Édito Février 2018

Chers membres,

L’Envers de Paris a connu deux années d’activité intense et joyeuse sous la direction de Camilo Ramirez dont le travail constant et décidé lui a donné un bel élan.

Le moment de la permutation venu, c’est avec un grand plaisir, et un réel engagement que j’ai accepté la proposition que l’Ecole, à travers son président, m’a faite d’en assumer à mon tour la direction. Je tiens avant tout à saluer le travail, tant dynamique que sérieux de Camilo Ramirez. L’orientation soutenue qu’il a donnée aux différentes actions de L’Envers de Paris et la façon dont chacun s’y est impliqué se traduisent aujourd’hui par une articulation tout à fait en phase avec le moment de réveil qu’a été pour nous tous l’année 2017.

Ce moment porte désormais un nom. Un nom donné par Jacques-Alain Miller : L’année zéro du Champ freudien[1]. C’est à partir de cette interprétation que nous sommes invités à participer activement à ce mouvement d’ouverture vers de nouvelles façons de faire circuler le discours psychanalytique dans le monde. Et ce, en prenant appui sur ce qui de l’air du temps nous interpelle, nous alerte et nous réveille.

Aussi ai-je le plaisir de vous annoncer que notre assemblée générale ordinaire se tiendra le mardi 13 mars à 21h au local de l’Ecole de la Cause freudienne. Elle se déroulera en présence de Gil Caroz, président de l’Envers de Paris ainsi que du Conseil statutaire. Il s’agit d’un temps fort d’élaboration et de réflexion commune. Ce sera l’occasion de nous retrouver et d’envisager ensemble les axes thématiques à explorer durant les deux années à venir.

L’Envers de Paris est en pleine forme ! Les vecteurs et collectifs, sur le fil du désir qui anime leurs responsables, continuent d’interroger l’époque. Ainsi, en créant des carrefours permettant la rencontre entre la psychanalyse d’orientation lacanienne et d’autres champs du savoir, l’Envers consolide sa place dans la Cité.

En témoignent les événements à venir en ce mois de février. Mais tout d’abord, le samedi 3, l’Ecole de la Cause freudienne organise la journée Question d’Ecole à la Maison de la Chimie. Le thème choisi, « Nouvelles figures du psychanalyste », nous invite à poursuivre le moment logique initié l’année dernière par Jacques-Alain Miller et à élargir la question quant aux « nouvelles modalités de l’action du psychanalyste dans le monde »[2].

En ce qui concerne les collectifs et vecteurs de l’Envers de Paris, le vendredi 9 février aura lieu le séminaire Les enfants de la science sous le thème « Nouvelles demandes, nouvelles pratiques. Le genre, la procréation ». Il sera animé par François Ansermet et Nouria Gründler.

Le collectif Théâtre et Psychanalyse nous propose quant à lui deux rencontres ce mois-ci. Deux pièces traitant l’énigme du couple : Constellations de Nick Payne, mise en scène d’Arnaud Anckaert, samedi 10 février au théâtre de l’Aquarium à 20h. Et Menahem-Mendl le rêveur de Sholem Aleichem, mise en scène d’Hélène Cohen, lundi 19 février au théâtre de la Huchette à 20h. Ces représentations seront suivies d’un débat avec des psychanalystes de l’ECF organisés par Philippe Benichou et Christiane Page.

Enfin, mardi 13 février, le vecteur Clinique et addictions, sous la responsabilité de Pierre Sidon et Stéphanie Lavigne, poursuivra son travail autour du thème « Addictions ordinaires et extraordinaires : le triomphe de l’éducation ».

En espérant votre présence en nombre, riche d’idées nouvelles à notre AG,
Je vous souhaite, chers collègues, une très belle année 2018.

