ÉDITO JUILLET 2024

ÉDITO JUILLET 2024

Cinzia Crosali,
Directrice de l’EdP

Chers amis de l’Envers de Paris, nous sommes aux portes des vacances d’été et nos dernières réunions et activités ont l’esprit léger et joyeux des derniers jours d’école. Le mois de juin a encore été dense de rencontres passionnantes au sein des vecteurs de l’Envers de Paris et des groupes de travail. Nous continuons à réfléchir autour de notre thème d’étude et de recherche « Fantasmes contemporains du corps » à propos duquel je souligne cette référence de Lacan : « Il n’y a pas à se casser la tête, le corps est fait pour inscrire quelque chose qu’on appelle la marque. Le corps est fait pour être marqué[1].»  Cette citation porte l’écho des Journées 54 de l’École de la Cause freudienne qui se dérouleront en présence le 16 et 17 novembre prochain, au Palais des Congrès de Paris sous le titre Phrases marquantes. D’après Lilia Mahjoub, Directrice des Journées, ce titre : « attire par sa nouveauté, mais aussi interroge, car malgré son accroche immédiate, il fait énigme ». Nous attendons une participation active des membres et des amis de l’Envers de Paris à cet évènement captivant.

 

1. Lacan J., Le Séminaire, livre XIV, La Logique du fantasme, texte établi par J.-A. Miller, Paris, Seuil, 2023, p. 329.

***

Et maintenant la parole aux responsables des vecteurs et des groupes de l’Envers de Paris, qui nous informent sur les activités et les évènements du mois de juillet :

VECTEUR LECTURES FREUDIENNES

Nous continuons à lire l’article de Freud « Ein Kind wird geschlagen – Un enfant est battu », citons le dans notre dernière traduction : 

« Elle (la perversion) est mise en rapport avec l’objet d’amour incestueux de l’enfant, jusqu’à son complexe d’Œdipe, émerge d’abord sur le sol de ce complexe, et après qu’il s’est effondré, elle demeure souvent seule, ce qui en fait, pourrions-nous dire l’héritière de son poids libidinal et chargée de la conscience de culpabilité qui lui est accolée [1] ». 

Nous nous retrouverons chez Susanne Hommel le jeudi 4 juillet à 21h, contact : lectures-freudiennes@enversdeparis.org

1. Freud S., « Ein Kind wird geschlagen », GW XII Werke aus dem Jahren 1917-1920, Frankfurt am Main, Fischer Verlag, 1999, p. 212.

SEMINARIO LATINO

En ce mois de juillet, le Seminario Latino se réunira pour préparer les deux prochaines soirées de l’année dont l’une aura lieu en octobre – date à confirmer – en présence de Francesca Biagi-Chai. Le thème du cycle d’études pour l’année 2024-2025 est « Signifiants dans l’air du temps » et vous pouvez consulter l’argument sur le site de l’Envers de Paris : https://enversdeparis.org/seminario-latino-de-paris/

Responsables : Flavia Hofstetter et Nayahra Reis.

Contact : seminario-latino-de-paris@enversdeparis.org

VECTEUR LECTURES CLINIQUES

La dernière réunion du vecteur des lectures cliniques de l’année universitaire 2023/2024 a eu lieu le samedi 22 juin 2024 pour conclure le thème de cette année « Tout le monde est fou – chacun à sa manière (diagnostic différentiel des psychoses) ». 

Le passage du Séminaire X de Jacques Lacan L’Angoisse que nous avons travaillé et discuté ensemble, a apporté l’éclairage lacanien des concepts d’auto-érotisme et de narcissisme que nous avons traité tout au long de l’année en prenant appui sur les textes de Sigmund Freud et de Karl Abraham. Le questionnement d’Isabela Mattos nous a incité à une discussion fort intéressante. 

Le texte du cas clinique d’Albert Filhol nous a démontré la finesse de la mise à l’œuvre de l’approche lacanienne dans la psychose, en permettant une discussion riche, fructueuse et animée, impliquant tous les membres du vecteur. 

