ÉDITO D’OCTOBRE

Nous avons eu la joie de nous retrouver le mois passé, à nouveau ensemble, avec nos corps, après une si longue absence. Certains groupes de notre association ont pu déjà s’organiser pour mettre en place des réunions publiques malgré la présence du coronavirus dans notre ville et de la pandémie persistante. C’est un moment exceptionnel et inédit qui exige de nous une constante créativité pour s’adapter à la nouvelle situation tout en poursuivant notre effort et notre désir d’étude et de transmission de la psychanalyse. Bien entendu, durant ces réunions, nous avons été spécialement vigilants et nous avons multiplié les mesures de protection. Nous resterons toujours attentifs à la progression du virus pour reprendre, dans la plus grande normalité possible, nos réunions en suivant les prescriptions gouvernementales.

Nous avons eu le plaisir de recevoir à la librairie Libralire Guy Briole et Camilo Ramirez pour converser longuement autour du livre, récemment paru, Haine et pulsion de mort au 21ème siècle. Le groupe Psynéma a pu poursuivre sa collaboration avec le Patronage Jules Vallès en recevant le 3 octobre Laura Sokolowsky pour une conversation menée à la suite de la projection du film de Kenji Mizoguchi, Les contes de la lune vague (1953).

Cet après-midi du groupe Psynéma s’inscrivait dans le cadre de la préparation des Journées de l’ECF, dont le titre et thème d’étude choisi est Attentat sexuel. Ces journées d’études auront lieu au Palais des Congrès de Paris les 14 et 15 novembre prochains si la situation sanitaire nous le permet. Notre équipe diffuse en temps et en heure par Face Time, Twitter et Instagram les boussoles et la newsletter Desacorps pour entrer dans le vif de l’étude du thème.

Le groupe Psynéma nous annonce le programme d’étude des prochains mois. Ses membres travaillent sur le thème de l’exil et des frontières et vont poursuivre leur lecture de « Lituraterre » dont le sujet est la frontière entre savoir et jouissance. Tristana de Luis Buñuel sera l’occasion d’un prochain film-débat le 12 décembre prochain au Patronage Laïque. Nous avons prévu trois réunions préparatoires les 2 et 21 novembre ainsi que le 5 décembre. Les personnes intéressées peuvent contacter : Karim Bordeau (06.07.23.39.29) ou Maria Luisa Alkorta par mail>>

La soirée de rentrée des cartels pour l’année 2020-2021 est programmée le 15 octobre à 21h dans les locaux de l’École. Cette soirée sera aussi dédiée à la préparation des journées de l’ECF « Attentat sexuel » et aura pour titre « Il y a ATTENTAT sexuel, il n’y a pas de RAPPORT sexuel ». Aurélie Charpentier-Libert s’occupe de son organisation en relation avec l’ACF-IDF, et Beatriz Gonzalez-Renou, secrétaire aux cartels de l’ECF, en est l’invitée. Nous écouterons les interventions d’Alice Ha-Pham, Pierre-Ludovic Lavoine et Guillaume Libert. Après le débat, nous passerons au tirage au sort des nouveaux cartels, ce qui constitue un moment très important de la vie de notre École. La présence se fera sur inscription à : cartelsedp@gmail.com

Et voici quelques nouvelles de nos groupes et de notre vie associative pour le mois d’octobre :

 Le Collectif Lectures Freudiennes nous fait part d’une excellente et joyeuse nouvelle. Les Éditions Eres ont annoncé à Susanne Hommel la publication de la traduction des derniers textes de Freud, en édition bilingue, que ce groupe a traduits et travaillés depuis quelques années. Ils se sont rencontrés au début du mois de septembre pour continuer son travail de relecture et porter les dernières corrections au texte de Freud Metapsychologische Ergänzung zur Traumlehre – Complément métapsychologique à la doctrine du rêve , rédigé par Freud en 1915. Ils traduisent actuellement les notes rédigées par Freud. La prochaine réunion aura lieu le 6 octobre 21 heures chez Susanne. Vous pouvez la contacter par mail>>

Le collectif Théâtre et psychanalyse se réunira par Zoom le jeudi 22 octobre à 21h pour préparer les deux premières rencontres de la nouvelle saison 2020/2021. Le programme de l’année s’annonce de façon formidable avec les dates suivantes que vous pouvez d’ores et déjà noter dans vos agendas:

Au Théâtre de la Reine Blanche, le samedi 28 novembre à 19h Giordano Bruno, le souper des cendres, adaptation et mise en scène de Laurent Vacher. Nous aurons comme invitée : Francesca Biagi-Chai. Dans ce même Théâtre, le dimanche 13 décembre à 16h, Liza et moi, histoires de mères et de filles, de Sandrine Delsaux, mise en scène de Sophie Thebault, avec comme invitée : Rose-Paule Vinciguerra.