Beatriz Gonzalez-Renou

[1] Miller J.-A., « Champ freudien, année zéro », http://www.lacanquotidien.fr/blog/wp-content/uploads/2017/06/LQ-718-B.pdf
[2] Caroz G., Argument de la Journée Question d’Ecole du 3 février 2018, http://www.causefreudienne.net/event/question-decole-2018/

Événements à la Une

JOURNÉE D’ÉTUDE Autisme & Parentalité
Rdv le 10 mars 2018 de 9h30 à 18h à la Maison de la Chimie, 28 rue Saint-Dominique, Paris 7e

Nouveau(x) Genre(s)

Rendez-vous le 4 mars avec Dalila Arpin, AE de l’ECF autour d’une oeuvre originale, mettant en scène une analyse lacanienne, le rapport au genre, à la langue, et l’art de la scansion. Philippe Benichou

Menahem Mendl, Le rêveur

Texte culte de la littérature yiddish, ce roman épistolaire de Sholem Aleichem publié en 1919 est un dialogue entre Menahem-Mendl, parti chercher fortune à la ville, et sa femme, demeurée au village en compagnie de ses enfants… et de sa mère. On y voit l’homme indéfectiblement attaché à ses illusions, […] par Philippe Benichou

Constellations

Elue meilleure pièce de théâtre 2013 en Angleterre, la pièce de Nick Payne présente une construction audacieuse où une même scène se répète plusieurs fois et seuls quelques mots changent. Un homme et une femme s’y rencontrent. […] par Éric Dubuc

Seminario Latino de Paris

Miércoles, 31 de enero, 2018
Lectura en español del Seminario Todo el mundo es loco de Jacques-Alain Miller.
Lecture en espagnol du livre «Todo el mundo es loco» de J.-A.Miller, séminaire de l’orientation lacanienne de 2007-2008.
De la neurona al nudo, X. Determinación y contingencia, XI. El psicoanálisis líquido, XII. La interpretación del psicoanálisis.
Presenta  / Carolina Koretzky : Dar Lugar a alguna ausencia
Moderador / Eugenio Díaz
Intervienen / Patrick Almeida : Pensar contra su inconsciente, Magda Gómez : Un psicoanálisis líquido que interpreta sólidamente

Nabokov à l’épreuve du Réel

Lolita est une œuvre de longue haleine. Nabokov le dit, il n’y a aucune source d’inspiration biographique à l’origine de ce roman, si ce n’est le Réel de son corps se manifestant brutalement par une maladie : « C’est à Paris, à la fin de 1939 […] par Alexandre Pécastaing et Marie-Christine Baillehache

LOLIT(a) : les deux faces du fantasme

Au scandale que suscite, au Etats-Unis et en France, son roman Lolita, Nabokov répond avec Flaubert et Madame Bovary : « Le livre traite de l’adultère et il contient des situations et des allusions qui ont choqué le régime prude et philistin de Napoléon III. […] par Marie-Christine Baillehache

en fin d’analyse…

« Alors là il faudrait s’attacher aux tout derniers textes de Freud parce qu’il y a affaire, en effet, à ce qui se découvre en fin d’analyse aussi bien dans « Analyse finie et infinie » qui a été écrit au début de 1937 […] par Suzanne Hommel

Suivre la voix d’alto

Christophe Desjardins, altiste, dans l’entretien qu’il a donné à Ouï, premier numéro virtuel de La Cause du désir (disponible sur ECF-échoppe) « En avant derrière la musique ») nous invitait à entrer dans un univers d’où émerge une voix au-delà du verbe.
Pour poursuivre avec lui le dialogue, au-delà du sens dont séquences et passages subtils nous font toucher les mystères de la création, nous vous communiquons quelques ÉVÉNEMENTS À VENIR où vous pourrez l’entendre. […]

À Serge Cottet

[…] La prochaine exposition de nos travaux aura lieu le 27 janvier 2018 au Patronage laïque Jules Vallès, à 14h. Elle s’inscrira sous la thématique : « Résister, exister ». Le film Docteur Folamour (1964) de Stanley Kubrick sera projeté dans son intégralité, et suivi d’un débat. Une réunion de travail aura lieu le 6 janvier 2018 à 16h chez Carole Herrmann. […] par Karim Bordeau

