ÉDITO MAI 2024

ÉDITO MAI 2024

PARISLEAKS MAI 2024

 

Chères et chers membres et abonnés de L’Envers de Paris, les vacances d’avril terminées, nous reprenons avec un nouvel élan nos activités et nos projets. 

Le travail des groupes et des vecteurs sera articulé, pendant deux ans, au thème d’étude de l’Envers de Paris : Fantasmes contemporains du corps. Freud a inventé la psychanalyse à partir des maux du corps de l’hystérique, productions de l’inconscient et effets d’une causalité psychique ignorée par le sujet. Le corps traverse tout le temps le dire des patients, il est objet d’exaltation ou de plainte, de rejet ou de fascination, il est aimé ou détesté, il est docile ou n’en fait qu’à sa tête. Le corps du parlêtre qui nous intéresse n’est pas l’organisme, c’est le corps pulsionnel, le corps de la libido, le corps de la jouissance, et c’est notamment le corps parlant. Lacan nous enseigne que c’est dans le fantasme que le sujet « maintient son existence, maintient le voile qui fait qu’il peut continuer d’être un sujet qui parle [1]». La question du corps nous conduit également vers le thème des prochaines Journées de l’École de la Cause freudienne, qui se tiendront en novembre 2024 sous le titre Phrases marquantes. Comment ne pas penser à la marque produite par l’impact de la langue sur le corps ? Les paroles touchent et percutent le corps, le caressent ou le blessent, le font frémir, ou jouir… la langue laisse une trace, une marque indélébile, qui produit une expérience première de jouissance. 

Nous sommes ainsi déjà au travail pour nous préparer à ces prochaines Journées de l’ECF et les membres de l’EdP sont invités à réserver la date du 22 juin prochain, pour un moment de travail en Zoom qui leur est réservé, de 16h à 18h, avec Lilia Mahjoub, directrice des 54es Journées de l’ECF.

Chacun peut commencer à réfléchir sur ce thème, à partir notamment de son propre travail dans les vecteurs, les groupes et les cartels. 

Stéphanie Lavigne, déléguée des cartels pour l’EdP, nous invite à une intéressante lecture : 

 

Cartels

« Il était une fois cinq analysantes qui entreprirent une aventure : partir en terra incognita au pays de Lacan […] Notre premier cartel se mit en route. À l’enseignement de Lacan nous commencions à nous intéresser en assistant à son Séminaire, mais à vrai dire, nous n’y comprenions pas grand-chose, même si, de temps à autre, une phrase résonnait fortement. Je dois dire qu’un des premiers effets de ce cartel fut que j’interrompis la cure que je suivais à l’IPA et m’adressais à Lacan. Butée dans la cure assurément mais pas seulement ! J’avais rencontré là un dire qui fit événement [2]». <En savoir plus>

Ce mois-ci deux nouveaux cartels viennent de se former et il reste deux places pour un cartel clinique en lien avec les prochaines Journées de l’ECFPhrases marquantes. <En savoir plus>

Stéphanie Lavigne.

***

Un rendez-vous important mérite d’être signalé : le colloque UFORCA qui se tiendra le 15 juin 2024, de 10h à 18h, à la Maison de la Mutualité, 24 rue Saint-Victor Paris Ve, sous le titre Les diagnostics dans la pratique. Une date à retenir ! 

***

Nous avons le plaisir d’annoncer la sortie de l’ouvrage collectif Psychanalyse et subversion des normes aux Presses Universitaires de Vincennes sous la direction de Christiane Alberti et Aurélie Pfauwadel (issu du séminaire interdisciplinaire du Département de psychanalyse – Université Paris 8). L’ouvrage présente une série de contributions sur la question des normes, issues de champs disciplinaires différents, en dialogue avec la psychanalyse lacanienne autour de la question des normes dans le monde contemporain et son malaise actuel. La psychanalyse lacanienne est susceptible d’apporter du nouveau au sein de la réflexion contemporaine sur les normes.

Là où domine aujourd’hui la norme chiffrée, alors que la psychanalyse s’intéresse plutôt à ce qui demeure inéluctablement hors domestication et hors discours établis : les symptômes, les angoisses, les inhibitions, le trauma – bref, ce qui, de la jouissance, échappe toujours aux normes des sujets.

Ainsi, l’apport de la psychanalyse dans les débats actuels est précieux en ce qu’elle ne se contente pas d’éclairer les processus de normalisation sociale, mais interroge aussi la puissance de création de normes et l’inventivité des sujets dans ce qu’elles peuvent avoir aussi bien de subversif.

