El Seminario Latino de Paris

Responsable, Patrick Almeida

Comité Editorial : Ariel Altman, Adriana Campos, Flavia Hofstetter, Soledad Peñafiel et Nayahra Reis.
Comité Organisateur : Emilio Francioli, Monica Guerra, Pablo Llanque, Marlith Pachao.

 

 

Le lieu
Maison de l’Amérique Latine, 217 Bd Saint-germain, 75007, Paris.

Les Mercredis, à 21h

Mercredi 18 septembre à 21h 

Mercredi 27 novembre à 21h 

Mercredi 22 janvier 2020 à 21h 

Mercredi 25 mars 2020 à 21h

Mercredi 10 juin 2020 à 21h

Informations et demandes d’inscriptions       miembros.seminariolatinoparis@gmail.com>

 

Abonnez-vous à la Page Facebook du Vecteur
Seminario-Latino-de-Paris-742088482562744/timeline>

Cycle de conférences 2019-2020

Vecteur Le Seminario Latino de Paris / L’Envers de Paris

Le Seminario Latino de Paris, vecteur de L’Envers de Paris, propose un cycle de travail, d’étude, de lecture et d’interprétation, en français et en espagnol, autour de la problématique de la « Science et Psychanalyse » – tenant en compte majoritairement les développements de L’Orientation Lacanienne de Jacques-Alain Miller.

Le désir de donner suite à notre travail de réflexion et d’élaboration à partir des apports de J.-A. Miller s’inscrit comme un effort de lecture et d’interprétation analytique de la subjectivité de notre époque – à l’instar des perspectives politiques et sociétales, en lien avec l’usage du discours de la science, qui nous font questionner l’impact sur les individus : la montée des populismes, la place des femmes dans le monde contemporain, le droit à la PMA, l’auto-mariage, l’autosexualité, la remontée d’un discours obscurantiste qui viserait, dans un mélange étrange entre scientisme et religion, à faire hospitaliser ce qui échappe à une “norme-mâle” désuète et qui ne supporte pas l’évolution des mœurs dans la société hypermoderne et contemporaine.

Parler de « Science et Psychanalyse » implique de tirer les conséquences du discours scientifique, voire des dérives d’un certain scientisme, sur l’être parlant. Il y a là une suite logique de notre recherche et discussion de l’année précédente. En 2018-2019 nous avons eu l’occasion de faire une année d’étude et de réflexion autour du cours de J.-A. Miller « Tout le monde est fou » à partir notamment des exposés des jeunes collègues qui touchaient en quelque sorte le fil logique du syntagme lacanien selon lequel «  Tout le monde est fou, c’est-à-dire délire » – sorte de formule condensée du dernier enseignement de Jacques Lacan où ce qui prime c’est le syntagme Yadl’Un.

« Il y a de l’Un » c’est à prendre dans le sens du «  c’est le fantasme, le rêve, le délire, la folie, le symptôme, tous ces termes se collapsent pour donner cet enfermement de chacun dans son monde et donc l’impossibilité du monde commun. Moyennant quoi on s’en arrange, tout le monde est dans son monde à soi c’est-à-dire dans celui que fomente son symptôme, moyennant quoi on s’arrange comme on peut pour se comprendre et on essaye de cheminer ensemble  » (J.-A. Miller dixit). Mais, ce cheminer ensemble a été, par des multiples façons, touché. Il y a eu des hypothèses diverses et variées qui ont essayé de prendre en compte ce monde contemporain déboussolé et illimité.

Pour cette année 2019-2020 nous voulons donc nous pencher sur l’hypothèse psychanalytique où il sera question de considérer la crise du monde comme une crise sérielle à partir de la lecture de la psychanalyse sur l’incidence du discours scientifique dans ce monde en crise. C’est l’effort par rapport auquel nous y tiendrons le fil d’étude : passer du symptôme clinique au symptôme dans la civilisation, civilisation de brume symbolique, et retour.