Quand le travail s’en-mêle

La question de l’addiction et du travail est de plus en plus souvent posée aux professionnels des centres de soins spécialisés en addictologie. […] par Jean-François Perdrieau et Stéphanie Lavigne

Mélancolie(s)

Mis en scène par Julie Deliquet avec les comédiens du collectif In Vitro Mélancolie(s) résonne formidablement dans ce début du XXIe siècle à partir du matériau dont Anton Tchekhov a fait son œuvre.
La fin du XIX est un moment de rupture, […] par Christiane Page et Sonia Pent

ecf-messager, vous connaissez ? 

Petit dialogue entre @mis

Ce n’est pas cette liste de diffusion intense de l’École de la Cause freudienne ?

J’en ai entendu parler…

Oh oui, intense ! Pour tout connaître de cette École et de sa petite flottille, les différentes ACF (l’École dans les régions).

Tout connaître, vraiment ? 

Tout connaître, on n’y arrive pas. Mais ECF-Messager, c’est : des informations nombreuses, des réflexions diverses sur le moment présent et son intérêt pour la psychanalyse, les news de l’orientation lacanienne, heure par heure, du sur mesure pour vous, pour la psychanalyse… Par exemple, un ami m’avait envoyé les petites vignettes cliniques que le Directoire avait suscitées, et qui préparaient l’événement Question d’École sur le contrôle. Et quel régal de découvrir deux fois par semaine les nouveautés du Blog des Journées de l’ECF !

Tout savoir aussi sur les cartels, Lacan Quotidien, les dernières parutions, les grands événements de la psychanalyse dans le monde (Association Mondiale de Psychanalyse) et bien d’autres choses encore.

Et je peux rejoindre cette liste ? 

Quand tu veux. C’est gratuit ! Tu le demandes au secrétaire de l’ECF grâce au formulaire de contact ci-desous…

Et tous ces messages, ce n’est pas trop ? 

Penses-tu ! Je me suis créé une boite type Gmail dédiée à cette liste, en un clin d’œil l’objet du message m’indique si je garde ou si je jette ; et pour éviter qu’ils finissent dans les spams, j’ai entré l’adresse ECF-Messager dans mes contacts.

Toi alors, tu as toujours un tour d’avance…

Allez, on y court vite ? Car ce messager change de jour en jour…

Formulaire d'inscription au courrier ecf-messager

11 + 13 =

JOURNÉE D’ÉTUDE Autisme & Parentalité
Rdv le 10 mars 2018 de 9h30 à 18h à la Maison de la Chimie, 28 rue Saint-Dominique, Paris 7e

Ravage Kleinien

Madame Klein, la pièce en deux actes de Nicolas Wright met en scène trois femmes, la mort du fils, des pères absents et disqualifiés et la psychanalyse kleinienne. […] par Marie-Christine Baillehache

Une exposition conclusive

[…] Une exposition conclusive de nos travaux est prévue le 15 novembre 2017, à 19H, dans les locaux du Patronage Laïque Jules Vallès, sous la thématique de l’autre, […] par Karim Bordeau

Les nouveaux modes d’origine

Le monde de la procréation change plus vite que notre capacité de le suivre. À travers un usage nouveau des biotechnologies de la procréation, pour des demandes sociétales […] le plus intime touche au collectif, implique le politique, le fait buter sur des questions inédites. […] par François Ansermet, Nouria Gründler et Agnès Condat

Après

« Après les attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis, j’ai ressenti l’urgence
de chercher une forme pour penser ce qui était en train de se dérouler. Le premier ministre
avait déclaré : « il ne peut y avoir aucune explication qui vaille. Car expliquer, c’est déjà vouloir
un peu excuser. »…

Logique du pire

Logique du symptôme. “Logique du pire” met en scène cinq personnages qui, poussés dans leurs retranchements logiques, basculent dans l’extrême… par Philippe Benichou

Tous les évènements, présents & passés ?

