ÉDITO FÉVRIER 2023

ÉDITO FÉVRIER 2023

PARISLEAKS FÉVRIER 2023

Chers Membres et Abonnés,

Notre association a pour vocation de diffuser la Psychanalyse dans la cité, et pour ce faire, elle s’appuie sur les liens de travail et souvent d’amitié qui se tissent. Dans la récente interview avec Jean-Marie Guéhenno réalisée par Lacan Web Télévision, on pouvait entendre l’idée que les réseaux sociaux font disparaître les freins de proximité et que, de ce fait, il devient plus facile de faire proliférer des messages haineux. C’est le contraire de la communication, car on se perd dans une galerie des miroirs. On ne communique qu’avec les mêmes. Nous tombons ainsi dans « l’incommunicable de nos différences », comme il le disait très justement[1].

À son tour, l’économiste Éloi Laurent le constate également : « Le numérique n’est pas un accélérateur de coopération, mais un frein […] Il ne simplifie pas les interactions, il les complique »[2].

Les conséquences de ce nouveau média sont nombreuses. Elles vont de la façon de faire lien jusqu’à la place du sujet supposé savoir dans la civilisation, en passant par toutes sortes de modifications dans nos capacités cognitives et l’inflation de l’ego.

En ce qui concerne le savoir, disons, avec Jacques-Alain Miller qu’un savoir exposé n’est pas un sujet supposé savoir. Un endroit comme Google qui affiche Je sais tout, n’est pas un lieu d’élaboration[3]. Déjà dans les années 1970, Lacan en a eu l’intuition : les ordinateurs pensent mais ils ne savent pas[4].

À l’ère de la révolution numérique, nous, les psychanalystes, sommes appelés à interpréter ce nouveau phénomène et à mesurer les conséquences subjectives. Nous avons donc le plaisir de vous annoncer la tenue d’une journée d’étude, organisée avec l’ACF Ile-de-France, sous le titre « Les nouveaux symptômes du numérique », le 9 décembre 2023. Nous vous transmettrons prochainement des précisions quant à cet événement.

D’autres activités du Champ Freudien sont aussi à noter dans vos agendas :

Journée de l’Institut de l’enfant, le 18 mars au Palais des Congrès d’Issy les Moulineaux, en présentiel : « “Parents exaspérés – Enfants terribles”. L’évènement portera sur un sujet de grande actualité. Il peut intéresser des professionnels de santé, des éducateurs, des enseignants, voire des parents eux-mêmes.

Journée FIPA (Fédération des Institutions de Psychanalyse Appliquée) « Comment améliorer la position du sujet. Effets thérapeutiques, effets analytiques », le 1er avril au Palais de la Bourse à Marseille, en présentiel et en visioconférence.

Journée PIPOL 11 « Clinique et critique du patriarcat », le 1 et 2 juillet au Palais des Congrès de Bruxelles.

Et voici, pour le mois de février, des nouvelles de nos vecteurs : 

Le Vecteur Psynéma  annonce la projection du film de William Friedkin, Sorcerer (Le Convoi de la peur), sorti en 1977, – prévue le 11 février au Patronage laïque Jules Vallès à 14 h. À cette occasion, Gérard Wajcman sera leur invité. 

Contact : psynema@enversdeparis.org

Concernant le Vecteur Le corps, pas sans la psychanalyse : en raison de la grève prévue le 31 janvier, la soirée publique consacrée au film « Her » de Spike Jonze a été reportée au Mardi 14 Mars. Les membres du vecteur se réuniront le Jeudi 09 Février à 20h30 à Cachan afin de mettre au travail de nouveaux thèmes de réflexion comme celui de la Journée de l’Envers de Paris prévue le 9 décembre 2023, « Les nouveaux symptômes du numérique ».

Contact : corpsy@enversdeparis.org

 

Les membres du Vecteur Lectures cliniques se sont réunis le 28 janvier, en ayant chacun lu au préalable le texte de Sigmund Freud Remémoration, Répétition et Perlaboration. Nous avons poursuivi notre travail sur le transfert à partir du questionnement présenté par Isabella Mourao de Mattos et Etienne Besnoit. En quoi se différencient les difficultés de remémoration chez une hystérique et chez une obsessionnelle ? Une répétition, comment devient-elle le transfert ? Comment domestiquer le transfert sauvage ? Comment une névrose ordinaire se transforme-t-elle en névrose de transfert ? Comment faire entrer l’acting-out dans le cadre analytique ? Quel est le cadre d’une analyse ?  Quelle est l’importance du désir de l’analyste ? En quoi est-ce différent de la position des post-freudiens ? Quelle est la boussole que nous propose Jacques Lacan ?

Le cas clinique présenté par Pauline Bebin nous a permis de réinterroger ces concepts à partir d’un cas de psychose qui n’est plus au bord du déclenchement. Comment un clinicien s’y positionne pour aider son patient à tisser un nouveau symptôme et retrouver un nouvel équilibre ?