Contact : clinique-lacan@enversdeparis.org 

VECTEUR PSYCHANALYSE ET LITTERATURE

Pour notre objet de travail 2024-2025, nous avons choisi d’approfondir l’enjeu de jouissance et son traitement par l’écriture dans les trois romans de Chantal Thomas, Souvenirs de la marée basse qui est un écrit sur sa mère de 2017, De sable et de neige qui est un écrit sur son père de 2021 et Journal de nage qui met en jeu le corps jouissant de l’écriture de 2022. Dans sa démarche littéraire, Chantal Thomas s’inscrit en faux contre les objets et les stéréotypes du bonheur prêts à la consommation du discours capitaliste et du discours de la science contemporains qui ne cessent de tromper la cause singulière du désir de chacun. Mêlant étroitement ses impressions de lectrice, ses analyses d’œuvres d’art choisies, ses souvenirs d’enfance et ses expériences de vie, elle fait résonner au cœur de son écriture subversive et lucide, une énigme intime vivante et sans complaisance ni évitement de la souffrance. 

Pour rejoindre notre vecteur, contacter M.-C. Baillehache : litterature@enversdeparis.org

VECTEUR LE CORPS PAS SANS LA PSYCHANALYSE

Lors de la dernière rencontre du vecteur Le corps, pas sans la psychanalyse, poursuivant un travail collectif sur les fantasmes contemporains du corps, Marie Faucher-Desjardins a relu l’enseignement de Lacan en cherchant à suivre l’évolution de ce qui y est dit du fantasme. Elle note que le fantasme est d’abord lu chez Lacan comme indexé à l’ordre symbolique alors qu’il s’articule, dans son dernier enseignement, au réel par le biais de l’imaginaire. Il y a là de quoi éclairer certains fantasmes contemporains du corps qui ne servent plus, ou plus seulement, semble-t-il, de fenêtres pour supporter le réel, mais se manifestent par une prise directe sur le corps, notamment par les opérations chirurgicales, les tatouages, les injonctions hygiénistes, etc.

La prochaine réunion se tiendra le 12 septembre à 20h au 76 rue des Saints-Pères.

Membres du vecteur : Geneviève Mordant, Pierre-Yves Turpin, Guido Reyna, Martine Bottin, Isabelle Lebihan, Marie Faucher-Desjardins, Elisabetta Milan Fournier, Baptiste Jacomino (coordinateur).

Contact : corpsy@enversdeparis.org

 

VECTEUR PSYNEMA

Le vecteur Psynéma prépare activement la prochaine rencontre psychanalyse-cinéma qui aura lieu de 19 septembre 2024 au 7 Parnassiens à 20h, autour du film Rashômon d’Akira Kurosawa.

Lien pour inscription et info : https://www.parnassiens.com/film/rashomon-2013

Voici les dates des prochaines séances ciné-débat qui auront lieu au Patronage laïque Jules Vallès à Paris (saison 2024-2025), ainsi que les films concernés (les séances commencent à 14h).

  • Samedi 12/10/2024 : Chantage (Blackmail) d’Alfred Hitchcock ; 
  • Samedi 07/12/2024 : Ordet de Carl Theodor Dreyer ; 
  • Samedi 01/02/2025 : Le festin de Babette de Gabriel Axel ; 
  • Samedi 05/04/2025 : Reflection in a Golden eyes de John Huston.

Pour les rencontres qui auront lieu aux 7 Parnassiens retenir (les séances commencent à 20h):

  • Jeudi 19 septembre 2024 : Rashômon d’Akira Kurosawa ; 
  • Jeudi 05 décembre 2024 : La Chasse de Thomas Vinterberg.

Par ailleurs, Alexandra Fehlauer et Jessika Schlosser mettent en place un partenariat à Paris avec L’institut Goethe. La première séance aura lieu le 29 janvier 2025 à 20h dans le quartier latin, au Cinéma Club 21, situé au 23 rue des Écoles, avec le film L’Ange bleu de Josef von Sternberg (1930), un des premiers longs métrages parlants du cinéma allemand. Nathalie Georges-Lambrichs a accepté d’être notre première invitée pour cette série consacrée aux films allemands. 

Le vecteur compte maintenant 14 membres : Maria Luisa Alkorta, Katie April, Karim Bordeau, Alexandra Fehlauer, Estelle Fredet, Anne Ganivet, Lila Kapur, Sophie Lac, Marie Majour, Carole Niquet, Solenne Philippon, Jessika Schlosser, Leila Touati, Eugenia Varela Navarro.