Lire

Horizon, N° 62

Le dernier numéro Horizon, est arrivé !
Au sommaire plusieurs interventions de notre Journée « Visages de la ségrégation » (10 juin 2017) ainsi que d’autres travaux issus des vecteurs ayant exploré cette année la question de la ségrégation.
Ce numéro très enseignant et politique sur la façon dont le discours analytique donne une lisibilité sur certains aspects de notre actualité, sera en vente à la Libraire des J47.
Camilo Ramirez

Ravage Kleinien

Madame Klein, la pièce en deux actes de Nicolas Wright met en scène trois femmes, la mort du fils, des pères absents et disqualifiés et la psychanalyse kleinienne. […] par Marie-Christine Baillehache

Conversation à Beaubourg

Échos de la soirée du 10 septembre au cœur de l’exposition « Après » de l’artiste Eric Baudelaire.
Par Susanne Hommel et Isabelle Magne

Entretien avec Etienne Lepage

Humain, trop humain,
Entretien avec Etienne Lepage, auteur et metteur en scène de « Logique du pire », présenté au Théâtre de la Bastille et Philippe Benichou, psychanalyste, pour le collectif « Théâtre et psychanalyse » de l’Envers de Paris. […] par Philippe Benichou

Logique du Sinthome par Fabienne Hulak

Mercredi 31 mai à 21h15. L’envers de Paris et l’Association des psychologues freudiens vous convient à une soirée avec Fabienne Hulak autour de son livre.

Entrons dans la ronde

Le scandale de La Ronde
Scandaleuses, les « souillures du mariage et les désillusions de l’adultère » d’Emma Bovary (et non l’inverse comme le regrettera le procureur Pinard ), scandaleuses la même année les fleurs vénéneuses de Baudelaire, « obscènes et immorales », qui « conduisent nécessairement à l’excitation des sens par un réalisme grossier et offensant pour la pudeur », scandaleuse Nora qui laisse époux et enfants pour « prendre conscience d’[elle]-même et de ce qui [l’]entoure » et refuse face à son mari d’être « d’abord et avant tout épouse et mère » pour être « d’abord et avant tout un être humain » à la fin de Maison de poupée. […]

Lire encore ?

Écouter, voir

Suivre la voix d’alto

Christophe Desjardins, altiste, dans l’entretien qu’il a donné à Ouï, premier numéro virtuel de La Cause du désir (disponible sur ECF-échoppe) « En avant derrière la musique ») nous invitait à entrer dans un univers d’où émerge une voix au-delà du verbe.
Pour poursuivre avec lui le dialogue, au-delà du sens dont séquences et passages subtils nous font toucher les mystères de la création, nous vous communiquons quelques ÉVÉNEMENTS À VENIR où vous pourrez l’entendre. […]

Entrons dans la ronde

Le scandale de La Ronde
Scandaleuses, les « souillures du mariage et les désillusions de l’adultère » d’Emma Bovary (et non l’inverse comme le regrettera le procureur Pinard ), scandaleuses la même année les fleurs vénéneuses de Baudelaire, « obscènes et immorales », qui « conduisent nécessairement à l’excitation des sens par un réalisme grossier et offensant pour la pudeur », scandaleuse Nora qui laisse époux et enfants pour « prendre conscience d’[elle]-même et de ce qui [l’]entoure » et refuse face à son mari d’être « d’abord et avant tout épouse et mère » pour être « d’abord et avant tout un être humain » à la fin de Maison de poupée. […]

La Ronde

Si le scandale est étymologiquement « achoppement », peut-on encore trébucher sur La Ronde et s’y cogner sur un réel ? A l’époque de Youporn, de La Vie sexuelle de Catherine M. et des amours one shot banalisées, « ce n’est plus la reine Victoria, c’est la Reine Catherine » et même la « reine jouissance » comme le dit malicieusement Jacques-Alain Miller. Avec le déclin progressif du Nom-du-père, dont l’amorce se dessine précisément à l’époque de la pièce, notre « régime nouveau qui ne procède plus par la discipline et par la répression […], du même fait rend problématique la transgression » . Peut-on alors être choqué par ce speed-dating viennois ? Quel est l’enseignement de La Ronde, au-delà de l’intérêt littéraire de cet improbable laboratoire social, dont la transgression morale a fait effet de scandaleuse vérité en son temps ?