Les discussions passionnantes ont permis de mettre en lumière différents aspects de la répétition et du transfert dans la pratique clinique de chacun.

Contact : clinique-lacan@enversdeparis.org

 

Vecteur Psychanalyse et Littérature :

Durant notre réunion de Vecteur du Mardi 14 Février, Valérie Marchionni nous livrera sa lecture du roman d’A. Ernaux Passion Simple. Orientés par le texte de référence de J.-A. Miller Le salut par les déchets (Mental N° 24) et par le chapitre 6 du livre de G. Wajcman Ni nature, ni morte (Ed. Nous, 2022), intitulé également Le salut par les déchets, nous continuerons d’interroger et de mettre en lumière comment l’écriture d’A. Ernaux produit avec des mots et des phrases des images d’objets qui donnent à voir ce qu’elle ne peut pas dire.

« L’usage que je faisais des œuvres d’art était seulement passionnel. Je retournais dans l’église de la Badia parce que c’était là que Dante avait rencontré Béatrice. Les fresques à demi effacées de Santa Croce me bouleversaient en raison de mon histoire qui deviendrait un jour comme elles, des lambeaux décolorés dans sa mémoire et dans la mienne. »[*]

Vous trouverez prochainement sur le Site de l’Envers de Paris, le texte de Rosana Montani Quand la douleur s’écrit, pas sans la honte dans lequel, à partir de L’écriture comme un couteau, elle éclaire l’appui sur le réel que prend l’écriture littéraire d’A. Ernaux : Réel d’une jouissance qu’elle ne cesse pas de ne pas écrire et sur lequel la honte jette un voile de pudeur.

Notre réunion du Mardi 14 Février 20h se fera par Zoom et reste ouverte à qui désire questionner la voie que l’artiste fraie à la psychanalyse.

Contact : litterature@enversdeparis.org

[*] Annie Ernaux, Passion Simple, Paris, Ed. Gallimard, 1991, p. 49.

 

Vecteur Lectures freudiennes :

Dans ce passage de « Ein Kind wird geschlagen », Freud insiste sur l’importance des premières années de l’enfance dans la construction du fantasme. Il engage le psychanalyste à ne pas négliger ce moment, précisément à lever l’amnésie infantile.

« Ne mérite la reconnaissance en tant que psychanalyse correcte que l’effort analytique qui a réussi à lever l’amnésie qui voile à l’adulte la connaissance de sa vie d’enfance dès le début (c’est-à-dire à peu près de la deuxième à la cinquième année) …/…On aimerait atteindre des résultats utiles en un temps plus court et avec un moindre effort…/…celui qui néglige l’analyse de l’enfance doit nécessairement tomber dans des erreurs les plus lourdes de conséquences…/… les impressions ultérieures de la vie parlent suffisamment fort dans l’analyse par la bouche du malade, pour le droit de l’enfance le médecin doit d’abord donner de la voix ».

C’est le 2e temps du fantasme jamais retrouvé par le sujet qui doit être reconstruit nous dit Lacan dans le Séminaire V.

Nous nous retrouverons le Mardi 7 février 2023.

Contact : lectures-freudiennes@enversdeparis.org

 

La prochaine conversation Clinique et Addictions aura lieu le Lundi 6 février 2023.

Eric Colas interviendra sur le thème : “Variétés de l’obligation”

Nous recevons des usagers condamnés à une « obligation de soin ». Cette condamnation est souvent associée à une peine d’incarcération (ferme, en sursis probatoire, aménageable en placement extérieur ou avec un bracelet électronique), à une amende, des jours-amendes, un retrait ou une suspension du permis de conduire et quelques contraintes comme celles de trouver un travail, pointer au commissariat, ne pas se rendre dans certaines villes ou ne pas rencontrer certaines personnes. Les personnes accueillies en CSAPA[**] ont commis des actes en lien avec des stupéfiants ou de l’alcool : possession, trafic, bagarre, trouble à l’ordre public, conduite sous l’emprise d’un produit.

L’exécution de cette condamnation est vérifiée par le Juge d’Application des Peines (JAP) et organisée par les conseillers du Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation (SPIP), qui orientent ces condamnés vers nos services pour « l’obligation de soins ». La prise de rendez-vous dans notre institution est à leur initiative. Souvent, ils nous demandent d’informer le JAP ou la SPIP qu’ils n’ont pas besoin de tout cela, car ils ont réglé leurs problèmes, que tout ça, ce sont de vieilles histoires, qu’ils ont changé de vie, ne se droguent plus… Ce qui parfois est vrai. Mais la condamnation demeure.

Renseignements et inscriptions sur addicta.org/conversations

[**] Centre de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie

Pour sa première soirée de 2023, et dans le cadre du thème de l’année « Institutions et savoir inconscient », le Seminario Latino propose une soirée autour des enfants placés et de leur famille : Entre famille et institution, quelle place pour l’enfant et la psychanalyse ? Organisée par Junia Couto et Marlith Pachao, qui présenteront des travaux, cette soirée comptera sur la présence et les élucidations d’Hélène Deltombe, membre de l’École de la Cause Freudienne.

