ÉDITO JUIN 2022

ÉDITO JUIN 2022

PARISLEAKS
JUIN 2022

Chers Membres et Abonnés de l’Envers de Paris,
Avant la pause estivale, nous vous proposons des activités très intéressantes, préparées par nos Vecteurs.
C’est le moment de venir nombreux et de penser à vous inscrire dans le Vecteur de votre choix pour la rentrée prochaine. Nous vous accueillons pour participer à la joyeuse entreprise de faire vivre la Psychanalyse.
Vous pouvez d’ores et déjà vous inscrire aux prochaines Journées d’étude de l’École de la Cause Freudienne, qui ont pour titre : « Je suis ce que je dis. Dénis contemporains de l’inconscient » et qui auront lieu les 19 et 20 novembre 2022. Un thème d’une grande actualité, qui mettra au travail les enjeux pour la Psychanalyse au XXIème siècle, où « l’Autre est ravalé à l’écoute et ramené au semblable », comme l’indique Éric Zuliani dans son interprétation du titre. L’autodétermination – selon laquelle on préfère s’identifier à un syntagme inamovible -, pourra-t-elle être dialectisée par la rencontre avec la Psychanalyse ? C’est la question majeure que ces journées se proposent d’approfondir.
Renseignements et inscriptions :

https://www.causefreudienne.org/evenements/je-suis-ce-que-je-dis/

Nous vous proposons, également, de constituer des cartels fulgurants, en direction des journées. Afin de vous mettre en relation avec d’autres collègues intéressés par le thème, vous pouvez contacter notre déléguée des cartels, Soledad Penafiel, à l’adresse suivante :

enversdeparis-cartels@causefreudienne.org

Et maintenant, quelques nouvelles de nos Vecteurs :

La prochaine réunion du Vecteur Psynema se tiendra le 7 juin à 20h 30. Au programme le choix définitif des 4 films pour la prochaine année scolaire – et l’étude des deux premières leçons du séminaire XI, « Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse ». Le vecteur est ouvert à de nouvelles inscriptions. Pour plus de renseignements, contacter : Karim Bordeau

Lectures freudiennes travaille sur la traduction de l’article « Ein Kind wird geschlagen ». Freud y explore la structure du fantasme, il relève qu’il s’agit avant tout d’une phrase. À ces deux questions : « qui bat qui, garçon ou fille ? », il répond : « c’était toujours la seule pudique réponse : un enfant est battu…/…une relation constante entre le sexe de celui qui fantasmait et le sexe de l’enfant battu, cela ne se démontrait jamais…/… Dans ces circonstances on ne pouvait même pas décider au premier abord si le plaisir pris au fantasme d’être battu devait être désigné comme sadique ou masochique. Prochaine rencontre chez Susanne Hommel le mardi 7 Juin 2022.

Durant l’année 2022-2023, le Vecteur Psychanalyse et Littérature cherchera, orienté par Lacan et J-A Miller, à dégager dans l’œuvre d’Annie Ernaux, l’essaim de marque signifiante S1 à partir duquel elle représente le réel qui a excédé répétitivement sa pudeur. La prochaine réunion de ce vecteur ponctura son année de travail sur Hegel-Queneau-Lacan et aura lieu en présence le Mercredi 29 Juin à 15h30 au Jardin du Luxembourg.
Contact : Marie-Christine Baillehache et téléphone.

Le Vecteur Lectures cliniques s’est réuni le 21 mai pour travailler autour de l’exposé d’un cas clinique très instructif présenté par Daphné Leimann. La discussion était très enrichissante et a mis en valeur la position de la clinicienne et l’acte analytique. Luciana Mayorga et Anna Cominetti ont chacune déployé leurs éclairages et leurs questionnements issus du commentaire de Jacques Lacan du cas de « L’homme aux loups », dans le chapitre III « Le conflit des identifications sexuelles ». Quelle actualité brûlante dans la clinique d’aujourd’hui ! ».

La prochaine rencontre du Vecteur Théâtre et Psychanalyse aura lieu le 24 juin à 20h30, au théâtre du Rond-Point. Il s’agit de « Désobéir », mis en scène par Julie Berès. Écrite par Julie Berès et Kevin Keiss avec la collaboration d’Alice Zeniter, la représentation sera suivie d’un débat animé par Hélène de la Bouillerie, avec pour invitée, Ariane Chottin, psychanalyste à Paris, membre de l’ECF. Réservation au tarif préférentiel pour l’Envers de Paris : 23 euros, en envoyant un mail à Théâtre du Rond Point ou en appelant le tél.1 ou tél.2.

Le Vecteur « Le corps pas sans la psychanalyse » fait parvenir le message suivant :
« A partir du texte d’un participant intitulé « Jouissance latine », nous avons mené notre discussion autour de la pudeur en rapport avec la loi et la norme. Lors de notre prochaine séance, nous aborderons la pudeur à partir de deux autres textes des participants, sur la honte et la pudibonderie.
Notre prochaine réunion aura lieu le Mercredi 22 Juin à 20h30, 24 rue Gallieni à Cachan 94230 ».

Le seminario latino nous informe : « Dans le cadre de notre thème de travail annuel : « L’inconscient, aujourd’hui? », le Seminario Latino propose la soirée « Aimer l’inconscient, encore ? » qui aura lieu le mercredi 29 juin à 21h à la Maison de l’Amérique Latine. Agnès Bailly nous présentera un cas intitulé « Faire juvénile » et Fouzia Taouzari interviendra sous le titre « L’amour – entre répétition freudienne et invention lacanienne ». Notre extime sera Fabián Fajnwaks qui commentera les exposés.
L’inscription préalable n’est pas requise. Nous vous attendons nombreux à la Maison de l’Amérique Latine ! ».

Le vecteur « Addictions », indique qu’ils se retrouveront pour la dernière séance de l’année le lundi 20 juin à 21h en compagnie d’Olivier Talayrach qui interviendra sous le titre : « Un monde sans solution » à propos d’un cas clinique de sa pratique. Renseignements et inscriptions : http://addicta.org/2022/06/05/un-monde-sans-solution/

Au plaisir de vous retrouver bientôt,
Dalila Arpin
Directrice de l’Envers de Paris

Vidéos

L’avez-vous lu ?

Epars Désassortis

Psychanalyse et psychiatrie

Au-delà du confinement

Étoffes du Rêve

Étoffes du Rêve

Par Guido Reyna L’irruption du réel incarnée actuellement par la pandémie du COVID-19, opère comme...

Écouter, voir..

Lalalangue, prenez et mangez-en tous

Lalalangue, prenez et mangez-en tous

Frédérique Voruz est comédienne. Lalalangue est son œuvre dont Ariane Mnouchkine, fondatrice du Théâtre du Soleil qui l’accueille, a nommé « Une confession héroïque ». C’est un seule en scène autobiographique, le récit d’une analyse sous forme de spectacle, l’exposé d’un trauma et des symptômes d’une enfant qui se reconstruit grâce à la psychanalyse, et surtout grâce au personnage de la psychanalyste, qui fait irruption tout au long du spectacle pour le ponctuer de ses saisissantes interprétations. Il y est parlé du langage familial et du poids des mots. Philippe Benichou

Lire encore…

Poésie de Tristana

Poésie de Tristana

Catherine Deneuve dans Tristana, film de Luis Buñuel.Par Laure de Bortoli Tristana (1969) est un...

Contacter l'Envers de Paris

Veuillez cocher cette case pour envoyer le formulaire !

11 + 3 =