Don Juan : rire du Pas-Tout

[…] En s’emparant du « Don Juan » de Molière, et à l’instar de son héros qui remet en question les représentations et les certitudes établies par le Discours Maitre, le choix de mise-en-scène de J-F Sivadier bouscule les règles stables du théâtre classique et fait de la scène théâtrale « une piste de cirque où se succèdent, dans une dramaturgie de zapping, une succession de numéros interchangeables. ». […] Par Marie-Christine Baillehache

Night Call ou le miroir du monde

Le film de Dan Gilroy, Night Call, sorti en 2014, est une satire moderne du monde médiatique américain qui n’est pas sans rappeler celles d’un Billy Wilder ou d’un Otto Preminger, dont le regard sur la presse et le monde politique a marqué la mémoire des cinéphiles.
Cette soirée, proposée en partenariat avec L’Escurial-Les Écrans de Paris, sera animée par le collectif Psynéma de L’Envers de Paris, avec la participation de Pierre Sidon, psychanalyste membre de l’École de la Cause freudienne. La projection du film sera ainsi suivie de discussions et d’un débat avec la salle.
Mardi 18 octobre 2016 à 20h30.

Du mépris à la méprise du regard

« Dans notre rapport aux choses, tel qu’il est constitué par la voie de la vision, et ordonné dans les figures de la représentation, quelque chose glisse, passe, se transmet, d’étage en étage, pour y être toujours à quelque degré éludé – c’est ça qui s’appelle le regard. », nous indique Jacques Lacan dans son Séminaire XI, Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse (p. 70). Cette matinée organisée par le Vecteur Champ-Contrechamp avec le participation de Laurent Dupont, directeur des 46es Journées de l’École de la cause freudienne, sera l’occasion de préciser, d’élucider ce que nous nommons après lui l’objet regard, à partir du cinéma de Jean-Luc Godard. […]
L’envers de Paris vous invite, samedi 22 octobre à 11h, à la projection du film « Le mépris » de Jean-Luc Godard qui sera suivie d’un débat avec notre invité : Laurent Dupont, psychanalyste membre de l’École de la Cause freudienne et directeur des 46es Journées de l’École de Cause freudienne ayant pour titre : « L’objet regard ». Rencontre animée par Nouria Gründler & Camilo Ramirez

Éclats de Paris

Suivre la voix d’alto

Christophe Desjardins, altiste, dans l’entretien qu’il a donné à Ouï, premier numéro virtuel de La Cause du désir (disponible sur ECF-échoppe) « En avant derrière la musique ») nous invitait à entrer dans un univers d’où émerge une voix au-delà du verbe.
Pour poursuivre avec lui le dialogue, au-delà du sens dont séquences et passages subtils nous font toucher les mystères de la création, nous vous communiquons quelques ÉVÉNEMENTS À VENIR où vous pourrez l’entendre. […]

Logique du pire, ou la confrontation avec le réel

Le Théâtre de la Bastille présentait du 4 au 14 octobre 2017 la pièce « La logique du pire », inspirée par un essai du philosophe Clément Rosset et mis en scène par le canadien Etienne Lepage.
Le texte, écrit par le metteur en scène lui-même, très rythmé, scandé, comprend une dizaine de scènes courtes pour cinq personnage (…) par Alexandra Fehlauer

Conversation à Beaubourg

Échos de la soirée du 10 septembre au cœur de l’exposition « Après » de l’artiste Eric Baudelaire.
Par Susanne Hommel et Isabelle Magne

Contacter l'Envers de Paris

11 + 7 =

Éclats de Paris

Théâtre & Psychanalyse

Théâtre & Psychanalyse

École de la cause Freudienne

Étudier la psychanalyse à Paris avec Jacques-Alain Miller