Cet événement aura lieu le mercredi 8 février à 21h, en présence, à la Maison de l’Amérique Latine, 217 Bd Saint-Germain, 75007, Paris. Aucune inscription préalable n’est requise. Soirée en français.

Pour tout renseignement, écrire à l’adresse mail :

seminario-latino-de-paris@enversdeparis.org

Le collectif Théâtre et psychanalyse vous propose deux nouvelles rencontres pour démarrer l’année 2023 en beauté :

– Le vendredi 10 février à 21h au théâtre de la Bastille : « Mes jambes, si vous saviez quelle fumée », un spectacle détonnant, mis en scène par Bruno Geslin sur le photographe fétichiste Pierre Molinier. Camilo Ramirez a accepté notre invitation à venir débattre avec Bruno Geslin à l’issue de la représentation. Réservations en appelant au nom de l’Envers de Paris au 01 43 57 42 14

–    Le dimanche 19 février à 15h30 au théâtre du Soleil : « Le Grand Jour », écrit et mis en scène par Frédérique Voruz que nous avions déjà rencontrée pour sa pièce La lalangue. C’est Dalila Arpin qui sera notre invitée pour le débat. Réservations par mail : compagnie.aletheia@gmail.com / ou par tel ou sms : 06 21 27 17 75

Le vecteur théâtre nous fait parvenir un avant-goût de cette pièce : « C’est le jour de l’enterrement de la mère. Au retour de la mise en bière, dans la cuisine, la fratrie à fleur de peau se partage le banquet des non-dits et des bondieuseries. Ça parle plus vite que ça ne pense, c’est vif, à vif : on dissimule la douleur derrière la rancune, on exhume un passé non réglé, on ne sait pas s’aimer. La cuisine, sépulture des secrets de famille, devient le théâtre tragi-comique où s’agite l’ombre d’une mère omniprésente. La journée avance, les invités s’en vont, la famille, ce qu’il en reste, se révèle alors au grand jour.

Un ballet familial, une valse des névroses, une danse des solitudes, le tout dessiné d’amour et d’humour noir ».

Frédérique Voruz, que nous avions rencontrée pour son précédant spectacle La Lalangue, récidive avec Le Grand Jour, un spectacle choral où elle a choisi de quitter la forme du seule en scène pour aller vers la fiction, mettant en scène plusieurs comédiennes.

Il y a dans ce spectacle une forme de catharsis, d’exacerbation des conflits familiaux pour en rire, faire de la tragédie une comédie. Le spectacle sera suivi d’une rencontre entre Frédérique Voruz, l’autrice et metteuse en scène, et Dalila Arpin, animée par Hélène de La Bouillerie.

Contact : theatre@enversdeparis.org

Sans oublier que vous pouvez à tout moment de l’année constituer un cartel, grâce à la rubrique « Cherche Cartel ! » sur notre site internet : https://enversdeparis.org/cartels/

Nous vous attendons nombreux à nos activités,

Dalila Arpin

Directrice de l’Envers de Paris

https://enversdeparis.org/

 

[1] Guéhenno, J.-M., Interview fait par Mathieu Siriot pour Lacan Web Télévision, https://www.youtube.com/watch?v=ZniDJfYBJ1k

[2] Laurent, E., Paris, La raison économique et ses monstres, Les liens qui libèrent, 2022, pp. 46-47.

[3] Miller, J.-A., « Google », in La cause du désir, n° 97, novembre 2017, Navarin Editeur, p. 77

[4] Lacan, J., Le Séminaire livre XX, Encore, Paris, Seuil, 1975, p. 89.

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

Vidéos

L’avez-vous lu ?

Epars Désassortis

Psychanalyse et psychiatrie

Au-delà du confinement

Étoffes du Rêve

Étoffes du Rêve

Par Guido Reyna L’irruption du réel incarnée actuellement par la pandémie du COVID-19, opère comme...

Écouter, voir..

Lalalangue, prenez et mangez-en tous

Lalalangue, prenez et mangez-en tous

Frédérique Voruz est comédienne. Lalalangue est son œuvre dont Ariane Mnouchkine, fondatrice du Théâtre du Soleil qui l’accueille, a nommé « Une confession héroïque ». C’est un seule en scène autobiographique, le récit d’une analyse sous forme de spectacle, l’exposé d’un trauma et des symptômes d’une enfant qui se reconstruit grâce à la psychanalyse, et surtout grâce au personnage de la psychanalyste, qui fait irruption tout au long du spectacle pour le ponctuer de ses saisissantes interprétations. Il y est parlé du langage familial et du poids des mots. Philippe Benichou

Lire encore…

Poésie de Tristana

Poésie de Tristana

Catherine Deneuve dans Tristana, film de Luis Buñuel.Par Laure de Bortoli Tristana (1969) est un...

Contacter l'Envers de Paris

Veuillez cocher cette case pour envoyer le formulaire !

4 + 5 =