Le vecteur Psynéma reste ouvert. 
Karim Bordeau 

VECTEUR THÉATRE

La dernière rencontre du vecteur théâtre et psychanalyse a eu lieu le 9 juin aux ateliers Berthier de l’Odéon, autour d’une pièce adaptée du roman Oui de Thomas Bernhard par Célie Pauthe, metteuse en scène, et Claude Duparfait, dont l’interprétation virtuose nous a éblouis. La discussion avec Nathalie Georges fut tout à fait passionnante, mettant en lumière la manière dont le spectacle, notamment par l’utilisation de la vidéo, rendait compte du fantasme de narrateur, en faisant exister une femme, sorte de double féminin de lui-même. À propos du roman Oui, vous pouvez lire le texte de Bernadette Colombel sur le site de l’Envers.

VECTEUR CLINIQUE ET ADDICTIONS

“Les premières fois.”

La première fois, c’est une occasion dont on se souvient, une rencontre, décidée ou pas, une marque, choisie ou refusée, un trauma. Elle peut faire énigme ou pas, décider du désir ou écraser. Une insondable décision de l’être laisse un choix. Qui peut être un “déchoix” [J.-A. Miller]. Mais le réel sonne toujours deux fois. Alors il y a plusieurs premières fois.[1] »

Rendez-vous à la rentrée prochaine pour une nouvelle saison des Conversations clinique & addictions !

Renseignements et inscriptions sur addicta.org/conversations

1. Miller J.-A., « Le choix de la psychose », La clinique psychanalytique des psychoses, Actes de l’ECF, 1983. 

Avec le bureau de l’Envers de Paris, je vous souhaite de merveilleuses vacances d’été. Détente, repos, et amusements nous attendent. Au commencement du mois de septembre, de nouveaux projets promettent d’être rayonnants et passionnants pour de nouvelles aventures.

Cinzia Crosali,
directrice de L’Envers de Paris.

Nouveautés

ÉDITO JUILLET 2024

ÉDITO JUILLET 2024

Chers amis de l’Envers de Paris, nous sommes aux portes des vacances d’été et nos dernières réunions et activités ont l’esprit léger et joyeux des derniers jours d’école. Le mois de juin a encore été dense de rencontres passionnantes au sein des vecteurs de l’Envers de Paris et des groupes de travail. Nous continuons à réfléchir autour de notre thème d’étude et de recherche « Fantasmes contemporains du corps » à propos duquel je souligne cette référence de Lacan : « Il n’y a pas à se casser la tête, le corps est fait pour inscrire quelque chose qu’on appelle la marque.

read more

Le corps marqué.

Le corps marqué. Pierre-Yves Turpin

À son premier cours du Séminaire Le Sinthome, Lacan semble faire équivaloir le corps à un sac : « un sac vide reste un sac, lance-t-il, soit l’un qui n’est imaginable que de l’ex-sistence et de la consistance qu’a le corps, d’être pot. Cette ex-sistence et cette consistance, il faut les tenir pour réelles » . 

read more

Pour qu’advienne la parole de l’enfant. Ce que nous enseigne “La Nuit du Chasseur de Charles Laughton”.

Pour qu’advienne la parole de l’enfant. Ce que nous enseigne La Nuit du Chasseur de Charles Laughton. Baptiste Jacomino

John se tait. Il a juré à son père qu’il ne trahirait pas son secret. Avec sa sœur, il fuit en silence sur une petite barque le long du fleuve noir, jusqu’à ce qu’un matin, Rachel Cooper les réveille et les recueille.
Le soir, elle raconte des récits bibliques aux enfants. John se reconnaît dans la figure de Moïse livré au hasard du fleuve. Il se met à parler en se soutenant de cette Parole. Il y trouve de quoi relire sa propre histoire.

read more

Vidéos

L’avez-vous lu ?

Epars Désassortis

Fantasmes contemporains du corps

No Results Found

The page you requested could not be found. Try refining your search, or use the navigation above to locate the post.

Psychanalyse et psychiatrie

Au-delà du confinement

Étoffes du Rêve

Étoffes du Rêve

Par Guido Reyna L’irruption du réel incarnée actuellement par la pandémie du COVID-19, opère comme...

read more

Lire encore…

Contacter l'Envers de Paris

Veuillez cocher cette case pour envoyer le formulaire !

11 + 8 =