genre10

Genre et psychanalyse

Animé par Fabrice Bourlez

Depuis la traduction – avec une quinzaine d’années de retard – du célèbre Trouble dans le genre de Judith Butler, la France voit – enfin – éclore de nombreux travaux théoriques (traductions, colloques, publications, séminaires…) se rattachant au champ des gender studies.

Globalement, ces avancées théoriques nous invitent à repenser les identités sexuelles (homme, femme mais aussi gay, lesbiennes, bi, trans, queer…) en termes de constructions sociales, d’appareillages technologiques et de mouvements (micro-)politiques. L’engouement intellectuel pour ces dé-constructions s’accompagne d’un souffle revendicateur de libertés. De plus en plus, les sujets, – tournant le dos aussi bien à une conception naturelle du corps et de la sexualité qu’à un inébranlable ordre symbolique instaurant La Différence des sexes – veulent vivre leurs corps et leurs pratiques sexuelles, comme bon leur semble, sans se soucier d’une quelconque moralité, sans s’encombrer des lois du genre.

Judith Butler aime qualifier son travail philosophique de « traduction culturelle ». Elle y convoque à de nombreuses reprises la psychanalyse. Sa visée est à la fois théorique et éthique : rendre un plus grand nombre de vies vivables. Son œuvre renouvelle de nombreux concepts : genre, agency, norme, performativité, vulnérabilité, mélancolie… A l’heure du triomphe des thérapies cognitivo-comportementalistes et des transformations profondes de la famille, les psychanalystes peuvent-ils se servir des avancées butlériennes ? En retour, que produisent les concepts de Butler face à la tâche impossible qui anime l’analyste, confrontés au réel singulier qui anime chaque cure, que disent-ils encore? Il ne s’agit pas de faire de Butler une psychanalyste ou de transformer la pratique de l’inconscient en une philosophie mais de démontrer l’utilité de l’une et l’acuité de l’autre.

Cette année le vecteur se propose la lecture intégrale du texte de Judith Butler, Antigone la parenté entre la vie et la mort ainsi que des trois principales références citées dans ce texte : Hegel, Lacan et Cixous.

Le groupe se réunit le lundi à partir de 20H45 et propose une lecture collective des textes.

Lundi 24 novembre

Lundi 22 décembre (vacances)

Lundi 19 janvier

Lundi 9 février

Lundi 23 Mars

Lundi 13 avril

Lundi 18 mai

Lundi 22 juin

Renseignements et inscriptions :

12 + 13 =

Événements :

Corps parlant et genre

Dans la cadre du séminaire « Penser le sexuel : Entre la psychanalyse et les théories du genre »,
Pierre-Gille Guéguen interviendra lundi 6 mars à 18H00 sous le titre : « Corps parlant et genre ».

Éthique, politique et psychanalyse

Dans notre réflexion sur un dialogue possible entre gender studies et psychanalyse nous sommes parvenus, avec Judith Butler, à nous poser une question qui peut paraître à la fois désuète et d’une brûlante actualité : « peut-on considérer la famille comme une communauté naturelle, capable d’instituer dans et par sa nature un ordre de droit ? »

Homosexualités et psychanalyse au XXIè siècle

Psychanalyse et homosexualités au XXIè siècle, en présence de Stella Harrison, auteur et coordinatrice de Elles ont choisi, Hervé Castanet, auteur de Homoanalysants ; ils dialogueront avec Marie-Hélène Brousse, Flavia Hofstetter et Fabrice Bourlez.

Partages 0