Sous la direction de : Alberti Christiane, Pfauwadel Aurélie
Auteur.ice.s : Alberti Christiane, Ansermet François, Fajnwaks Fabian, De Lajonquière Léandro, La Sagna Philippe, Le Blanc Guillaume, Leblanc-Roïc Virginie, Lecercle Jean-Jacques, Lenne-Cornuez Johanna, Marret-Maleval Sophie, Pfauwadel Aurélie, Pingeot Mazarine, Rey Olivier, Roy Daniel

Et voici les nouvelles des groupes et des vecteurs de l’EdP :

Vecteur Lectures freudiennes

Dans ce passage de l’article « Un enfant est battu », Freud nous apprend qu’il faut qu’une part du fantasme reste conscient pour pouvoir être refoulé.

« Il ne faut pas oublier, que dans la transformation du fantasme incestueux du garçon dans le fantasme masochiste correspondant, se produit une inversion de plus que dans le cas de la fille, c’est-à-dire la substitution de la passivité à l’activité / […] dans les cas féminins, la conscience de culpabilité, peut-être en soi plus revendicative ».

Nous nous retrouverons le vendredi 17 mai à 21h chez Susanne Hommel, contact : lectures-freudiennes@enversdeparis.org

Seminario Latino

Le SLP prépare la prochaine soirée qui aura lieu en juin, en présence de Clotilde Leguil, autour de son livre L’Ère du toxique. Plus de renseignements à venir.

Responsables : Flavia Hofstetter et Nayahra Reis.

Contact : seminario-latino-de-paris@enversdeparis.org

Vecteur Lectures cliniques 

Le vecteur s’est réuni le samedi 27 avril 2024 pour travailler ensemble les deux premiers chapitres du « Cas Schreber » par Freud, à partir des questionnements de Javier Naranjo Silva et Laure De Bortoli. Ensuite Katie Abril Boch nous a présenté son texte « Je ne peux pas m’enlever ces pensées de la tête » qui a permis sa mise en tension avec le cas Schreber. Les discussions ont été très riches et animées, impliquant tous les membres du vecteur.

Contact : clinique-lacan@enversdeparis.org 

Vecteur Psychanalyse et littérature

Dès son titre, le roman de C. Laurens, Fille, confronte la singularité d’être femme à un signifiant tout seul dont le hors-sens prétend réduire cet être à une signification univoque. Pour subvertir cette définition essentialiste de la féminité, C. Laurens lui oppose les questions qu’enfant, la différence des sexes lui a posées et y articule les théories sexuelles qu’elle a élucubré pour répondre à son être de fille. « La nuit, […] je fais toujours le même rêve […] J’habite une maison confortable […] et chaque fois que j’ouvre un placard, une armoire ou le frigo pour en sortir quelque chose, l’objet est aussitôt remplacé par un autre, encore plus beau, plus succulent, plus conforme à mon désir […] Ce rêve accompagne ma première enfance, il conjure l’inquiétude : je ne manque de rien, je suis comblée [3]». En mettant en tension dialectique son désir d’enfant d’éclairer le mystère de son être avec les réponses que son père et sa mère y apportent, elle met en lumière que l’être féminin de chaque fille s’enracine, non pas dans une essence, une biologie ou une norme, mais dans les marques signifiantes imposant une façon de jouir de son corps et avec lesquelles chacune d’elle se débat. « Le surnom qu’il t’a trouvé alors te restera longtemps : Gras-du-bide […] Tu es une fille gras, c’est tout [4]».

Lors de notre réunion du 30 mai, M.-C. Baillehache proposera sa lecture des chapitres 5 et 6 de Fille dans lesquels C. Laurens aborde le trauma sexuel qu’elle a subi enfant et qui ne cesse plus de la hanter.

Pour rejoindre notre vecteur, contacter M.-C. Baillehache : litterature@enversdeparis.org

Vecteur Le corps, pas sans la psychanalyse

Lors de la dernière rencontre du vecteur, Guido Reyna a présenté une réflexion sur les « hystorisations de la maladie ». Elle pointe notamment les effets de la motérialité du signifiant « cancer » dans l’imaginaire comme dans le réel du corps et elle permet de penser comment le discours capitaliste sur le corps cancéreux renvoie en creux à un certain fantasme capitaliste du corps : en expansion, consommateur, cherchant indéfiniment à se satisfaire de lathouses.

La prochaine réunion se tiendra le 7 mai à 20h au 76 rue des Saints-Pères.

Membres du vecteur : Geneviève Mordant, Pierre-Yves Turpin, Guido Reyna, Martine Bottin, Isabelle Lebihan, Marie Faucher-Desjardins, Elisabetta Milan Fournier, Baptiste Jacomino (coordinateur).