Et voici encore les premières dates pour 2021 : Au Théâtre de la Bastille, le samedi 16 janvier à 21h, Coriolan de William Shakespeare, spectacle de François Orsoni. Notre invitée sera : Marie-Hélène Blancard. Au Théâtre Rond Point, le dimanche 31 janvier à 15h30, Le Syndrome de l’oiseau de Pierre Tré-Hardy, mise en scène de Sara Giraudeau et Renaud Meyer. Notre invitée cette fois sera Hélène Bonnaud. Nous avons encore bien d’autres œuvres au programme que nous annoncerons plus tard.

Le vecteur « Le corps, pas sans la psychanalyse », lors de la première réunion de l’année en septembre, a entamé la discussion d’un texte proposé par une participante sur les conséquences des manques de rituels funéraires observés dans les EHPAD au plus fort de la pandémie. Puis nous avons suivi la ligne que nous avions annoncée : l’étude des « Intuitions Milanaises » de Jacques-Alain Miller (Mental no 11&12), dans la visée particulière de la question du corps. Prochaine réunion le Mercredi 21 Octobre. Contact : Geneviève Mordant, par mail>>, ou au 06.08.26.49.46.

S’inscrivant dans l’orientation proposée pour la prochaine journée de L’Envers, le vecteur Lectures cliniques consacre ses prochaines séances au travail du texte de Jacques-Alain Miller, « Intuitions Milanaises » (Mental no 11&12) ainsi qu’à la présentation et à la discussion de cas cliniques issus de la pratique des participants. Contact : Adela Alcantud, mail>> & Pascale Fari, mail>> 

Le vecteur Psychanalyse et Littérature a entamé sa recherche sur le rapport qu’entretient la littérature contemporaine à notre civilisation mondialisée, en s’éclairant du texte de Jacques-Alain Miller de 2002, « Intuitions Milanaises » (Mental no 11&12), où il re-problématise la formule de Lacan « l’inconscient c’est la politique » en la resituant dans notre époque. Lors de notre prochaine réunion du mercredi 21 octobre, nous poursuivrons notre questionnement sur la machine économique qui fonctionne toute seule indépendamment de toute subjectivité de son opérateur. Lieu et heure de réunion : 66 Rue de Saintonge Paris 75004 à 20h30. Pour se joindre à nous, contacter Marie-Christine Baillehache par mail>> ; ou au 06.42.23.37.03.

 Marga Auré

Au-delà du confinement

INTERNET SOUS TRANSFERT

INTERNET SOUS TRANSFERT

Par Nayahra Reis
En novembre 2017, le numéro 97 de La Cause du Désir intitulé « Internet avec Lacan », s’interrogeait sur les effets de l’internet et de la technologie dans la subjectivité des sujets contemporains et sur les enjeux de la pratique de séances analytiques et de supervisons online, réalisée par certains courants analytiques en Chine et un peu partout dans le monde.

L’avez-vous lu ?
ACTUALITÉ DE LA HAINE

ACTUALITÉ DE LA HAINE

Le discours analytique, de Freud et Lacan spécialement, jette sur la haine une lumière encore neuve et bien plus efficiente que bien des discours qui prétendent la dissoudre en la dénonçant, et ne font trop souvent que la renforcer.
Ce livre suit un trajet de la haine à la joie, du rejet de l’Autre à un usage possible de l’intime altérité qui habite chacun.

