Les cartels à Paris

Une autre approche du savoir !
Un petit groupe pour étudier des textes, des concepts, des cas concrets… Ouvert à tous, antidogmatique & démocratique. Pour avoir la réponse à (presque) toutes mes questions… J’y vais !

 

L’équipe de Paris-cartels

Serena Guttadauro et l’équipe de Paris-Cartel : Aurélie Charpentier, Ana De Melo et Vanessa Wroblewski (pour l’ACF Ile-de-France)

Lors de la rentrée des cartels 2018, 11 cartels ont été constitués pendant cette soirée ! En savoir plus, et voir toutes les photos>

cherche cartel !

Pour déposer une annonce vous pouvez contacter
Serana Guttadauro.

Franziska Dasnoy recherche à rejoindre un cartel, sans forcément de thème spécifique. Vous pouvez la contacter par mail> ou par téléphone 0674669690.


Vincent Lequeux et Ana Romero Novelli proposent un cartel sur le séminaire VII, L’éthique de la psychanalyse. Si vous êtes intéressés, vous pouvez leur envoyer un mail : 

Lors de la prochaine Soirée de rentrée des Cartels, le 15 octobre à 21h nous aurons l’occasion d’entendre le travail de cartel de trois intervenants, ayant chacune choisi comme axe d’élaboration la question du féminin. À partir de trois différents cartels, cette soirée permettra d’entendre « une mise à ciel ouvert des résultats comme des crises de travail »(1) provoquée par la lecture de textes, mais aussi par un « type spécial de dialogue »(2) qui aura favorisé la production d’un petit bout de savoir nouveau. Nous aborderons la question de la jouissance féminine à travers le dernier cours de Jacques-Alain Miller « L’Un tout seul », la question du savoir et de la jouissance avec le séminaire « Encore », et nous verrons comment la question du féminin peut aller au-delà de la femme dans le séminaire « …ou pire », pour toucher à la discordance propre au parlêtre.

Marie-Hélène Brousse sera présente pour animer la discussion et éclairer notre soirée, avant de conclure par le tirage au sort des nouveaux cartels.

(1) Lacan J., « D’écolage », 11 mars 1980. https://www.causefreudienne.net/cartels-dans-les-textes/

(2) Freda F.-H., Un cartel à l’époque de Lacan, https://www.causefreudienne.net/un-cartel-a-lepoque-de-lacan/

Ni plus, ni moins : du pas-tout dans le savoir

Par Maria Novaes

Le thème du savoir s’est révélé au cœur de mon dernier travail en cartel, non seulement par rapport à la lecture du Séminaire Encore – autour duquel ce cartel s’est mis au travail – mais aussi par rapport à une question qui me traversait dont je ne soupçonnais pas les ressorts.

J’essaierai ici d’articuler cette dernière expérience de cartel à la question du féminin, à partir de la formulation de Lacan de pas-tout, présente dans ce Séminaire. Non seulement à travers le « pas toute dans le savoir », comme l’indique le titre de cette soirée, mais aussi à partir d’une citation de ce même Séminaire qui me semble être une voie possible pour l’articuler avec le travail de cartel.

Lacan, dans la deuxième partie du chapitre V de ce séminaire, parle de deux manières de rater le rapport sexuel : la façon mâle de tourner autour, et l’autre, « comment, de la façon femelle,  ça s’élabore. Ça s’élabore du pas-tout », dit-il. Plus tard, il affirme que « c’est de l’élaboration du pas-tout qu’il s’agit de frayer la voie. C’est mon vrai sujet de cette année, derrière cet Encore, et c’est un des sens de mon titre. Peut-être arriverai-je ainsi à faire sortir du nouveau sur la sexualité féminine »(1).

Le sujet de l’élaboration m’a tout de suite renvoyée au texte de Jacques-Alain Miller, issu de son intervention lors d’une soirée de cartels en 1986, sur ce qu’il a présenté comme les cinq variations sur le thème de l’élaboration provoquée(2). Il y affirme, d’emblée, qu’une élaboration est toujours provoquée. Comment l’articuler avec l’élaboration du pas-tout dont parle Lacan dans Encore, au cœur même de ce terme, comme évoqué ci-dessus ?

L’élaboration provoquée résume bien le dispositif du cartel, pour le dire en quelques mots. À la place de l’agent, nous avons le sujet, en tant que divisé, « portant l’interrogation », qui interpelle les autres membres du cartel à partir de leur traits propres, leurs insignes, signifiants-maîtres, pour produire un savoir. L’objet doit aussi être à sa juste place, c’est-à-dire qu’il n’est pas du côté du plus-Un. Ce dernier ne s’approprie pas l’effet d’attrait, mais il doit le référer ailleurs, à Freud et à Lacan en l’occurrence.

Miller précise ainsi que le discours hystérique est celui qui convient le mieux à la structure du cartel : comme dans l’enseignement de la psychanalyse, par le transfert de travail, l’analyste y est en tant qu’analysant ; c’est de cette place qu’il obtient « qu’on s’y mette », ce que Lacan a appelé aussi induction (3). La place du Plus-Un donc n’est pas celle du sujet supposé savoir, mais de celui qui prend sur lui la division subjective, d’insérer dans le cartel l’effet de sujet. Miller énonce sur le Plus-Un qu’il « s’ajoute au cartel qu’à le décompléter, de devoir s’y compter et d’y faire fonction de manque ». En savoir plus>

 

Rentrée des cartels


Cartello n°28

(1) Lacan, J. Le Séminaire livre XX, Encore, Paris Seuil, 1975. Chapitre V, partie 2

(2) Miller, J.-A., https://www.causefreudienne.net/cinq-variations-sur-le-theme-de-lelaboration-provoquee/, intervention du 11 décembre 1986.

(3) Miller, J.-A. « L’École, le transfert et le travail », La Cause du désir n.99, Paris, Navarin Editeur, 2018.

Soirée de rentrée des Cartels

Affiche réalisée par le plasticien Éric Le Maire http://ericlemaire.net Lors de la prochaine Soirée de rentrée des Cartels, le 15 octobre à 21h nous aurons l’occasion d’entendre le travail de cartel de trois intervenants, ayant chacune choisi comme axe d’élaboration...

lire plus

La rentrée des cartels 2018 !

L’équipe de Paris-Cartels a organisé sa soirée annuelle le 16 octobre 2018 sous le titre « Le choix du cartel aujourd’hui, rencontre avec le savoir analytique ». Les invités ont présenté un témoignage inédit sur leurs premières expériences de cartel et Clotilde Leguil a répondu à notre invitation d’animer une discussion avec les intervenants et la salle. (…) Par Serena Guttadauro

lire plus