Cela touche par exemple la différence des sexes, l’espace du sexe flou de genres – c’est le temps du règne du discours scientifique qui peut modifier le corps, l’identité de soi, dans un mouvement de remaniement radical des corps et qui touche par conséquent à la performance discursive des individus. De la chirurgie esthétique jusqu’au déchiffrage du génome humain et ce jusqu’au transhumanisme post-humanitaire. Il s’agira avec « Science et psychanalyse » d’interroger la question des limites de l’humain et le rôle du discours de la science dans ce monde de l’illimité.

Cela sera corrélé à un effort d’élaboration psychanalytique qui prenne en compte le bouleversement dans ce monde, notamment le monde latin, qui se retrouve, plus que jamais, dans un moment charnière où son éclatement pluriel se voit menacé, de multiples façons, soit à se réduire à une unité d’un récit, en ayant comme matrice l’usage que certains font du discours de la science et des technologies, et qui effacerait la différence d’une Amérique Latine multiple, soit menacée par une fragmentation de la société, par une fragmentation des relations, par une précarité des identités.

Ce cycle d’étude sera l’occasion pour que des jeunes docteurs, des thésards et des étudiants venus de l’Amérique Latine puissent présenter leurs travaux articulés au changement de la réalité politique, sociale et intime d’aujourd’hui. Patrick Almeida

Toutes les infos sur la première soirée de l’année>

 

Nos rencontres…

El SEMINARIO LATINO

Il s’agira d’une séance autour de la thématique des « Exils et Psychanalyse » à partir de l’intervention de deux collègues : Sofia Guaraguara, psychanalyste, habite à Genève et est membre de l’ASREEP-NLS, et Alejandro Sanchez Rudegar, psychanalyste, habite à Buenos Aires et est membre/enseignant de la chaire « Psychanalyse Freud » de l’Universidad de Buenos Aires (UBA)

Le Seminario Latino de Paris

Le Seminario Latino de Paris animé par Patrick Almeida, aura sa 1ère soirée d’étude, de lecture et d’interprétation autour du thème « Science et Psychanalyse » le mercredi 18 septembre à 21h. Nous nous pencherons ainsi sur l’hypothèse psychanalytique qui considère la crise du monde comme une crise sérielle à partir de la lecture de la psychanalyse sur l’incidence du discours scientifique dans ce monde en crise – en passant du symptôme clinique au symptôme dans la civilisation, civilisation de brume symbolique, et retour. 

Trois séries, trois femmes…

« Les femmes des séries, qui sont les femmes du nouveau millénaire sont animées par quelque chose dont on ne sait pas grand-chose : pas d’idéaux, pas d’idéologies, pas de maîtres tout simplement. Femmes de ce temps, elles sont comme ce monde, sans limite, sans frontières, mais habitées par une force essentielle, inépuisable »(1). Gérard Wacjman.

Todo el mundo es loco

Damasia Amadeo de Freda et Adriana Campos articuleront un chapitre du Cours d’orientation lacanienne de Jacques-Alain Miller « Todo el mundo es loco en lien avec leurs thèses de doctorat – à propos de « L’adolescent actuel » et du « surmoi de notre époque ». Rendez-vous le 23 janvier à 21h à la Maison de l’Amérique Latine, Paris.

Le Seminario Latino de Paris

    Le Seminario Latino de Paris animé par Patrick Almeida, aura sa 2ème soirée d’étude, lecture et interprétation en espagnol du Cours d’orientation lacanienne de Jacques-Alain Miller « Todo el mundo es loco » (« Nullibiété - Tout le monde est fou », 2007-2008 ). A...

EL SEMINARIO LATINO DE PARIS – L’ENVERS DE PARIS

Invita a seguir el Estudio, Lectura e Interpretación en español del Seminario de la Orientación Lacaniana de Jacques-Alain MILLER "Todo el mundo es loco", en el período 2018-2019 El Miércoles 19 de Septiembre, 2018 a las 21h00 Presenta : Ariel...

El seminario Latino De Paris

Salir del trauma por el psicoanálisis (1) Eugenia Varela Vamos a hablar en este acto del libro-recopilación hecho por Marie-Hélène Brousse, sobre “El psicoanálisis a la hora de la guerra” que es el resultado de dos años de trabajo en equipo. Encontramos textos que son...