Le Rire et le Néant dans l’œuvre freudienne

Le Rire et le Néant dans l’œuvre freudienne

Par Grigory Arkhipov
Dans la pensée occidentale, il y a une forte tradition de considérer le rire et le risible à travers le prisme du jugement. Ce jugement peut être esthétique (le risible est « une laideur non accompagnée de souffrance » , note Aristote), intellectuel (nous rions de ce que nous estimons être stupide) ou moral (le rire châtie la vanité, selon Bergson). Il y a un autre paradigme qui, au contraire, inscrit le rire dans la discontinuité du jugement.

D’une langue à l’autre : écriture poétique de François Cheng

D’une langue à l’autre : écriture poétique de François Cheng

Par Isabela Otechar Barbosa
Dans son livre, Le dialogue, François Cheng s’intéresse à l’affect de la langue. Cet affect ne concerne pas une seule langue mais le rapport entre la langue maternelle et la langue étrangère ; dans le cas de F. Cheng, le chinois et le français. Le passage d’une langue à l’autre lui permet d’avoir un nouveau rapport au symbolique qui met en jeu la satisfaction énigmatique d’un affect.

La Lettre du DIALOGUE de François Cheng

La Lettre du DIALOGUE de François Cheng

À la toute fin de son livre Le Dialogue, F. Cheng reprend la calligraphie qu’il a crée lui-même pour accompagner le titre de son recueil et explique qu’il y a fondu dans une seule calligraphie les deux idéogrammes que sont « le chinois 汉 » et « le français 法 ». Cette opération est rendue possible du fait que les deux caractères possèdent la même clé, celle de l’eau, à savoir trois points superposés côté gauche.

“UN DISCOURS QUI SERAIT DU RÉEL”

“UN DISCOURS QUI SERAIT DU RÉEL”

Par Rosana Montani Ma lecture du chapitre « D’un discours qui serait du réel » du texte de Jacques-Alain Miller « Lire un symptôme »[i] s’est plus particulièrement intéressée au dialogue de la psychanalyse avec la philosophie sur la question de...

Qu’est-ce que savoir lire ?

Qu’est-ce que savoir lire ?

Par Isabela Otechar  Ma lecture du texte majeure de Jacques-Alain Miller Lire un symptôme et les questions, discussions, relances, mises en mouvement provoqués par le travail du Vecteur ont fait résonner pour moi la question qu’il pose : quelle...

Psychanalyse et psychiatrie

3ème conversation : La psychiatrie, aujourd’hui et demain…

3ème conversation : La psychiatrie, aujourd’hui et demain…

Justice et psychiatrie maintiennent entre elles un lien étroit et complexe où se révèle la façon dont chaque époque traite de la folie et de ses conséquences sociales. En matière de santé mentale, la justice intervient à deux niveaux : au niveau pénal, elle détermine un certain degré de privation de liberté. à un autre niveau, elle prévoit des mesures de protection, tant pour le sujet lui-même – quand celui-ci ne semble pas jouir de toutes ses facultés mentales – que pour la société.

2ème conversation : Les lieux de soins de la psychiatrie : rupture et continuité

2ème conversation : Les lieux de soins de la psychiatrie : rupture et continuité

La 2éme Conversation s’est tenue le mercredi 28 novembre 2018 à Paris. Elle avait pour thème : « Les lieux de soins de la psychiatrie : rupture et continuité ». Le propos était d’évoquer la place de la psychanalyse dans ces lieux, comment elle s’y est perpétuée, comment elle s’est adaptée ou modifiée au gré des évolutions sociales mais aussi économiques et politiques…

Marge de manœuvre : la trouver, s’en saisir

Marge de manœuvre : la trouver, s’en saisir

Dans l’après-coup de la 1re Conversation du mercredi 10 octobre 2018, vous pouvez lire le texte de Florence Hautecoeur : (…) D’un côté, la subversion du psychiatre et de la psychiatrie par la science, l’économie ou le pouvoir dont on croit user, mais que l’on finit, à son insu, par servir. De l’autre, la responsabilité de chaque clinicien orienté par la psychanalyse : ne pas renoncer et ne pas céder sur son désir…

Écouter, voir..

