Clinique et Addictions

Vecteur animé par le TyA-Grand Paris : www.addicta.org

L’addiction : concept à la mode. Tout comme la clinique quantitative qui l’accompagne. Or si nous sommes peut-être tous addicts, c’est que nous sommes tous embarrassés de la jouissance. Dans ce domaine, la comptabilité ne peut servir qu’à indiquer et évaluer des rééducations autoritaires et normatives. Elle n’est d’aucune aide pour comprendre le malaise et les impasses, individuelles et sociétales, de la consommation. Il s’agira bien plutôt de saisir, au cas par cas, les variations cliniques qu’introduit la consommation dans les rapports singuliers du parasite langagier avec le corps.

Réseau international du TyA (Toxicomania y Alcoholismo) du Champ freudien, en association avec l’Envers de Paris et l’Association Cause freudienne Ile de France, sous les auspices de l’UDSM (Union pour la Défense de la Santé Mentale)

Conversations mensuelles les lundis à 20h30 à Paris

On peut lire aussi sur ce site : La clinique ou l’addiction, et l’on peut se reporter au site du TyA Grand-Paris : addicta.org

2016 / 2017
À Paris, les lundis à 20h30
10 octobre 2016
14 novembre 2016
12 décembre 2016
16 janvier 2017
20 février 2017
20 mars 2017
24 avril 2017
22 mai 2017
26 juin 2017

Sur inscription
rdv sur www.addcita.org

Nous reprenons nos conversations Clinique & Addictions pour la troisième année. Cette année nous nous concentrons sur la clinique du lien social dudit « addict », dans sa famille, son groupe, ses institutions, ses groupes d’entraide, la société, etc.
Dans un temps où règne l’individualisme démocratique, la solitude gagne et le lien social se délite. Individualisme et société sont-ils incompatibles ? Mais  comment faire société malgré le délitement de l’idéal ? Une société peut-elle se supporter d’individus non seulement définis par leurs perversions (l’expression est de Barthes) mais appareillés chacun, désormais, avec ses prothèses, chimiques ou autres.
Or « l’individualisme dresse le portrait d’un individu qui voit sa vocation purement utilitariste se retourner contre lui et provoquer chez lui un sentiment de vide et de désolation », nous dit récemment Cynthia, Fleury dans « Les irremplaçables. »
Mais le problème se pose déjà dans nos institutions face à la montée en puissance des droits des usagers qui remet en question le savoir et le pouvoir institués. Sous quelle forme pouvons-nous pérenniser ces institutions à une époque où le soin et l’éducation peinent à justifier leur fondement sur le sol meuble des notions de maladie et de morale ?
Pour illustrer ces problématiques nous continuerons de nous baser précautionneusement sur la clinique du cas par cas,  l’étude attentive des références bibliographiques ainsi que de nous impliquer activement dans le débat d’idées et l’action institutionnelle.
Nous souhaitons cette année que les participants puissent largement s’inscrire au programme pour y intervenir, à-partir de leur expérience clinique, quelle qu’elle soit. Pour cela, nous contacter dès maintenant.
Pierre Sidon

Renseignements et inscriptions :

9 + 7 =

Quelques travaux du TyA Grand Paris

Liens sociaux toxiques

Avec Laure Naveau, invitée
Liens sociaux toxiques : considération sur un cas d’addiction sans objet
Luis Iriarte
Lors de la prochaine soirée du TyA – L’Envers de Paris, nous allons examiner un cas clinique où l’addiction se présente sans un objet apparent. En 2011, J.-A. Miller a manifesté que « toute activité peut devenir drogue »1. Cette citation nous permet de capter que ce qui est addictif (…)

Ségrégation et camp de concentration
Gabriela Pazmino
Le camp de concentration (à distinguer du camp d’extermination) est une forme de ségrégation dont l’origine remonte aux guerres coloniales anglaises du début du XXème siècle (Loir, 1902/1919).[1] Pratiquée à grande échelle durant la seconde guerre mondiale, (…)