Contact : corpsy@enversdeparis.org

Vecteur Psynéma

Le vecteur se réunira pour une réunion de travail le 22 mai à 20h afin de préparer une rencontre psychanalyse-cinéma, qui aura lieu à Paris le 30 mai 2024 aux 7 Parnassiens à 20h, autour du film L’Autre Côté de l’espoir d’Aki Kaurismäki, sorti en 2017.

Par ailleurs, voici les dates des prochaines séances ciné-débat qui auront lieu au Patronage laïque Jules Vallès à Paris (saison 2024-2025), ainsi que les films concernés (les séances commencent à 14h) :

  1. Samedi 12/10/2024 : Chantage (Blackmail) d’Alfred Hitchcock ; 
  2. Samedi 07/12/2024 : Ordet de Carl Theodor Dreyer ; 
  3. Samedi 01/02/2025 : Le festin de Babette de Gabriel Axel ; 
  4. Samedi 05/04/2025 : Reflection in a Golden eyes de John Huston. 

Pour les rencontres qui auront lieu aux 7 Parnassiens (les séances commencent à 20h) retenir :

  1. Jeudi 19 septembre 2024 : Rashômon d’Akira Kurosawa ; 
  2. Jeudi 5 décembre 2024 : La Chasse de Thomas Vinterberg. 

Le vecteur compte maintenant 14 membres : Maria Luisa Alkorta, Katie April, Karim Bordeau, Alexandra Fehlauer, Estelle Fredet, Anne Ganivet, Lila Kapur, Sophie Lac, Marie Majour, Carole Niquet, Solenne Philippon, Jessika Schlosser, Leila Touati, Eugenia Varela Navarro.

Le vecteur Psynéma reste ouvert.

Karim Bordeau

Vecteur Théâtre

Le vecteur vous invite à découvrir le jeudi 30 mai (et non pas le 29 mai comme indiqué précédemment), Un état de nos vies, un texte écrit et interprété par Lola Lafon à 20h au théâtre du Rond-Point. La pièce sera suivie par un débat avec Lola Lafon et Omaïra Meseguer, animé par Hélène de La Bouillerie. Vous pouvez prendre vos places en appelant la billetterie du Rond-Point au 01 44 95 98 21 avec le code « PSYCHO ». Tarif préférentiel de 23€.

La rencontre suivante aura lieu le dimanche 9 juin à 15h aux ateliers Berthier du théâtre de l’Odéon pour Oui, de Thomas Bernhard, avec Nathalie Georges-Lambrichs comme invitée au débat. Vous pouvez réserver votre place en envoyant un mail à :  theatreetpsychanalyse@gmail.com (prix des places 20€).

Vecteur Clinique et addictions
Une substance peut-elle prévenir un déclenchement ?

Tomás Verger interviendra le mercredi 22 mai 2024 :

Si une suppléance répare l’erreur du nœud de telle sorte que le déclenchement n’a pas eu lieu, nous pouvons supposer qu’il s’agit d’une réparation qui n’a pas lieu après coup, c’est-à-dire après le déclenchement, mais qu’il s’agit d’une réparation dont la fonction vise à atténuer la désintégration, de telle sorte que le déclenchement ne se produit pas. Le toxique peut-il remplir cette fonction ?

***

Nous vous souhaitons un très beau mois de mai, parsemé de longs week-ends ensoleillés, ainsi qu’une participation active à nos activités et à nos événements.

Cinzia Crosali
Directrice de L’Envers de Paris.
https://enversdeparis.org/

***

[1] Lacan J., Le Séminaire, livre VI, Le Désir et son interprétation, texte établi par J.-A. Miller, Paris, La Martinière / Le Champ freudien, 2013, p. 119. 
[2] Vinciguerra R.-P., « Un cartel à l’époque de Lacan », Journées des cartels de l’École freudienne de paris, n° 18, 1976, disponible sur internet.
[3] Laurens C., Fille, Paris, Gallimard 2022, p. 781.
[4] Ibid., p. 769.

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

Nouveautés

L’avez-vous lu ?

Epars Désassortis

Fantasmes contemporains du corps

No Results Found

The page you requested could not be found. Try refining your search, or use the navigation above to locate the post.

Psychanalyse et psychiatrie

Au-delà du confinement

Étoffes du Rêve

Étoffes du Rêve

Par Guido Reyna L’irruption du réel incarnée actuellement par la pandémie du COVID-19, opère comme...

Écouter, voir..

Lire encore…

Poésie de Tristana

Poésie de Tristana

Catherine Deneuve dans Tristana, film de Luis Buñuel.Par Laure de Bortoli Tristana (1969) est un...

Contacter l'Envers de Paris

Veuillez cocher cette case pour envoyer le formulaire !

11 + 2 =