Théâtre & psychanalyse

Théâtre & psychanalyse

« Une femme chute, meurt, et voilà qu’elle se réveille, posant l’énigme de cet événement à ceux dont il excède le savoir, médecins du côté de la science, prêtres du côté de la religion. C’est autour de ce mystère incarné par une femme que Jeanne Candel et Samuel Achache nous propose leur création, librement inspirée par l’univers d’Edgar Allan Poe et par une œuvre inachevée de Debussy, associés aux motifs musicaux de Schubert et Schumann…

CHAMP / CONTRE-CHAMP / HORS-CHAMP

CHAMP / CONTRE-CHAMP / HORS-CHAMP

La Serendipity, c’est le fait de découvrir autre chose que ce que l’on cherche. Mais c’est surtout la capacité de s’en saisir. Parfois une Serendipity peut en cacher une autre. Dans le parcours d’une  œuvre centrée sur la fabrication de la vie, Prune Nourry est touchée par la maladie :  l’inconnu, l’inattendu, ce que l’on ne cherche pas n’est pas toujours du côté de la vie… Par François Ansermet

Psynéma, événement J49 femmes en psychanalyse…

Psynéma, événement J49 femmes en psychanalyse…

De l’influence des Rayons Gamma sur le comportement des Marguerites de Paul Newman, sorti en 1973, sera le prochain film projeté au Patronage laïque Jules Vallès le 12 octobre 2019 à 14h. Le débat qui suivra sera animé par Laura Sokolowsky, psychanalyste membre de l’ECF.

Collectif Théâtre & Psychanalyse

Collectif Théâtre & Psychanalyse

Alain Françon qui œuvre depuis 1971 sur les théâtres et qui, pour la première fois (!), monte une pièce de Molière, nous a fait le plaisir d’accepter de venir converser avec Bénédicte Jullien, psychanalyste, membre de l’Ecole de la Cause freudienne. Rendez-vous le 6 octobre avec l’Envers de Paris au Théâtre de la Ville.

Lire encore…

À la ligne, feuillets d’usine de Joseph Ponthus

À la ligne, feuillets d’usine de Joseph Ponthus

Joseph Ponthus est pluriel. Intellectuel, qui a fait hypokhâgne-khâgne, et qui d’après ses interviews, a aiguisé sa pensée à la triade Marx-Foucault-Lacan. Journaliste indépendant. Educateur spécialisé, qui a travaillé dans un club de prévention francilien pendant de nombreuses années. Analysant. Grand amoureux. De la littérature, Dumas en particulier. De la poésie, Apollinaire en tête. De la chanson française, Barbara et Trenet, et internationale, Tom Waits… Par Coralie Haslé

Monologues de l’attente d’Hélène Bonnaud

Monologues de l’attente d’Hélène Bonnaud

Ce nouveau livre est un bijou de psychanalyse, vous y trouverez des trésors de vérité. L’écriture est toute en douceur, délicate, subtile, extrêmement précise. Certaines phrases ont valeur de coupure, elles forment un dire(8), deviennent extimes au récit de la petite histoire que se racontent les analysants. Ça résonne en vous, l’auteure a touché juste, en plein dans le mille ! On rit, on est ému, interloqué, suspendu aux vérités que recèlent les mystères de l’inconscient… Par Stéphanie Lavigne

L’inconscient au lycée…

L’inconscient au lycée…

Si l’on ajoute un métier impossible à un autre, est-ce que cela fait proliférer l’impossible ? Ou est-ce que cela l’annule, un peu à la manière des nombres opposés, dans les équations ? C’est la question que l’on peut se poser quand un professeur invite un psychanalyste dans sa classe. Rencontres improbables entre le professeur, l’analyste et l’élève qui s’avérèrent, disons-le sans ambages, d’authentiques rencontres. Depuis 2016, l’A.C.F. d’Île de France a monté un projet destiné aux lycéens de région parisienne…. Par Par Emilie Descout*

El SEMINARIO LATINO

El SEMINARIO LATINO

Il s’agira d’une séance autour de la thématique des « Exils et Psychanalyse » à partir de l’intervention de deux collègues : Sofia Guaraguara, psychanalyste, habite à Genève et est membre de l’ASREEP-NLS, et Alejandro Sanchez Rudegar, psychanalyste, habite à Buenos Aires et est membre/enseignant de la chaire « Psychanalyse Freud » de l’Universidad de Buenos Aires (UBA)

Contacter l'Envers de Paris

Veuillez cocher cette case pour envoyer le formulaire !

7 + 9 =