Esclaves de la langue

Lundi 20 février 2017 à 20h30. À-travers la clinique et la théorie lacanienne, nous aborderons les passions qui dérivent de la prise des sujets dans la langue. La langue « fasciste », selon Barthes ! Figures de la liberté et de l’esclavage, la clinique s’avérera la politique ; et réciproquement. Pierre Sidon

LECTURES au TyA Envers de Paris

Le recours aux drogues et l’opération de séparation, par Jose Altamirano
Le Séminaire X et le Séminaire XI sont l’expression d’un changement substantiel dans l’enseignement de Lacan. Ce changement correspond à ce qui a été désigné du terme de « jouissance normale » […]

Lecture de l’article de Gil Caroz « Connaître sa haine » […] par Olivier Talayrach
Il y a la haine qualifiée de « pépère » par l’auteur, et puis celle qui rejette l’autre, par exemple LE juif ou LA femme… Et les diffame. Gil Caroz indique les voies respectives d’apaisement de ces deux haines : […]

Addiction et passion

Pour notre troisième soirée, du Vecteur « Clinique et addictions », nous vous donnons rendez-vous lundi 12 décembre à 20h30. Nous aborderons la notion de la passion autour d’un cas clinique présenté par Mathilde Braun : Monsieur V. interroge le rapport entre addiction et passion. Passion par sa profession d’une part, addictions d’autre part, sans lien apparent. Néanmoins, en déployant ces deux espaces séparés, nous verrons qu’un même objet les relie. En deuxième partie nous nous intéresserons à la littérature avec Elisabetta Milan Fournier : « Un vieux dégueulasse », il s’agira d’une fiction clinique autour du livre de Bukowski, Women.
Pierre Sidon

Traiter d’addictologie avec Jean-François Perdrieau et Jacqueline Janiaux

Rdv le 14 novembre 2016.
Pour cette deuxième Conversation clinique et addictions de l’année, deux interventions.
Jean-François Perdrieau : La deuxième édition du traité d’addictologie vient de paraitre, 12 ans après  la première édition. Dans son premier chapitre : « Comprendre les addictions : l’état de l’art », le Pr Michel Reynaud écrit : « Lors de la première édition (…), l’enjeu était de comprendre, accepter et intégrer l’intérêt d’un abord global des addictions » ;  « Aujourd’hui, en 2016, le terme “addiction” est assimilé par la société ». Il me semble utile de discuter des changements présentés dans cette nouvelle édition, la disparition de certaines parties, le développement de certains concepts, et l’arrivée bien venue des NPS (nouveaux produits de synthèse). 
Jacqueline JANIAUX : Une année de suivi en CSAPA : un cas clinique pour illustrer l’application d’une analyste en institution avec un sujet dit addict. – Pierre Sidon

La haine de soi

Pour la première de nos Conversations de cette année, nous tenterons d’illustrer comment la haine de soi, en particulier du corps morcelé, peut être au principe desdites “addictions”. Nous interrogerons le destin différent de cette passion funeste à l’aide de deux situations cliniques. […] Pierre Sidon
Rdv lundi 10 octobre à 20h30.

Addictions : les nouvelles passions ?

Quatrième année des Conversations « Clinique et Addictions » du TyA-Envers de Paris : dans le contexte troublé de la montée préoccupante de la haine, nous nous penchons cette année sur ce vieux terme des passions : dépassées les passions à l’ère de la consommation ? Mais sa forme désormais sans limite et qui menace l’existence même des sujets épinglés sous le terme d’ « addicts » a-t-elle quelque chose à voir avec ces passions que Platon opposait à la raison ? […]

Consommations fortes, institutions faibles

Lundi 20 juin 2016 à 20h30.
Que se passe-t-il lorsque flambe la revendication des sujets à une jouissance toujours plus légitime, à une jouissance sur laquelle le capitalisme jette l’huile de la consommation et dont la science repousse toujours plus les limites ?
www.addicta.org

Avec les Anonymes

Addictions / 11 avril 2016 à 20h30 – Les alcooliques anonymes : un million et demi de membres en 1960, deux millions et demi dans notre décennie.

Partages 0