, de Thomas Bernhard.

Contact : theatre@enversdeparis.org

Vecteur Clinique et addictions

Cristóbal Farriol interviendra sur Edgar Allan Poe le 25 avril.

Génie littéraire, Edgar Allan Poe pourrait bien faire partie de la longue liste d’écrivains alcooliques. Mais est-ce vraiment le cas?  Déjà Baudelaire considérait cette réputation du bostonien comme une grossière diffamation, typique du puritanisme américain. Ceci porte une graine de vérité : bien que mort à 40 ans après une forte alcoolisation, ce qui marque l’existence de Poe ce sont plutôt 40 ans de Hilflosigkheit. Sa biographie, élucubration de cette existence, évoque ses nombreuses tentatives de parer à cette détresse à ciel ouvert (écriture, famille, célébrité), où l’auto-boycott finit toujours par avoir le dernier mot. En effet, bien que Poe était indéniablement un grand sublimateur, l’itération de sa destruction nous montre, pourtant, que la jouissance sera toujours plus forte que l’amour.

Renseignements et inscriptions sur addicts.org/conversations

Les membres du bureau et la directrice de l’EdP vous souhaitent des excellentes vacances et vous attendent nombreux aux activités et aux évènements organisés pas notre association. 
Cinzia Crosali

Directrice de L’Envers de Paris.
https://enversdeparis.org/ 

***

[1] Lacan J., « Acte de fondation », Autres écrits, Paris, Seuil, 2001, p. 230.
[2] Lacan J., Le Séminaire, livre xxviii, « Dissolution », leçon du 11 mars 1980, inédit.
[3] Lacan J., Le Séminaire, livre III, Les psychoses, Paris, Seuil, 1981, p. 198.
[4] Laurens C., Fille, Paris, éd. Quarto Gallimard, 2023, p. 779.
[5] Lacan J., Le séminaire, livre III, Les psychoses, op. cit., p. 199.